Isolation des combles, mode d’emploi

L’isolation des combles au sein d’une maison est une opération aux multiples avantages. Non seulement elle permet de réaliser des économies d’énergie significatives et dans le même temps et vous apporte un confort accru, mais elle vous inscrit également dans une démarche de respect environnemental. Par ailleurs, lorsque les combles sont aménageables, les faire isoler s’avère indispensable pour les rendre habitables. Pourquoi faire isoler ses combles ? Quelles sont les solutions pour isoler les combles de votre maison ? Quels sont les avantages et les inconvénients de chaque technique ? Qu’en est-il de l’isolation des combles perdus ? Quel budget faut-il prévoir et quelles sont les aides accessibles ? Mode d’emploi et décryptage dans l’article ! 

Isoler ses combles

Pourquoi faire isoler ses combles ? 

Dernier espace de la maison peu visible et parfois inaccessible, les combles sont parfois victimes de négligence et leur rénovation passe souvent au second plan. Néanmoins, ces travaux sont en réalité bien plus importants et bénéfiques qu’on ne le pense. Découvrez quelques illustrations des gains que peut apporter leur isolation. 

Vous souhaitez faire isoler vos combles ?
Entrez gratuitement en relation avec des professionnels qualifiés.

Isolation des combles habitables : quelles sont les différentes solutions envisageables ?

Selon vos souhaits, les contraintes architecturales de votre maison ou bien encore la nécessité de rénover votre toiture dans le même temps, il existe plusieurs techniques d’isolation pour des combles habités. Quelles sont-elles ? Quelles en sont les différentes caractéristiques et comment bien choisir ? Décryptage.

Le point sur l’ITI (Isolation de Toiture par l’Intérieur)

Pour une rénovation à moindre coût, l’isolation de toiture par l’intérieur semble être l’alternative la plus adéquate. Plus simple à mettre en place que l’isolation thermique par l’extérieur, ce procédé consiste à appliquer une à deux couches d’isolant d’épaisseur variable placée(s) entre l’ossature et la charpente et accompagnée(s) d’une membrane d’étanchéité ainsi que d’une plaque de plâtre pour la finition.

Le point sur l’ITI (Isolation de Toiture par l’Intérieur)

Cette technique comporte de multiples avantages.

En plus d’être économique, elle permet, en présence d’un pied de pente (mur situé entre le plancher et la sous-pente), de réaliser une isolation en une seule fois, ce qui contribue à limiter les risques de ponts thermiques (ou ruptures dans la continuité de l’isolation).

Par ailleurs, l’ossature sur laquelle est fixée le parement en plâtre laisse assez d’espace pour faire passer divers réseaux (électricité, eau …) en toute discrétion, ainsi que pour positionner des interrupteurs. Ne modifiant ni la couverture ni l’aspect extérieur de votre toiture, l’isolation par l’intérieur de vos combles aménagés ne nécessite aucune autorisation de travaux.

Pour les murs pignons, l’artisan peut employer la technique des panneaux isolants collés. Composée d’un isolant (laine de verre rigide) et d’une plaque de plâtre, cette solution peut être utilisée aussi bien pour les murs pignons en briques ou en parpaings. Néanmoins, sachez que pour mettre en œuvre ce type de travaux, il est impératif que les murs ne présentent pas de défauts d’aplomb de plus de 2 centimètres. Cette condition rend cette technique plus adaptée aux constructions neuves. 

Côté inconvénients, il faut noter que l’isolation de toiture par l’intérieur cause une perte d’espace plus ou moins importante selon l’épaisseur de l’isolant au sein de l’habitat. Elle aura également un impact esthétique sur la charpente intérieure, dont certaines parties ne seront plus visible après l’opération. Par ailleurs, l’embrasure des fenêtres doit être pensée afin de limiter au maximum les déperditions lumineuses.

Enfin, les combles ne sont pas habitables pendant toute la durée des travaux d’isolation.

Les conseils de l'expert L'Artisan

Pour une isolation thermique et acoustique efficace, il est conseillé d’opter pour de la laine minérale, reconnue pour son fort pouvoir isolant. Afin de renforcer l’isolation phonique, il existe aussi des plaques de plâtre acoustiques. 

L'Artisan

 

Le point sur l’ITE (Isolation de Toiture par l’Extérieur)

L’isolation de toiture par l’extérieur, plus coûteuse et complexe dans sa mise en œuvre, demeure la solution la plus adaptée dans le cadre d’une rénovation totale de votre toit. Idéale à mettre en place pour ne pas perdre d’espace à l’intérieur et conserver toute la beauté d’une charpente, elle permet en outre, en cas de rénovation, de ne pas avoir à vider ses combles pendant les travaux. Côtés inconvénient, outre son prix plus élevé (mais qui inclut une toiture neuve), elle peut modifier légèrement l’aspect extérieur de votre maison et est donc soumise à autorisation préalable de travaux.


L’ITE peut être mise en œuvre selon 4 différents procédés : 

Le sarking

La technique du sarking est la plus adaptée pour les maisons aux formes de toitures complexes et aux zones montagneuses.

Ce procédé consiste à insérer la couche d’isolant entre la charpente et la couverture, ce qui implique de créer un contre-chevronnage pour supporter le poids de cette nouvelle couche. On dit que l’on créé par ce procédé une sorte de « deuxième toit ». Selon l’épaisseur de l’isolant, la toiture est plus ou moins surélevée (de 20 à 30 cm) mais l’intérieur est quant à lui totalement préservé. Le sarking vous permet alors de garder vos poutre apparentes et votre surface habitable intacte.

Côté revêtement de toiture vous avez le choix, aucune restriction n’est imposée si ce n’est celles du PLU de votre commune 

Le sarking, adapté aux zone de montagne

Les conseils de l'expert L'Artisan

Avant d’envisager la mise en œuvre de la technique du sarking pour votre isolation de combles, il est nécessaire de faire appel à un bureau d’études qui sera compétent pour déterminer si votre charpente peut supporter ou non le poids d’une nouvelle couverture. 

L'Artisan

Le panneau sandwich 

Rapide et facile à mettre en place, la technique du panneau sandwich présente l’avantage d’être tout en un.

En effet, le panneau incorpore la couche d’isolant (laine de roche, mousse de polyuréthane etc.), le support de couverture et le parement intérieur. Les panneaux sont directement posés sur les pannes de la charpente, sans nécessiter de chevrons, et assemblés entre eux par un système de rainures et de joints qui assure l’étanchéité de la toiture. Ils permettent d’accueillir tout type de couverture.


Le caisson chevronné

Le caisson chevronné s’apparente au panneau sandwich, à la différence près qu’il intègre des chevrons pour accueillir la couverture.


Le rehaussement de la charpente par mise en œuvre d’un contre chevronnage

Répondant aux exigences des bâtiments basses consommation (BBC), la technique de rehaussement de la charpente par mise en œuvre d’un contre chevronnage est un système d’isolation entre chevrons. Un pilier de rehausse permet de reconstituer des éléments de charpente dans lesquels on multiplie les couches de laine de verre (3 maximum), pour une isolation thermique et acoustique à son plus haut niveau. 

Le rehaussement de la charpente

Les conseils de l'expert L'Artisan

Pour une isolation performante, la mise en œuvre des travaux doit être complétée par une étanchéité à l’air sans faille afin de supprimer toute infiltration d’air.

L'Artisan

Zoom sur l’isolation des combles perdus

Zoom sur l’isolation des combles perdus 

Les travaux d’isolation des combles perdus ne s’appréhendent pas de la même manière que lorsqu’il s’agit de combles aménagés. Les techniques vont en effet varier en fonction de la présence ou non de solives apparentes sur le plancher des combles, du type de charpente et de la facilité d’accès aux combles. Découvrez les conseils de nos experts. 

L’isolation des combles perdus accessibles

L’isolation des combles perdus accessibles

Lorsque les combles perdus sont accessibles, et que le plancher est plat (pas de solive apparentes), la technique d’isolation consiste à placer plusieurs rouleaux ou panneaux d’isolant directement sur le plancher en une ou deux couches, directement sur le plancher recouvert au préalable d’une membrane d’étanchéité.

L’isolation des combles perdus non-accessibles

L’isolation des combles perdus non-accessibles

Pour les combles perdus non-accessibles (absence de trappe d’accès, trop faible hauteur sous plafond, charpente fermette), on utilise le plus souvent la technique de soufflage. Rapide et facile à mettre en place, elle nécessite un équipement particulier afin de propulser l’isolant sous forme de flocons de manière égale sur tout le plancher du comble, et sur une épaisseur d’au moins 30 à 35 cm. Il faut noter que cette technique nécessite parfois une préparation du comble (repérage des circuits électrique, protection du conduit de cheminée etc.), ainsi que la pose là aussi d’une membrane d’étanchéité au préalable.

Côté matériaux, quelle que soit la technique employée, les laines minérales sont généralement les plus employées (laine de verre et laine de roche) car elles bénéficient d’un excellent rapport qualité-prix. 


 

Quel budget faut-il prévoir pour faire isoler ses combles et quelles sont les aides financières accessibles ? 


Selon la technique employée, les matériaux choisis, la nature des travaux et les diverses contraintes, le prix des travaux d’isolation des combles peut fortement varier. Voici un petit éclairage sur le sujet qui devrait vous aider à affiner votre budget. 

Visualisez en quelques clics les aides financières existantes pour vos travaux d’isolation de combles ?