Quelles aides financières pour la rénovation d’une salle de bain ?

  • Article
  • Adaptation du logement
  • Salle de bain

Temps de lecture : 3 min

Tout comme la cuisine, la rénovation d’une salle de bain fait partie des travaux de la maison qui coûtent le plus cher à entreprendre. En effet, ces pièces abritent bon nombre d’éléments techniques qui font rapidement monter la facture. Face à ce constat, beaucoup hésitent à faire rénover leur salle de bains, craignant le montant du devis final. Pourtant, il existe certaines aides financières et subventions qui peuvent vous aider à réduire le coût de vos travaux. Quelles sont ces aides et quelles sont les conditions d’obtention ? On fait le point.

Financer la rénovation de sa salle de bain

La TVA à taux réduit pour toutes les rénovations

Dans le cadre de la rénovation d’un logement ancien, vous pouvez bénéficier d’une TVA à taux réduit, à 10%. Ayant pour objectif d’inciter les particuliers à améliorer le confort de leur logement, cette TVA réduite s’applique également dans le cadre de vos travaux de salle de bains. Seules conditions pour l’obtenir : votre logement doit avoir été achevé depuis plus de 2 ans et vous devez obligatoirement faire appel à un professionnel pour réaliser vos travaux.

Les aides à la rénovation énergétique : aussi en salle de bain

Lorsqu’elle n’est pas optimisée, la salle de bains peut s’avérer gourmande en dépenses énergétiques : consommation d’eau et d’électricité peuvent vite grimper si la pièce est vétuste. Dans le cadre d’une rénovation énergétique, vous pouvez bénéficier de certaines subventions telles que le crédit d’impôt ou Ma Prime Rénov (en fonction de vos revenus), les primes Coup de pouce et autres CEE, la TVA à 5% sur les lots énergétiques ou l’éco-PTZ. Découvrez la nature de ces aides et leurs conditions d’obtention. 

Le crédit d’impôt 

Le crédit d’impôt à la transition énergétique, aussi appelé CITE, permet aux propriétaires de rénover leur bien en bénéficiant d’une réduction de leur impôt sur le revenu. Soumis à des conditions de ressources, le montant de cette aide dépend par ailleurs de la nature des travaux réalisés. Ceux-ci doivent être effectués dans le but de rendre son logement plus économe en énergie. Dans le cas d’une salle de bains, il peut s’agir du remplacement du chauffe-eau par un modèle thermodynamique, du changement des radiateurs, de l’isolation thermique des murs ou encore du remplacement des fenêtres par des modèles plus performants. 

Bon à savoir : si vous dépassez le plafond de revenus vous permettant de bénéficier du crédit d’impôt, sachez que vous pouvez alors faire une demande pour bénéficier du dispositif Ma Prime Rénov’.

Les primes coup de pouce chauffage, isolation et autres CEE 

Mises en place dans le cadre du dispositif des certificats d’économies d’énergie en début de l’année 2019, les primes « coup de pouce chauffage » et « coup de pouce isolation » ont été créées afin d’encourager les particuliers à sortir des énergies fossiles au profit des énergies renouvelables et à isoler efficacement leur logement pour diminuer l’impact énergétique de leur habitation tout en faisant des économies. Accessible à tous, la prime coup de pouce prend toutefois en compte les revenus afin de déterminer le montant de l’aide. Ces primes peuvent en partie financer le changement de radiateurs électriques pour des modèles plus performants dans la salle de bain, ou l’amélioration de l’isolation de la pièce.

La TVA à 5,5% sur les lots énergétiques 

Mise en place en 2014, la TVA à taux réduit à 5,5% concerne les travaux de rénovation énergétique et s’adresse à la fois aux propriétaires, aux locataires ou aux simples occupants à titre gratuit. Pour en bénéficier, votre logement doit avoir été achevé depuis plus de deux ans et le chantier doit être confié à une entreprise RGE. Parmi les travaux éligibles dans le cadre de votre rénovation de salle de bain, on trouve notamment l’adaptation du système de ventilation, l’isolation des murs et fenêtres, ou encore l’installation d’un chauffe-eau thermodynamique... 

L’éco-prêt à taux zéro 

Aussi appelé Eco-PTZ, cette aide sans condition de ressources permet aux propriétaires, occupants ou bailleurs de bénéficier d’un prêt dont le taux est financé par l’État. Pour pouvoir en bénéficier, les travaux de votre salle de bains doivent entrer dans le cadre d’une rénovation énergétique (isolation des murs, remplacement des appareils de chauffage, chauffe-eau utilisant les énergies renouvelables etc.) et le logement doit avoir été achevé depuis plus de deux ans. En outre, l’habitation doit servir de logement principal. Le montant de ce prêt dépend du nombre de travaux effectués : pour un projet de deux travaux, le montant peut s’élever jusqu’à 20 000 euros, remboursables sur 10 ans.

Les aides à l’accessibilité

Qu’il s’agisse d’un accident de la vie ou d’un handicap causé par la vieillesse, chaque pièce de la maison doit être adaptée afin de pouvoir répondre à ses nouveaux besoins. La salle de bains en particulier fait partie de ces pièces à risques qu’il est important de rénover pour une sécurité et un confort optimal.

Pour une personne âgée, une salle de bains non adaptée peut vite devenir dangereuse. Une baignoire représente un risque accru de chute par exemple. De même, un revêtement de sol glissant est extrêmement dangereux lorsque l’on n’est plus très stable sur ses jambes. On sous-estime trop souvent ces détails qui n’en sont pas : 80% des accidents domestiques chez les personnes âgées de plus de 65 ans sont des chutes. C’est aussi la première cause de décès accidentels chez les plus de 65 ans.

Pour accompagner cette démarche, il existe différentes aides pour financer les travaux d’accessibilité, permettant de joindre l’utile à l’agréable.

Salle de bain accessible sécurisée et esthétique

Le crédit d’impôt accessibilité 

Destiné à aider les particuliers victime de handicap(s) à installer des équipements d’accessibilité et de sécurité dans leur logement, ce crédit d’impôt peut s’élever jusqu’à 5000 euros pour une personne célibataire et 10 000 euros pour un couple soumis à une imposition commune. Cette aide peut ainsi vous aider à financer des installations tel qu’un siège de douche mural, un lavabo réglable en hauteur, des WC surélevés, un bac de douche extra plat ou encore un revêtement de sol antidérapant. 
Toutefois, sachez que pour en bénéficier, vous devez être en possession d’une pension d’invalidité d’au moins 40%, être titulaire de la carte « mobilité inclusion » et bénéficier de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA). 
 

Bon à savoir : ce crédit d’impôt accessibilité est majoré de 400 euros par personne supplémentaire à charge.

Les aides d’Action Logement 

L’aide à l’adaptation du logement au vieillissement d’Action Logement a pour objectif d’inciter les retraités du secteur privé de plus de 70 ans aux revenus modestes à effectuer des travaux de rénovation qui auront pour finalité une amélioration significative de leur habitat. Cette aide peut s’élever jusqu’à 5000 euros par ménage et est accordée sous conditions de ressources. Elle finance 3 principaux types d’aménagements : la construction d’une douche italienne ou avec receveur extra plat dotée d’un sol antidérapant, l’installation d’un lavabo adapté aux personnes à mobilité réduite (réglable en hauteur), de WC rehaussés ou de barre d’appui.  

Les travaux doivent concerner la résidence principale de la personne concernée et être réalisés par un professionnel labélisé Qualibat pour être éligibles à cette aide. 

Les aides de l’Anah

Via son programme Habiter Facile, l’Anah participe au financement des travaux d’accessibilité réalisés par des particuliers propriétaires. Soumises à conditions de ressources, ces aides dépendent du niveau de perte d’autonomie. Dans le cadre de votre rénovation de salle de bain, cet organisme peut participer aux travaux à hauteur de 50% du montant hors taxes du devis final. 

Pour être éligible à cette aide dont le montant varie selon les ressources, votre rénovation doit avoir pour objectif de rendre la pièce plus accessible. Si vous circulez en fauteuil roulant par exemple, l’Anah pourra vous aider à financer un élargissement des portes afin que vous puissiez accéder plus facilement à la salle de bains. 

Par ailleurs, pour pouvoir bénéficier de cette subvention, vous devez comme évoqué plus haut être propriétaire de votre habitation, vos revenus ne doivent pas dépasser un certain plafond, votre maison ou appartement doit avoir été construit depuis plus de 15 ans, le montant du devis des travaux doit être de 1500 euros au minimum et vous devez impérativement faire appel à un professionnel qualifié pour leur exécution.

Coup de pouce !

Vous pouvez faire appel à un ergothérapeute avant de commencer vos travaux. Sa mission : étudier vos habitudes et votre mode de vie, évaluer la correspondance de votre logement à vos besoins et identifier les aménagements requis en fonction de vos capacités propres et de leur évolution.

Attention : l’ergothérapie n’est pas remboursée par l’assurance maladie. Cependant, certaines mutuelles prévoient un remboursement des frais. De même, les caisses de retraite agirc et arrco proposent à leurs bénéficiaires de plus de 75 ans le diagnostic Bien chez moi, et prennent à leur charge 85% du rapport d'ergothérapie. N’hésitez pas à vous renseigner !

L’Anah verse la subvention une fois les travaux achevés. Toutefois, dans certains cas, lorsque les ressources sont vraiment limitées, une avance peut être envisagée.

Les aides des caisses de retraite 

Certaines caisses de retraite peuvent vous accorder une aide ou un prêt pour effectuer des travaux d’amélioration dans votre salle de bains. Ces travaux doivent rentrer dans le cadre d’une adaptation de la pièce afin de faciliter son usage aux personnes âgées : installation d’une douche à la place d’une baignoire, pose d’un carrelage antidérapant, installation d’équipements de sécurité, etc. Ces aides peuvent varier d’une caisse à une autre et renseignez-vous auprès de la vôtre afin de connaître vos droits. 

La prestation de compensation du handicap (PCH) 

Versée par le département, la prestation de compensation du handicap (PCH) peut également vous aider à financer vos travaux de rénovation de salle de bains dans le cadre d’une adaptation de la pièce à vos nouveaux besoins. Soumise à des conditions d’autonomie, d’âge, de ressource et de résidence, le dossier de demande de PCH doit – sauf exceptions - être réalisé avant l’âge de 60 ans et concerner une résidence principale située en France ou dans les DOM-TOM. Concernant le montant, vos travaux d’aménagement peuvent être couverts jusqu’à 1500 euros, dans la limite de 10 000 euros par période de 10 ans. 

Diagnostic d’accessibilité pour bien cibler les besoins et les travaux qui vont avec.

Les aides aux personnes à revenus modestes

Destinée aux ménages dont les revenus sont les plus modestes, l’Agence Nationale pour l’Habitat (Anah) propose l’aide « Habiter sain », pour financer des travaux d’amélioration des logements vétustes. Rénovation des réseaux de plomberie, installation de wc ou d’une salle de bain en remplacement d’une installation défectueuse : cette aide peut financer jusqu’à 50 % du montant total des travaux HT. L'aide Habiter sain est plafonnée à 10 000 €.

Bon à savoir : certaines aides financières peuvent être cumulables. N’hésitez pas à vous renseigner auprès d’un professionnel avant le début des travaux pour connaître vos droits.

Travaux d’isolation ou d’accessibilité dans la salle de bain ?
Nous vous mettons gratuitement en relations avec des professionnels qualifiés, près de chez vous !

Besoin d’un expert pour refaire votre salle de bain ?
Décrivez votre projet en quelques clics : nous vous recontactons pour vous mettre en relation avec nos professionnels agréés.