Changement de fenêtres : quelles aides financières en 2020 ?

  • Article
  • Fenêtre et volet

Temps de lecture : 2 min

[Article mis à jour le 24 Janvier 2020]  2020 est arrivée, et avec elle la fin du suspens quant à la prolongation ou non des aides aux financement du changement de fenêtres. Si la tendance était plutôt négative, puisque les aides financières relatives aux fenêtres n’ont cessé de diminuer au fil des années, les aides ont été finalement maintenues, mais elles ont considérablement diminué. Ce qui est assez dommageable pour les particuliers puisque les fenêtres et les vitrages d’un logement influent directement sur son efficacité énergétique et sur notre bien-être, comme nous l’a expliqué Régis Bussy, Chef de marché résidentiel pour les vitrages fenêtre et véranda chez Saint-Gobain Glass.

Aides au changement de fenêtres

M. Bussy, pourquoi est-il intéressant de changer ses fenêtres ?

Régis Bussy : « Les fenêtres que nous produisons aujourd’hui présentent des standards très intéressants par rapport aux modèles que l’on pouvait trouver sur le marché il y a quelques années. Les évolutions ont été majeures aussi bien au niveau des châssis des fenêtres que du vitrage en lui-même. Pour exemple : les "séries froides" n’existent plus pour les châssis en aluminium grâce à la systématisation des rupteurs thermiques. Les châssis en PVC, eux, acceptent dorénavant des vitrages plus épais, sans risque de déformation dans le temps. Des évolutions qui participent à l’amélioration de l’isolation thermique du logement. 

Les vitrages ne sont pas en reste. Les améliorations sont continuelles dans ce domaine. Nous avons travaillé la technologie des intercalaires de vitrage pour minimiser les déperditions thermiques. Les efforts des fabricants ont également porté sur l’acoustique, l’étanchéité à l’air, mais aussi l’aspect esthétique de la fenêtre.
Changer ses fenêtres c’est à la fois améliorer l’esthétique et le confort de vie du logement.
 »

Notre
sélection

Double vitrage Eclaz

Avec Eclaz, augmentez la performance de votre double-vitrage : plus de lumière et une meilleure isolation thermique.

Découvrir ce produit

CITE, prime coup de pouce, de nombreuses aides financières existent pour aider le particulier à rénover son logement. De quelles aides le changement de fenêtre bénéficie-t’il à date ?

Régis Bussy : « Le Crédit d’Impôt pour la transition écologique (ndlr : CITE) est toujours disponible pour le changement de fenêtre. Malheureusement, cette aide est devenue plus restrictive qu’auparavant car le montant alloué a été baissé, et les ménages les plus aisés n’ont plus accès à ce dispositif. Ainsi, jusqu’au 31 décembre 2020, si vous faites partie des ménages aux revenus dit intermédiaires, vous pouvez bénéficier d’une aide fixée à 40 euros par fenêtre maximum. La transformation progressive du CITE en prime versée sur remise de facture a vu apparaitre un nouveau dispositif, Ma Prime Rénov’. Cette prime, qui remplace le CITE pour les ménages très modestes et modestes, est plafonnée à 100 € par équipement dans le premier cas, 80 € dans le second.

Une autre aide financière pour le changement des fenêtres est encore d’actualité. Il s’agit de l’Eco PTZ. Celui-ci est un prêt sans intérêt, à hauteur de 7000 à 30 000 euros maximum. L’Eco PTZ est mis en place jusqu’au 31 décembre 2021. Il peut être demandé si le logement est ancien, avec une année de construction comprise entre 1948 et 1990 ; et s’il s’agit de la résidence principale. La bonne nouvelle, c’est que son obtention pour le changement de fenêtre ne dépend plus d’un bouquet de travaux. 
Autre possibilité pour le particulier, c’est de faire appel aux CEE (Certificats d'Economie d'Energie). Il s’agit d’une aide financière accordée par les fournisseurs d’énergie. Il faut alors les contacter pour savoir s’ils prennent en charge le changement de fenêtres et à combien est fixée l’aide.

Toutes ces aides dépendent de nombreux critères que le particulier doit connaître pour s’avoir s’il rentre dans les conditions d’obtention. » 

 

Les aides financières pour le changement de fenêtre sont moins importantes que pour les autres travaux d’isolation et de chauffage : cela signifie-il qu’il est moins important de s’occuper des fenêtres en mauvais état ? 

Régis Bussy : « Si pour améliorer l’isolation thermique de votre logement vous changez uniquement vos fenêtres, alors que vos murs sont des passoires thermiques, cela ne sert à rien. Il en va de même dans le sens inverse. Si vous souhaitez optimiser l’isolation thermique de votre logement il faut s’intéresser à toutes les zones de déperditions thermiques. De vielles fenêtres en simple vitrage peuvent occasionner une surconsommation de plus de 20% par rapport à des menuiseries performantes. C’est assez peu au regard du toit par exemple, qui représente à lui seul un tiers de la perte de chaleur. Mais tout dépend également de la surface vitrée du logement concerné par le changement de fenêtres. Une étude réalisée Fédération Française du Bâtiment en juin 2017 montre que les déperditions liées aux fenêtres pouvaient atteindre jusqu’à 40% des déperditions totale du logement.

Une fenêtre en mauvais état c’est aussi d’autres problèmes que la perte de chaleur en perspective : c’est une mauvaise isolation phonique, avec des bruits extérieurs gênants. C’est aussi d’éventuels risques de moisissures à cause d’une accumulation d’humidité. On a tort de voir le besoin de changement de fenêtres par la seule problématique de l’isolation. Changer ses fenêtres c’est améliorer le confort de vie en supprimant la sensation de paroi froide. C’est également augmenter les apports lumineux, et donc potentialiser une énergie gratuite, l’énergie solaire. C’est enfin aussi un bon moyen d’augmenter la valeur de son bien immobilier. »

À quelles aides financières êtes-vous éligible ?
Avec plus de 2000 aides mises à jour chaque mois, notre outil vous apporte une réponse personnalisée. Faites la simulation et découvrez toutes vos opportunités de financement.

Au-delà des aides financières disponibles pour le changement de fenêtres, réaliser des économies de chauffage significatives constitue également une forte motivation. Est-ce le cas ? 

Régis Bussy : « D’après les études réalisées, dont la dernière citée précédemment, le changement de fenêtre peut réduire le besoin de chauffage jusqu’à 27%. En valeur absolue, cela représente jusqu’à 60kWh/m2.an. »

 

En admettant que nous souhaitions utiliser une aide financière pour changer des fenêtres en mauvais état, vers quel modèle devrions-nous idéalement nous diriger pour maximiser notre confort ? 

Régis Bussy : « Côté châssis, aujourd’hui tous les matériaux sont performants pour assurer une bonne isolation du logement. On note un plébiscite pour l’aluminium, qui même s’il est moins isolant que le PVC, reste plus esthétique avec des profilés plus fins, et un clair de jour plus important. C’est aussi le matériau privilégié pour la création des baies vitrées qui offrent une surface vitrée plus importante qu’une fenêtre classique, et donc un apport solaire plus intéressant. Et c’est finalement ce point qui est le plus important lorsqu’on change ses fenêtres. Plutôt que de calculer en termes de déperdition thermiques, voyez plutôt les apports solaires. Des calculs qui sont d’ailleurs pris en compte par la RT 2012 et par la future RT 2020. »

 

Et du côté des vitrages, que recommanderiez-vous ? 

Régis Bussy : « Au niveau du vitrage il existe deux approches. Dans certaines régions on préfère s’orienter vers du triple vitrage pour accentuer isolation thermique. Il s’agit des régions les plus froides. Les dernières générations de triple vitrage permettent d’obtenir des facteurs solaires très corrects, c’est le cas par exemple avec le vitrage ECLAZ de Saint-Gobain. Mais en majorité, on s’équipe d’un double vitrage. Avec des transmissions lumineuses importantes de l’ordre de 80% et des facteurs solaires de 60 à 70%, les derniers doubles vitrages présents sur le marché surclassent totalement des produits achetés il y a moins de dix ans. 

Enfin, le choix du vitrage dépend de l’exposition du logement. Aujourd’hui, le vitrage joue aussi un rôle de contrôle dans l’apport solaire. Par exemple, avec le verre PLANISTAR SUN on va privilégier leconfort d’été, en évitant autant que possible d’avoir une pièce surchauffée durant la saison estivale. A contrario, si on recherche à maximiser l’apport solaire dans des zones plus ombragées, on fera appel au verre ECLAZ ONE qui permet d’apporter une isolation thermique renforcée, tout en apportant plus lumière naturelle à l’intérieur. 

Dans tous les cas, pour le choix des fenêtres, il est important de se référer à un professionnel, certifié RGE. Ainsi le particulier pourra bénéficier de conseils adaptés à son logement, pour un choix de fenêtre éclaire, et bénéficier des aides financières auxquelles il peut prétendre. » 

 

Merci beaucoup à Regis Bussy pour son éclairage sur la problématique du changement de fenêtre et des aides qui y sont liées.

Travaux de rénovation en vue ?
Dites-nous ce que vous souhaitez réaliser en quelques clics : nous vous recontactons pour vous mettre en relation avec nos professionnels agréés.