Chaudière : réaliser le bon choix

Pendant la saison hivernale, il est important pour votre confort d’opter pour une chaudière performante. Celle-ci va non seulement alimenter les radiateurs de votre foyer mais peut éventuellement aussi produire l’eau chaude sanitaire. Si la vôtre commence à montrer des signes de faiblesse, mieux vaut ne pas attendre la panne. L’investissement étant conséquent, il est important de se diriger vers le bon choix afin que votre nouvel équipement réponde de manière optimale à vos besoins.

L’ancienneté mais aussi la multiplicité des pannes peuvent vous conduire au remplacement de votre chaudière. Vient alors le moment d’en choisir une nouvelle. L’investissement étant conséquent, il est important de se diriger vers le bon choix afin que votre nouvel équipement réponde de manière optimale à vos besoins.

 

Fonctionnement général

Pour fonctionner et produire de la chaleur, la chaudière va brûler un combustible qui peut être du gaz mais aussi du fioul, du bois encore des granulés. Les fumées sont ensuite extraites grâce à un tuyau d’évacuation spécifique. La chaudière va ensuite transmettre l’énergie ainsi produite à un fluide caloporteur qui va alimenter les émetteurs de chaleur de votre maison (radiateurs, planchers chauffants ...). 

 

La chaudière basse température

Tout en consommant 30% de moins, ce type d’appareil est très performant et offre un niveau élevé de confort. Les économies que vous pouvez espérer sur votre consommation en vous équipant d’une chaudière basse température sont de l’ordre de 12 à 18%. 


Pour que son rendement soit optimal, elle doit être couplée avec des radiateurs et / ou des planchers chauffants qui sont eux aussi basse température. En termes d’avantages, on notera des économies par rapport à une chaudière classique avec un même niveau de confort ; une pollution réduite ; une installation facile et un combustible encore bon marché. Concernant les inconvénients, sachez que la chaudière gaz basse température n’est pas éligible au crédit d’impôt.

 

Depuis 2015, les chaudières basse température dont le rendement est inférieur à 86% ne sont plus commercialisées car elles ne répondent plus aux exigences environnementales. 

La chaudière à condensation

Tout comme un modèle classique, une chaudière à condensation va brûler du gaz naturel ou du fioul afin de produire de la chaleur.

Les fumées issues de cette combustion vont alors s’échapper via un conduit d’évacuation. C’est cette étape qui va faire la différence. La chaudière à condensation va en effet tirer profit de l’énergie contenue dans ces fumées de combustion. L’eau présente sous forme de vapeur dans les fumées va se refroidir et se condenser. L’énergie ainsi récupérée va réchauffer l’eau du réseau alimentant les radiateurs et / ou le plancher chauffant de votre habitation permettant un rendement supérieur à 100%. Ce système innovant et plus respectueux de l’environnement peut vous permettre de réaliser jusqu’à 25% d’économies d’énergie.  

Pour permettre l’évacuation des fumées, la chaudière est équipée d’un conduit ou d’une ventouse. Le conduit est doté de deux circuits : l’un est dédié à l’évacuation des fumées et l’autre à l’arrivée d’air. L’air nécessaire à la combustion n’est ainsi pas prélevé dans la pièce mais de l’extérieur. 

Afin d’évacuer l’eau issue de la condensation de la vapeur d’eau présente dans les fumées, un raccordement avec le conduit d’évacuation est nécessaire. 

CHAUDIERE SOL GAZ CONDENSATION EFFINOX CONDENS DUO ATLANTIC

Les différents modèles de chaudières

Il existe différents types de chaudières. Elles peuvent être classées selon 3 grandes familles : 

  • La source d’énergie employée : fioul, gaz, bois, granulés, électrique ou mixte.

  • Les performances : classique, basse température, à condensation.

  • Le format : chaudière au sol ou au mur.

Fioul, gaz, bois, granulés ou mixte ?

Quelle source d’énergie choisir pour votre chaudière ? Retrouvez ici les principaux modèles proposés par les fabricants.

La chaudière au fioul

De nombreuses habitations en France, qu’ils s’agissent de logements collectifs ou individuels, sont équipées d’un chauffage au fioul. Performant pour chauffer les grandes surfaces dans les régions les plus froides, elle permet aussi de produire de l’eau chaude sanitaire. 

Son fonctionnement : 
Le brûleur présent dans la chambre à combustion de la chaudière va mélanger fioul et oxygène. Le fioul va augmenter en température, jusqu’à brûler. La chaleur dégagée va alors chauffer l’eau. Celle-ci viendra alimenter les radiateurs du logement par les conduits, et/ou produire l’eau chaude sanitaire.

Installation : 
L’installation d’une chaudière à fioul doit se faire avec l’aide d’un professionnel, un chauffagiste. Si sa mise en place est plutôt simple, plusieurs facteurs sont à prendre à compte et à contrôler, comme l’évacuation des eaux usées et de la fumée. En outre, il faudra également trouver l’emplacement idéal pour la cuve de stockage du fioul. 

 

Le stockage du fioul domestique implique des normes de sécurité à respecter. On peut installer une cuve à l’intérieur ou à l’extérieur du logement. Celle-ci sera remplie par camion-citerne. 

Modèles : 

Selon le fonctionnement de votre chaudière à fioul vous augmenterez les performances de chauffage de votre installation : 

  • La chaudière classique
  • A basse température elle permet de consommer moins de fioul. 
  • A condensation la chaudière récupère la vapeur d’eau libérée durant la combustion. Elle apporte un rendement énergétique optimal.
  • A ventouse elle utilise l’air extérieur pour s’alimenter. Elle est ensuite évacuée via deux conduits. 
  • A cogénération : elle se compose d’un moteur qui produit de l’électricité lorsque de l’énergie se perd durant la combustion.

Avantages : 

  • Simple et économique à mettre en place en rénovation
  • Durée de vie de plus de 20 ans
  • Une grande capacité de chauffe
  • Une chaleur douce et homogène 

Inconvénients :

  • Les chaudières au fioul ne sont pas éligibles aux aides financières comme le CITE
  • Energie fossile, non renouvelable, soumise aux fluctuations du pétrole
  • Besoin d’une place conséquente pour la cuve


Prix TTC (sans pose) : 

  • Chaudière au fioul traditionnelle : environ 1 500 €
  • Chaudière au fioul basse température : aux alentours de 2000 €
  • Chaudière au fioul à condensation : entre 3500 et 7000 €

 

Il faut également prévoir un entretien annuel pour ces différents types de chaudière au fioul.

La chaudière à gaz

C’est le mode de chauffage le plus présent dans les foyers français. Une installation qui doit son plébiscite à sa simplicité d’utilisation et ses maigres inconvénients. 

 

Son fonctionnement : 
La chaudière va consumer le gaz qu’elle réceptionne depuis une citerne ou un réseau de gaz. La combustion du gaz entraîne une montée en température du corps de chauffe de la chaudière. La chaleur est ensuite transmise au fluide caloporteur, généralement de l’eau. La chaudière alimente ainsi les différents radiateurs présents dans l’habitation et peut également produire de l’eau chaude sanitaire. 

Installation : 
La chaudière à gaz s’installe rapidement. Si vous optez pour le gaz naturel vous devez être raccordé au gaz de ville. Pour le gaz propane, une citerne de stockage est nécessaire. 

Modèles : 
La chaudière à gaz est intéressante dans plusieurs fonctionnements disponibles : traditionnelle, à basse température ou à condensation. Elle peut s’utiliser avec du gaz naturel ou du gaz propane, et offre ainsi une flexibilité d’utilisation. Plus pratique, le gaz naturel évite le stockage et l’encombrement. La chaudière à gaz peut s’accompagner d’un thermostat et d’un programmateur. Option très utile si vous souhaitez réduire votre consommation au strict nécessaire. Vous pouvez également relier la chaudière à gaz à une sonde de température extérieure afin de réguler précisément le chauffage.

Avantages : 

  • Simple et économique à mettre en place en rénovation
  • Durée de vie de plus de 20 ans
  • Une chaleur douce et homogène 

Inconvénients :

  • Un entretien annuel
  • Une chaudière au gaz propane nécessite une citerne de stockage. Le prix du propane est également plus élevé que celui du gaz naturel.

Prix : 

Le prix de la chaudière à gaz varie selon le modèle traditionnel, basse température ou à condensation. Il est également dépendant du format : au sol ou mural. Comptez entre 3000 € et 7000 € TTC en moyenne. 

La chaudière bois-bûches

C’est le système de chauffage le plus économique de part son combustible le moins cher du marché : le bois. Son installation apporte des économies de 30% sur la facture de chauffage, un rendement  jusqu’à 90%.

Son fonctionnement : 
Comme pour chaque chaudière, le combustible, ici le bois, est brulé dans la chaudière. L’énergie dégagée par la combustion est transmise aux émetteurs de chaleur via un circuit de chauffage central. La chaudière au bois peut aussi bien chauffer les pièces du logement que l’eau chaude sanitaire. 

Installation : 
Si vous avez déjà une chaudière bois, il est très simple de la changer par un nouveau modèle. En cas de remplacement, l’installation est très simple. Notez qu’il faut impérativement disposer d’un circuit de chauffage central.

Modèles : 
Trois modèles existent : 

  • la chaudière bois à combustion montante. Il s’agit du système traditionnel. Les bûches dégagent de l’énergie et de la fumée. C’est le système le plus onéreux tout en étant le moins efficace. 
  • Nous vous conseillons le modèle à combustion inversée. Les volets d’air primaires et secondaires sont ici distincts. Les bûches sont séchées avant combustion pour une meilleure performance.
  • La chaudière bois turbo. Le système à combustion inversée est amélioré par un tirage forcé des fumées.

Avantages : 

  • Un chauffage économique
  • Le combustible le moins cher du marché
  • Des aides financières pour réduire le coût d’acquisition et d’installation

Inconvénients :

  • Encombrant : vous devez avoir un espace pour stocker les bûches
  • Chargement manuel des bûches, peut être fatiguant

Prix : 
En fonction du modèle comptez, installation comprise, entre 3000 € et 8000 €. Avec un bilan de rejet CO2 nul et un rendement performant, la chaudière à bois bénéficie du crédit d’impôt, de la Prime d’énergie et d’une TVA à 5.5% !

Le pôele à granulés de bois

Appelée également chaudière à pellets, il possède les mêmes avantages et qualités que la chaudière à bois-bûche. 
 

Fonctionnement : 
Comme toute chaudière, il demande un raccordement à un système de chauffage central. Elle nécessite l’installation d’un silo de stockage pour y placer les granulés de chauffage. Un silo plein permet une année de chauffage complète. Les granulés sont livrés soufflés en vrac ou par sac. Ils alimentent automatiquement la chaudière via un système de vis sans fin.

Avantages : 

  • Les granulés sont plus pratiques que les bûches de bois, car l’alimentation est automatique et continue, aucune charge manuelle. 
  • Des systèmes de nettoyage automatique existent pour évacuer les cendres.
  • Le rendement d’une chaudière à granulés est compris entre 75 et 90%.

Inconvénients : 

  • Encombrante, l’installation couvre plusieurs m² carrés

Prix : 
Comptez au minima 4 000 €TTC pour les premiers modèles, pose inclus. 

La chaudière mixte

Appelée également chaudière hybride, elle utilise deux sources d’énergie, à l’image d’un véhicule hybride. Généralement la chaudière hybride appelle une énergie fossile et une énergie renouvelable. La chaudière va alterner la source d’énergie afin d’être le plus performant en matière de consommation d’énergie.

La chaudière mixte se compose d’une chaudière à condensation, généralement au gaz, et d’un équipement de chauffage à énergie renouvelable comme une pompe à chaleur, des panneaux solaires, un système éolien ou biomasse (matière d’origine végétale, utilisable comme source d’énergie). 

Son fonctionnement : 
Elle s’adapte en temps réel pour apporter l’énergie nécessaire à l’habitat. Quand la température extérieure est douce, la chaudière fait appel à l’énergie renouvelable. Lorsque le froid s’intensifie, la chaudière à condensation prend le relais ou apporte son aide pour une chauffe plus performante. 

Modèles : 
On distingue deux modèles : 

  • Monobloc  : la chaudière regroupe deux systèmes de chauffage dans un seul assemblage.
  • Bi-bloc : la pompe à chaleur est séparée de la chaudière.

Avantages : 

  • Utilisation des énergies renouvelables
  • Assure tous les besoins en chauffage et eau chaude sanitaire
  • Répond aux exigences de la RT2012
  • Permet de réaliser d’importantes économies d’énergie, 40% supérieures à une chaudière simple à gaz.

Inconvénients :

  • Le contrat de maintenant a un coût plus élevé car double système

Prix : 
Le coût varie en fonction de la combinaison, le prix s’échelonne de 4 000 € à 10 000 €. La chaudière hybride est éligible aux différentes aides financières liées à la transition écologique.

Quels critères prendre en compte pour choisir sa chaudière ?

Remplacer sa chaudière représente un investissement conséquent. Aussi, il est important de la choisir en fonction de vos besoins et de la configuration de votre logement. Voici pour vous aiguiller, quelques critères importants à prendre en considération : 

La surface, l’isolation et la situation géographique de votre maison

Au regard des dimensions de votre logement ainsi que de son isolation, vous n’opterez pas pour la même puissance de chaudière. Exprimée en kilowattheures, celle-ci dépendra par ailleurs du nombre de personnes vivant dans votre foyer. En outre, si vous vivez dans une région dont le climat est rude, il faudra envisager une puissance plus élevée car les besoins en chauffage seront plus importants.

 

Le rendement

Le rendement d’une chaudière correspond à ses performances. Par conséquent, il faudra y prêter attention au moment de faire votre choix. Celui-ci se calcule en fonction de la chaleur émise par rapport à l’énergie que consomme la chaudière. Plus le rendement sera conséquent, plus vous pourrez espérer réaliser des économies d’énergie. 

 

L’emplacement

Selon la place dont vous disposez chez vous, vous pourrez opter pour une chaudière murale ou une chaudière au sol. La première est plus petite et peut facilement trouver sa place au sein d’un espace restreint. En revanche, la chaudière au sol quant à elle nécessite un espace beaucoup plus important et ne conviendra pas aux appartements ou aux petites maisons. 

 

La production d’eau chaude

Au regard du nombre de personnes dans votre foyer ainsi que de vos besoins en eau chaude, vous pourrez opter pour différents systèmes : 
 

  • La production d’eau chaude instantanée vous permettra, comme son nom l’indique de profiter de manière continue d’eau chaude. Il n’y a ici pas de réserve. 
     
  • La production d’eau chaude à micro-accumulation : la production d’eau chaude se fait également de manière instantanée mais une petite réserve d’eau (d’environ 10 litres) est toutefois présente. 
     
  • La production d’eau chaude à accumulation intégrée : ici, un ballon d’eau chaude d’une capacité avoisinant les 50 à 60 litres est intégré à la chaudière. 
     
  • La production d’eau chaude à accumulation avec ballon séparé : un ballon d’eau chaude d’une capacité allant de 50 à 300 litres est relié à la chaudière. 
     
  • Il faut également tenir compte des contraintes liées à l’énergie disponible (est ce que le gaz de ville est disponible ? a-t-on la possibilité d’installer une cuve pour la chaudière au fioul ? etc…)

Remplacement de chaudière, quels critères prendre en compte ?

Le remplacement d’une chaudière représente un budget important. Aussi, il vaut mieux ne pas attendre le dernier moment pour la changer afin de prendre le temps de comparer vos options et de pouvoir faire réaliser plusieurs devis comparatifs. Pour connaître le moment propice pour envisager de changer votre chaudière, vous devrez prêter attention à ces différents paramètres :

L’âge de votre chaudière 

C’est le premier et le plus évident des indices à prendre en compte dans le remplacement de votre chaudière. Vous devez savoir que la durée de vie moyenne de ce type d’équipement tourne autour des 15 ans (s’il est entretenu tous les ans). Au-delà, les professionnels considèrent que le matériel est obsolète. Néanmoins, passé ce délai, il arrive que certaines chaudières fonctionnent encore. Dans ce cas, il est difficile d’envisager son changement. Toutefois, notez que, au regard de son ancienneté, ses performances ne sont plus suffisantes ce qui va engendrer une surconsommation et un confort thermique amoindri. Un modèle neuf vous permettra de réaliser jusqu’à 30% d’économies d’énergie. 

 

Les pannes récurrentes 

Une chaudière en fin de vie va régulièrement tomber en panne. Si malgré les réparations, la vôtre ne cesse d’avoir des problèmes, il est recommandé de la remplacer avant que la panne ne soit plus réparable. En effet, même si l’investissement est plus important, il est très rapidement rentabilisé contrairement aux frais de réparations qui peuvent très vite grimper. 

 

Les baisses de performance 

Le confort thermique de votre maison n’est plus au rendez-vous ? Une baisse de performance de votre chaudière n’est jamais bon signe. Aussi, il sera nécessaire d’en rechercher la cause et remplacer l’appareil si besoin. Les professionnels conseillent de remplacer l’équipement lorsque le rendement est inférieur à 75%.

La mise aux normes

Comme vous pouvez également vous en douter, une chaudière qui n’est plus aux normes devra obligatoirement être remplacée non seulement pour votre confort mais aussi et surtout pour garantir votre sécurité ainsi que celle de vos proches.
 

Le changement de configuration 

Chaque chaudière est installée et configurée afin de répondre le mieux possible à vos besoins.

Aussi, votre équipement doit être correctement dimensionné pour fonctionner de manière optimale, en consommant la juste dose de combustible. Si vous réalisez un agrandissement ou si des travaux d’isolation sont effectués, vous devez vérifier le bon dimensionnement de la chaudière. Selon les cas, il est possible qu’un remplacement s’avère nécessaire.

Quelle est la réglementation en vigueur ?

Comme mentionné plus haut, le changement d’une chaudière peut être motivé par un souci de mise aux normes. Voici ce qu’il faut retenir : 

  • Votre chaudière doit impérativement être estampillée NF et CE (cela concerne l’appareil en lui-même mais aussi tous les éléments de raccordement) ;
     
  • Les chaudières à condensation doivent répondre aux normes de la directive européenne écoconception et avoir une efficacité énergétique saisonnière supérieure à 90% ;
     
  • L’évacuation des fumées est très encadrée : le conduit doit être totalement étanche afin qu’aucune fumée toxique ne puisse s’échapper à l’intérieur du logement; la sortie du conduit de fumée sur le toit doit dépasser d’au moins 40 centimètres ; pour finir, si la chaudière utilise un tirage naturel, le conduit doit être d’au moins 4 mètres de haut. 

 

Depuis l’entrée en vigueur en 2015 de la Directive Européenne Écoconception, les chaudières dites « basse-température » sont progressivement retirées du marché car elles ont un mauvais impact sur l’environnement. Les chaudières à condensation deviennent la référence.

Quelles sont les précautions à observer ?

Vous le savez, le changement de chaudière représente une dépense importante. Aussi, il est sage d’observer ces quelques précautions avant son remplacement :

  • Choisissez un modèle adapté à vos besoins : lorsque vous choisissez le nouveau modèle de votre chaudière, pensez au volume à chauffer. Inutile de sur-dimensionner votre équipement. Un bon dimensionnement vous permettra de limiter votre consommation d’énergie, mais aussi de réduire la production de substances toxiques générées à chaque arrêt et démarrage de votre chaudière. Notez qu’un modèle correctement choisi doit être rentabilisé au bout d’une dizaine d’années maximum après l’installation. 
     
  • Optez pour des marques ayant pignon sur rue depuis plusieurs années : cela vous donnera l’assurance d’avoir une installation de qualité et de pouvoir être dépanné tout au long de la vie de la chaudière. 
     
  • Comparez les différents modèles de chaudière et ne misez pas forcément sur les équipements premiers prix car vous risquez de voir vos économies disparaître dans des frais de réparation fréquents. De même, ce type d’appareil ne dispose pas d’une durée de vie aussi longue.
     
  • Pour l’installation de votre chaudière, faite appel à un professionnel reconnu. Ils sont dans certains cas agréés par la marque pour leur expertise du produit. Évitez ceux qui ne prennent pas la peine de se déplacer chez vous afin d’analyser vos besoins.

 

Vous avez des questions ? Besoin de conseils personnalisés ?
N’hésitez pas à vous adresser directement à un professionnel !