Passoires thermiques : de quoi parle-t’on concrètement ?

  • Article
  • Rénovation énergétique
  • Rénovation d'appartement
  • Rénovation de maison

Temps de lecture : 3 min

[ Article mis à jour le 24 septembre 2021 ] Le gouvernement s’attaque aux passoires thermiques. En dévoilant le nouveau plan de relance et son axe sur la rénovation énergétique, le gouvernement a annoncé un chiffre vertigineux : 4,8 millions de logement seraient des passoires thermiques. Soit pas moins de 17% des résidences principales… Comment a été réalisé ce classement ? Quelles sont les constructions concernées ? Quels travaux envisager pour rejoindre les 2 millions de résidences principales peu énergivores ? Nous faisons le point.

Qu’est qu’une passoire énergétique ?

Passoire thermique : le bilan de la Convention citoyenne pour le climat

Constituée en octobre 2019, la Convention citoyenne pour le climat avait pour difficile mission de cibler les différents points de travail pour lutter contre le réchauffement climatique. En juin dernier, le travail de plusieurs mois a été délivré au gouvernement et à la presse. 149 propositions ont été dévoilées, dont celle décrivant la nécessité de rénover les bâtiments énergivores, les fameuses passoires thermiques. Près de 5 millions de logement seraient concernés par un besoin de rénovation énergétique, un chiffre obtenu en analysant les DPE (Diagnostic de Performance Energétique) des résidences principales.

Pour rappel, le DPE est obtenu en croisant deux données : l’étiquette énergie qui donne une idée des consommations énergétiques des bâtiments, et l’étiquette climat qui mesure les émissions de gaz à effet de serre de l’habitation.  Au final, le logement obtient une note globale de A pour la meilleure note à G pour la pire. Les passoires thermiques sont tous les logements notés F et G au DPE.

Répartition des DPE de l’ensemble des résidences principalesLes passoires thermiques représentent 17% des résidences principales.
Si les logements notés de E et D au DPE ne sont pas considérés comme des passoires thermiques, ils sont néanmoins peu économes en énergie, et représentent aujourd’hui, avec 58% du parc, la majorité des résidences principales en France.

Ambition 2030 : Réhabiliter les passoires thermiques

La Convention citoyenne pour le climat a ainsi demandé de réhabiliter en priorité les 4,8 millions de passoires thermiques présentes en France. Pour accompagner cette volonté, le gouvernement a renforcé le dispositif d’aides financières à la rénovation énergétique, notamment en ouvrant certaines aides à tous les foyers, quel que soit leur revenu fiscal. Réhabiliter, c’est s’attaquer à la consommation de ces passoires thermiques. Concrètement, d’ici 2028, la rénovation énergétique devra permettre de faire baisser la consommation d’énergie primaire de ces logements sous le seuil de 330 kWh par m² et par an.

Quel est le portrait-robot des passoires thermiques ?

La majorité des passoires thermiques sont : 

  • Plus souvent des maisons individuelles (à hauteur de 18,4%, contre 14,7% des logements collectifs). 
  • Généralement anciennes, la majorité des passoires thermiques ayant été construites avant 1949. 
Passoires thermiques : les dates de constructionLes passoires thermiques ont été très majoritairement construites avant 1949 (Source : Fidéli 2018)
  • Les passoires thermiques se trouvent davantage dans le parc privé (18,7%) que dans le parc social (7%).
  • Les logements les plus énergivores sont de taille intermédiaires et affichent une superficie comprise entre 30 et 60m² pour près de 36%, contre seulement 13% pour les habitations de plus de 100m². 
    Passoires thermiques : quelle surface ?La majeure partie des passoires thermiques font entre 30 et 60 m² (source : Le Moniteur Immo)
    • Les logements occupés par des locataires sont légèrement plus énergivores que les logements occupés par les propriétaires (23% des logements concernés contre 17%).
    • Les passoires thermiques se trouvent plus fréquemment dans les départements ruraux et/ou montagneux. On compte par exemple 46% de passoires thermiques dans le Cantal contre 6% dans les Landes.
    Localisation des passoires thermiquesLocalisation des passoires thermiques

    Passoires thermiques : vers une interdiction à la location

    La loi énergie climat de 2019 précisait que les logements jugés indécents d'un point de vue thermique seraient interdits à la location, sans préciser toutefois ce seuil de "décence". C'est chose faite depuis le 13 janvier 2021, un décret fixe le seuil de décence énergétique des logements à 450Kwh/m2/an.

    A partir du 1er janvier 2025, les logements étiquetés G ne pourront donc plus être mis en location. Ils seront rejoints par les passoires thermiques classées F à compter du 1er janvier 2028 et par les étiquettes E en 2034.

    Un point qui devrait pousser les bailleurs à entreprendre la rénovation de leurs logements peu vertueux... D'autant plus que dès 2023, les propriétaires de passoires thermiques classées F et G seront obligés de réaliser des travaux de rénovation énergétique s’ils souhaitent augmenter le loyer de leur logement en location et ainsi éviter le gel de leur loyer.

    Vers quels travaux s’orienter pour sortir de l’étiquetage F et G ? 

    Isolation, ventilation, chauffage, voici les 3 piliers d’une rénovation énergétique globale efficace. Bien évidemment, il faudra au préalable faire un diagnostic de tous vos équipements pour savoir ce qu’il faut réellement changer. Une bonne isolation ne suffira pas si votre production de chauffage est générée par des énergies fossiles comme les chaudières au fioul. De même, le changement de votre chauffage ne vous fera pas réaliser d’économie d’énergie si votre habitation est mal isolée, notamment votre toiture qui à elle seule peut représenter 30% des déperditions de chaleur du logement. 

    Pour trouver les travaux qu’il vous faut, nous vous conseillons la lecture de notre dossier Travaux de rénovation énergétique : mode d’emploi

    Travaux de rénovation énergétique en vue ?
    Décrivez rapidement votre projet : nous vous mettons gratuitement en relation avec nos professionnels agréés.