Tarif plombier et prix des travaux de plomberie

  • Article
  • Plomberie

Temps de lecture : 4 min

Les travaux de plomberie au sein d’une habitation peuvent être très divers. Du simple lavabo de la salle de bain bouché à l’installation d’une douche en passant par la fuite du robinet des toilettes, les domaines d’intervention du plombier sont nombreux. Qu’il s’agisse de rénover, de réparer ou bien d’installer un tout nouveau système, il peut être complexe de calculer le bon budget pour effectuer nos travaux de plomberie. Quels sont les tarifs pratiqués par les plombiers ? Comment évaluer le montant de son devis de plomberie ? Quel est le coût des travaux de plomberie les plus fréquents ? Quelles sont les aides financières éventuelles et les conditions pour y être éligible ? Nos spécialistes vous aident à y voir plus clair et à concrétiser vos projets. 

Prix moyen pratiqués par les plombiers

Quels sont les tarifs pratiqués par les plombiers ?

Les travaux de plomberie peuvent être de diverses natures. En dehors des canalisations bouchées, le plombier intervient dans de nombreux domaines : il faut notamment bien différencier le plombier installateur sanitaire qui s’occupe des sanitaires, du réseau d’eau et de l’assainissement individuel et le plombier chauffagiste qui a pour mission l’installation d’une chaudière ou encore la mise en place du chauffage hydraulique. 

De plus, quels que soient les travaux envisagés, bon nombre d’éléments peuvent faire varier le montant d’un devis. Afin d’éviter les mauvaises surprises et d’être en mesure d’établir un budget précis à vos travaux, le bon réflexe à avoir est de comparer les devis afin d’obtenir un prix ferme. 

 

Comment choisir le bon devis ?

Lorsque que l’on décide de faire appel à un professionnel, il est naturel de s’orienter vers celui dont le devis est le plus bas. Néanmoins, ce réflexe n’est pas forcément le meilleur à adopter car derrière ces « devis au rabais » se cachent parfois de nombreux frais cachés et des qualifications approximatives du prestataire.
 

Vérifiez la qualité du devis

Vérifiez que toutes les mentions légales sont bien présentes sur le devis. Vous devez ainsi pouvoir lire noir sur blanc la date du jour, le nom, l’adresse et le SIREN (ou SIRET s’il s’agit d’une entreprise) de l’entreprise ou du professionnel ; la nature et la quantité des pièces nécessaires à vos travaux ainsi que leurs références (celles-ci doivent être conformes aux normes NF) ; le coût de la main d’œuvre (déplacement compris) ; la durée des travaux, la TVA (selon le type de travaux, son taux peut varier, il est habituellement de 10% pour les travaux de rénovation), le prix en euros TTC ainsi que le caractère gratuit ou non du devis. 

Très important également, pensez à vérifier les garanties du plombier. Aux yeux de la loi, celui-ci doit avoir une assurance responsabilité civile professionnelle, une garantie décennale (qui vous protège pendant 10 ans contre toutes les malfaçons sur les travaux de gros œuvre), une garantie de parfait achèvement (pour tous les défauts constatés dans l’année qui suit l’achèvement des travaux) ainsi qu’une garantie biennale (qui vous protège pendant une durée de deux ans en cas de défauts sur les équipements installés).
 

Vérifiez les compétences du plombier

La plomberie se compose de nombreuses spécialités et il est important de vous assurer que le professionnel a bien les compétences requises pour vos travaux. Ainsi et comme vu plus haut, vous n’appellerez pas le même spécialiste si vous avez besoin d’un débouchage de canalisation ou si vous souhaitez procéder au remplacement de votre chaudière. Il est capital de vous intéresser aux labels Qualibat et aux certifications de l’artisan ou de l’entreprise prestataire, qui diffèrent selon que vous fassiez appel à un plombier sanitaire ou bien à un plombier chauffagiste. Délivrés par des organismes indépendants, ils sont de véritables gages de qualité pour le client. 

A savoir : certaines qualifications sont obligatoires pour bénéficier des aides financières aux travaux de rénovation énergétique, dans le cas de l’installation d’un nouveau système de chauffage. Ainsi, pour une installation de chauffe-eau solaire, demandez la qualification RGE Quali’Sol, et pour une installation de chaudière bois, la qualification RGE Quali Bois.
 

Le conseil du juriste : si vous n’apercevez pas les assurances et garanties nécessaires sur le devis, n’hésitez pas à demander à l’artisan de vous en fournir une preuve écrite. 

Lorsqu’il est question de travaux importants, ne vous contentez pas d’un seul devis mais prenez le temps d’en demander plusieurs afin de comparer les prix qui peuvent fortement varier entre deux professionnels.

Travaux de plomberie en vue ?
Dites-nous ce que vous souhaitez réaliser en quelques clics : nous vous recontactons pour vous mettre en relation avec nos professionnels agréés.

Comment évaluer le montant de son devis de plomberie ?

Les tarifs pratiqués par les plombiers sont influencés par deux critères principaux : la difficulté d’exécution de la tâche et le temps passé pour les travaux. A ces frais de main d’œuvre s’ajoutent les frais de déplacement. Il faut aussi prendre en compte le caractère urgent ou non des opérations car le tarif peut différer selon la situation (prévoyez 50% supplémentaire en cas d’urgence le week-end, pendant la nuit ou durant un jour férié). A savoir également : les tarifs pratiqués varient en fonction de la zone géographique, un plombier à Paris facturant plus cher qu’en province.

Quant au budget global pour vos travaux, il dépendra du niveau de gamme et de la technicité des produits choisis. 

De manière générale, le coût horaire d’un plombier oscille entre 40 et 140 euros selon le type de prestation, la localité, la spécialité du plombier et la durée des travaux. Cependant, sachez que certains artisans préfèrent mettre en place un système de forfait. 

Quel budget pour quels travaux de plomberie ?

Calculer le budget nécessaire à ses travaux de plomberie n’est pas une mince affaire. En effet, qu’il s’agisse d’un forfait incluant les frais de déplacement, l’intervention et le matériel, d’un taux horaire ou bien d’une prestation sur-mesure dans le cadre d’une rénovation de salle de bain ou de l’installation d’une nouvelle chaudière, la grille tarifaire peut facilement faire le grand écart. 

Cela étant, certains tarifs évoluent peu au regard de la prestation effectuée. Voici de quoi vous aider à rassembler la somme utile à vos travaux.

Pour le remplacement d’un lavabo de salle de bain ou d’un évier de cuisine. 
Comptez entre 150 et 200 euros HT hors matériel pour ce type d’opération. 

Pour l’installation de nouveaux WC.
Prévoyez une somme comprise entre 250 et 800 euros HT pour la dépose de vos anciennes toilettes et la pose d’un nouveau modèle au sol, en fonction du niveau de gamme du sanitaire choisis. Pour des WC suspendus, le tarif sera plus élevé : les prix commençant autours de 700 euros pour la pose d’un WC suspendu entrée de gamme, habillage inclus, et pouvant aller jusqu’à 7000 € pour des WC suspendus lavant haut d gamme.
Notez que si le plombier doit effectuer un raccordement de vos toilettes à l’arrivée d’eau ou à l’évacuation, le prix peut être beaucoup plus important (quelques milliers d’euros dans certains cas).

Pour le remplacement d’une baignoire. 
Comptez entre 700 et 7000 euros TTC fourniture comprise, en fonction du type et du niveau de gamme de la baignoire, de la robinetterie associée et de son mode de fixation.

Comptez en moyenne 500 euros pour le remplacement de WC classiques.

Le prix de remplacement d'une baignoire varie entre 700 et 7000 euros !

Notre
sélection

Pompe de relevage SANIVITE +

La solution idale pour l'installation d'une nouvelle cuisine ou d'une buanderie sans gros travaux.

Découvrir ce produit

Pour le remplacement d’une douche simple. 
Comptez de 700 à 4000 euros TTC pose incluse, le prix étant là encore fortement influencé par les matériaux, équipement et le type de pose de robinetterie choisis. 

Pour l’installation d’une douche à l’italienne. 
Comptez de 2500 à 5000 euros TTC pour les projets les plus classiques. Gardez cependant à l’esprit que la note peut vite grimper en fonction de la configuration de vos évacuations existantes et des matériaux choisis.

Pour un dépannage de plomberie. 
Besoin d’un débouchage de canalisation ? D’une réparation de fuite d’eau dans la salle de bain ou la cuisine ? Du remplacement d’un siphon ? Prévoyez entre 100 et 300 euros pour ce type d’interventions. 

Pour une rénovation totale de plomberie. 
Selon l’étendue des travaux et la surface de vos pièces d’eau, prévoyez un budget minimal de 4000 euros. 

Pour un raccordement tout-à-l’égout. 
Comptez entre 200 et 400 euros le mètre linéaire, terrassement et rebouchage inclus.

Pour la pose d’une chaudière.
Selon la performance de la chaudière, le modèle choisi et la difficulté d’installation, le tarif peut varier entre 500 et 1500 euros (pour la main d’œuvre uniquement). 

Pour un dépannage sur une chaudière. 
Si vous possédez une chaudière à gaz naturel, comptez entre 70 et 130 euros de l’heure pour sa réparation. En revanche, pour une chaudière au fioul, ces tarifs sont plus élevés et peuvent parfois grimper jusqu’à 150 euros de l’heure. Aussi, il est souvent intéressant d’opter pour un forfait annuel d’entretien qui vous coûtera entre 150 et 200 euros par an. 

Dépannage plomberie : prévoyez 200 euros en moyenne pour l'intervention.

Comptez 1500 euros pour l'installation d'une nouvelle chaudière, hors équipement.

Quelles sont les aides financières et quelles conditions pour y être éligible ?

Lorsque des travaux de plomberie s’imposent, il vaut mieux ne pas attendre pour les réaliser au risque d’aggraver la situation et d’engendrer des frais encore plus élevés. Aussi, certaines aides financières peuvent vous aider à financer certaines interventions. 

Pour les habitations de plus de 15 ans, l’ANAH (Agence Nationale pour l’Habitat) peut délivrer une aide sous certaines conditions. Il existe en effet le programme « habiter sain » et « habiter serein » pour vous aider à financer vos travaux de types rénovation de l’installation électrique ou de plomberie, installation de salle de bain ou de sanitaires ou encore renforcement de la structure de la maison. L'État peut également compléter cette aide grâce à la prime « habiter mieux » dans le cadre de travaux de rénovation énergétique. Cette dernière peut être accordée si les travaux permettent un gain de consommation énergétique d’au moins 25%. En tant que propriétaire du logement, les aides de l’ANAH sont soumises à certaines conditions. Le logement doit être occupé en tant que résidence principale dont la construction date de plus de 15 ans. Le montant des travaux doit par ailleurs être d’au moins 1500 euros. Enfin, ces subventions sont réservées aux revenus les plus modestes. 

L’État peut vous octroyer un prêt à taux zéro si vos travaux portent sur la production d’eau chaude sanitaire (le prêt ne peut dépasser les 30 000 euros). D’autre part, vous pouvez prétendre à la TVA à taux réduit (5,5%) pour une intervention participant à l’amélioration des performances énergétiques du logement ainsi qu’à la TVA à 10% pour toutes les opérations de rénovation si vous passez par un artisan. Enfin, dans le cadre de vos travaux de rénovation énergétique (remplacement d’un système de chauffage, raccordement à un réseau de chaleur, installation d’un système de production d’eau chaude sanitaire utilisant une source d’énergie renouvelable etc.), vous êtes éligible, en fonction de vos revenus, au Crédit d’Impôt à la Transition Énergétique (CITE) ou à Ma Prime Rénov', ainsi qu'aux CEE et à la prime Coup de Pouce Energie

Travaux de rénovation en vue ?
Dites-nous ce que vous souhaitez réaliser en quelques clics : nous vous recontactons pour vous mettre en relation avec nos professionnels agréés.