Quelle VMC choisir ?

L’importance de la ventilation n’est plus à démontrer. Une habitation bien ventilée est une habitation saine. Renouveler l’air de son intérieur permet d’éviter l’humidité, d’évacuer la pollution générée par l’activité humaine et d’endiguer le développement des virus. Vous l’aurez compris, en passant en moyenne 80% de votre temps dans des lieux clos, votre qualité de vie et votre santé dépendent grandement d’une bonne ventilation. 
 

Choisir sa VMC

Dû aux nombreux défauts d’isolation, aux défauts d’étanchéité et aux ponts thermiques, la ventilation des logements s’est faite de manière naturelle pendant de nombreuses années.

Toutefois, de nos jours, avec les progrès faits en matière de construction et d’isolants, celle-ci ne peut plus se faire de la même façon. Considérant que l’air doit être renouvelé quasiment en permanence, le simple fait d’aérer en ouvrant la fenêtre le matin au réveil n’est pas suffisant.

Par conséquent, l’heure est aujourd’hui à la ventilation mécanique contrôlée (VMC) dont on distingue deux principaux systèmes : 

La VMC simple flux

C’est le système le plus simple. L’air vicié de l’intérieur est expulsé vers l’extérieur à l’aide d’un réseau de gaines. Il existe deux types de VMC simple flux :

 

  • La VMC simple flux auto-réglable : 
    l’air neuf est diffusé par des entrées d’air (grilles d’aération dans les menuiseries) situées dans les pièces sèches (chambres, salon). Dans les pièces humides (salles de bain, cuisine, buanderie), des bouches d’extraction évacuent l’air vicié. La VMC simple flux autoréglable est paramétrée au départ pour se caler sur un débit d’air constant et ne prend pas en compte le niveau d’humidité. C’est la solution mécanique moins onéreuse du marché. Malgré son efficacité, son fonctionnement continu quel que soit le temps ou le niveau d’humidité peut parfois générer des déperditions énergétiques. En effet, en amenant de manière constante de l’air neuf en provenance de l’extérieur, cette VMC aura tendance à faire baisser la température ambiante, ce qui va générer une consommation énergétique accrue.
  • La VMC simple flux hygroréglable :
    comblant les lacunes de la VMC autoréglable, le système hygroréglable adapte sa puissance d’aspiration en fonction du taux d’humidité capté dans la pièce. Ainsi, lorsque vous cuisinez ou que vous prenez votre douche, les bouches d’aspiration vont s’ouvrir en grand pour évacuer l’humidité et lorsque vous êtes absent, elles resteront en position semi-fermée pour limiter le renouvellement d’air qui pourrait refroidir votre intérieur. Plus chère à l’achat, elles sont toutefois plus performantes et plus économiques à l’usage.

La ventilation double flux

Plus perfectionnée, la ventilation double flux est dotée d’un système d’échangeur thermique reliant deux gaines : celle pour l’air entrant et celle pour l’air sortant.

Cette typologie de VMC permet de récupérer les calories contenues dans l’air que l’on extrait de la maison et de les injecter dans l’air neuf que l’on fait rentrer à l’intérieur. L’air vicié est aspiré, filtré puis évacué. L’air sain récupéré à l’extérieur du logement est réchauffé avant d’être soufflé dans la maison. Les pertes de chaleur sont ainsi amoindries. Plus économique sur le long terme, la ventilation double flux nécessite néanmoins des travaux plus importants et onéreux qu’une VMC simple flux.

En effet, une VMC double flux prend de la place puisqu’elle se compose d’un réseau de gaines qui font chacune entre 8 et 12 cm de diamètre. 

Afin de faire le choix le plus adapté à votre besoin en ventilation, voici un récapitulatif des avantages et inconvénients pour chaque type de VMC : 

  • Une ventilation simple flux autoréglable présente l’avantage d’être simple d’utilisation et peu coûteuse à l’achat. Toutefois, on notera de fortes déperditions énergétiques qui feront grimper la facture sur le long terme. 
     
  • Une ventilation simple flux hygroréglable est également simple d’utilisation et dispose d’un débit d’air régulé qui s’adapte au taux d’humidité des pièces. En termes d’inconvénients, on soulignera son prix plus élevé et son air non filtré. 
     
  • Une VMC double flux génère d’importantes économies d’énergie, est plus silencieuse et permet une filtration de l’air entrant. Son installation complexe et son coût plus élevé qu’une VMC simple flux sont néanmoins à prendre en considération. 

 

La VMC simple flux ou double flux, permet de ventiler l’ensemble du logement, les pièces humides comme les pièces sèches. 

VMC, quel budget prévoir ? 

Pour une installation bien posée et durable, nous vous conseillons de faire appel à un professionnel. Pour pouvoir calculer votre budget, voici donc les coûts d’installation des différentes typologies de VMC : 

  • Pour une VMC simple flux, au sein d’un logement neuf, comptez environ 350 euros pour une VMC autoréglable et 600 euros pour une VMC hygroréglable. Dans le cas d’une rénovation, il faudra prévoir 600 euros pour un système autoréglable et 1200 euros pour une VMC hygroréglable.
     
  • Pour une VMC double flux le tarif moyen oscille entre 1600 et 3500 euros pose et fournitures comprises. Le tarif le plus haut concerne principalement les habitations en rénovation car son installation est souvent plus complexe. 

L’extracteur, alternative à la VMC

Si vous ne disposez pas de suffisamment de place pour faire installer une VMC dans votre logement, vous pouvez vous tourner vers un extracteur d’air. Particulièrement pratique dans les pièces humides comme la salle de bain ou la cuisine, ce système évacue l’humidité et les mauvaises odeurs. Il en existe de deux types : l’extracteur intermittent et l’extracteur permanent. 

Le premier se déclenche à l’aide d’un interrupteur. Vous avez la main sur son utilisation. Il peut également se déclencher automatiquement lorsqu’il détecte une présence d’humidité ou de CO2.  Il est conseillé dans les pièces de petite dimension, et dans les logements où il est difficile d’installer des conduits d’aération, comme les studios par exemple. Econome en électricité, il est aussi vendu à des prix intéressants : entre 50 et 90 €. 

Le second, l’extracteur permanent, va renouveler l’air sans s’arrêter.

Les modèles peuvent être petits et discrets et s’installer aux murs comme aux plafonds. Le rejet de l’air vicié se réalise via un conduit qui mène à l’extérieur ou directement. Un modèle que l’on préconise aux pièces de faibles volumes, et tout particulièrement la salle de bain ou la buanderie pour lutter contre l’humidité. Plus onéreux que le précédent, comptez entre 100 et 200 €.

Bien que ces solutions soient utiles pour évacuer l’air vicié d’une pièce en particulier, elles ne permettent pas de renouveler l’air de l’ensemble de votre intérieur. Il faut donc penser à faire installer des grilles d’aération pour que l’air neuf puisse entrer dans la maison.

Lorsque toute la maison est équipée d’extracteur d’air, on parle alors de VMR (Ventilation Mécanique Répartie). 

Tableau récapitulatif des principaux systèmes de ventilation

Tableau récapitulatif des principaux systèmes de ventilation
  VMC simple flux VMC double flux Extracteur d'air
Cuisine X X X
Salle de bain X X X
Buanderie X X X
Garage X X X
Salon X X  
Chambre      
PRIX 300 à 1200€ 1600 à 3500€ 80 à 300 €

 

Vous avez des questions ? Besoin de conseils personnalisés ?
N’hésitez pas à vous adresser directement à un professionnel !