Soubassement de maison : choix et rénovation

  • Article
  • Extension
  • Murs et plafonds

Temps de lecture : 4 min

Lorsque l’on pense à la construction d’une maison ou d’une extension, on pense automatiquement aux fondations, mais le soubassement reste une partie du gros œuvre que l’on connaît peu. Très important, il repose sur les fondations et correspond à la partie inférieure des murs. C’est en quelque sorte l’assise de votre habitation qui permet de soutenir les murs de façade et les murs porteurs. Sur une construction existante, les soubassements présentent parfois des déficiences qui supposent une rénovation plus ou moins lourde. Dans cet article, nous allons vous éclairer sur les trois sortes de soubassements qui existent. Qu’est-ce que le soubassement ? Et que faire lorsqu’il semble avoir un problème à son niveau ? Le point complet.

Soubassement de maison : choix et rénovation
Sommaire

Les trois types de soubassement

Vous avez un projet d’extension ou de construction de maison ? La réalisation du soubassement est une étape fondamentale qui intervient après avoir coulé les fondations. C’est ce soubassement qui permettre de soutenir les murs porteurs. Et pour réaliser le soubassement, trois choix s’offrent au professionnel en fonction de votre terrain et de vos besoins :

  • Le soubassement de type hérisson
  • Le soubassement de type vide-sanitaire
  • Le soubassement de type sous-sol
Le soubassement de type hérisson
Soubassement de type hérisson

Soubassement de type hérisson

Il s’agit du soubassement le plus simple en construction et donc le moins cher pour votre maison. Le soubassement hérisson convient uniquement au terrain parfaitement plat et bien stable. Il ne doit pas demander à creuser ou surélever le sol avant d’être réalisé. La dalle de béton est ainsi coulée directement sur le sol naturel.

Ce type de soubassement demande peu de main d’œuvre et de matériaux. Les étapes de réalisation sont assez simples. Après avoir décapé le sol, un lit de gravier est posé sur le sol naturel. La dalle béton est coulée sur le lit de gravier. On ajoute un film polyane sur la dalle pour éviter les problèmes d’humidité dans la maison et assurer une bonne isolation. On peut également placer sur la dalle un film anti radon si vous êtes dans une zone fortement exposée à ce gaz naturel présent dans les roches rouges.

 

Prix de réalisation d’un soubassement de type hérisson

Côté prix, pour la construction d’un soubassement de type hérisson, il faut compter en moyenne 120 euros le mètre carré. Un prix auquel on devra ajouter le coût d’un film d’étanchéité ou anti radon.

Soubassement de type vide sanitaire

La particularité de cette technique réside dans le fait qu’un espace d’au moins 20 centimètres est conservé entre les fondations et le sol du rez-de-chaussée de la maison. Cet espace est constitué d’au minimum deux rangs de parpaings ou d’un béton hydrofugé.

La hauteur du vide sanitaire peut être différente en fonction de vos besoins. Il est toujours intéressant de disposer d’un vide-sanitaire d’au moins 70 cm de haut pour pouvoir passer sous la maison en cas de besoin (raccord électrique…). La hauteur permise de votre vide sanitaire dépendra de la hauteur finale de votre maison. Il ne faudra pas dépasser la norme obligatoire indiquée dans le Plan Local d’Urbanisme.

Au-dessus du vide sanitaire, le plancher est composé de poutrelles en béton armés et de hourdis (maçonneries légères souvent constituées de polystyrène, plastique ou ciment) le tout surmonté d’une dalle de compression en béton armé d’un treillis soudé.

Cette construction est une excellente solution si vous vivez dans une région pluvieuse, car le vide sanitaire va endiguer les ruissellements et inondations. Par ailleurs, ce soubassement permet de construire une extension sur un terrain en pente sans avoir besoin de creuser le sol de manière importante.

 

Prix de réalisation d’un soubassement sur vide sanitaire

Comptez pour la construction d’un soubassement sur vide sanitaire en moyenne 150 euros le mètre carré.

Soubassement de type sous-sol

Il est le type de soubassement de maison le plus complexe et le plus onéreux à mettre en place. Le soubassement de type sous-sol donne la possibilité de créer un étage supplémentaire à la maison.

Pour la construction, les professionnels devront creuser le sol, les murs seront donc enterrés ou semi-enterrés. Ils seront également très résistants, car ils doivent supporter la poussée des terres.

Le soubassement de type sous-sol doit être parfaitement réalisé, et les problématiques d’humidité et de drainage sont au cœur de cette réalisation. Les murs extérieurs doivent être imperméabilisés pour éviter que l’eau ne vienne abîmer le sous-sol. Des tranchées drainantes sont à créer tout autour de l’ouvrage pour éviter que l’eau ne stagne au niveau du sous-sol.

 

Prix de réalisation d’un soubassement de type sous-sol

La complexité des travaux font de ce type de soubassement le plus onéreux en construction : comptez en moyenne 180 euros le mètre carré.

Un projet d’extension ?
Décrivez-le rapidement : nous vous mettons en relation avec nos professionnels agréés.

Rénovation du soubassement : problème numéro 1, les remontées capillaires

On appelle remontées capillaires le phénomène d’humidité qui, bloquée de part et d’autre par un revêtement étanche au sol, va remonter dans les murs de soubassement : des traces d’humidité sont alors visibles en b    as des murs. Ces remontées peuvent être visibles jusqu’à plus de 2 mètres de hauteur lorsqu’un revêtement étanche a été placé en pied de mur.

Remontées capillaires et soubassementL’absence de barrière anti capillarité à la conception du soubassement peut générer des remontées capillaires.

Pour traiter les remontées capillaires, plusieurs solutions correctives existent :

  • Le drainage périphérique ou vertical, qui sera réalisé autour du soubassement ;
  • La barrière étanche
  • L’assèchement par électro-osmose
  • Le siphon atmosphérique

Des solutions complexes à mettre en œuvre que nous expliquons en détail dans notre dossier : Remontées capillaires : quel traitement ?

Rénovation du soubassement : problème numéro 2, la faiblesse structurelle

Vous avez remarqué dans votre maison des infiltrations très importantes, que vous ne pouvez pas expliquer, et qui proviennent du sol. Vos portes et fenêtres ont du mal à fermer, comme si elles étaient désaxées, des fissures ont été repérées sur les murs intérieurs ou extérieurs, voire sur les fondations ? Attention, il semblerait que votre maison s’affaisse… L’intégrité du bâti est alors compromise, un problème majeur dû à une malfaçon, à une dégradation dans le temps de votre maison ou un glissement de terrain.

 

Comment réagir ?

Dans un premier lieu, si votre maison est toujours sous garantie décennale, vous devez vous rapprocher de votre constructeur et de votre assurance. De tels problèmes si tôt après la construction montrent un défaut de conception ou de mise en œuvre au niveau des fondations et du soubassement.

Si votre demeure est très ancienne, il se peut que le soubassement soit en péril à cause de mouvements de terrain, d’ajout à la bâtisse principale sans prend en compte le poids associé… Dans tous les cas, cela n’annonce pas la démolition de votre maison, mais de gros travaux devront être réalisés.

Fissures structurelles et soubassementCe type de lézardes alerte sur un problème de structure au niveau du soubassement.

Comment renforcer les fondations ?

La première étape est de faire appel à un bureau d’études structure. Il pourra analyser le sol, les fondations, le soubassement, et donner un avis éclairé sur les solutions pouvant être apportées pour remédier au problème.

Si vous envisagez de faire une réhabilitation, les ingénieurs structure se chargeront également d’étudier la répartition des nouvelles charges qui pèseront sur le soubassement de l’habitation. Ils vous indiqueront ainsi si le soubassement a besoin d’être renforcé, par quelle technique et avec quels matériaux.

 

Le déroulement des travaux de renforcement de soubassement

Après l’étape du bureau d’études structure, les travaux commenceront par le transfert des charges d’une zone de travail à une autre. L’objectif est d’alléger le poids exercé sur le soubassement le temps de pouvoir le renforcer. En pratique, on place des étaies pour reprendre le poids du plancher.

Pour renforcer le soubassement, le professionnel devra obligatoirement creuser, et donc réaliser une excavation. Une opération longue car elle devra être faite manuellement, aucun engin de chantier ne pouvant être utilisé au risque d’entraîner de gros dégâts sur la structure déjà affaiblie. Pour éviter que le soubassement ne bouge lors du renforcement, un étaiement provisoire sera réalisé pour soutenir le bâti.

Le professionnel pourra alors passer au renforcement du soubassement avec la pose de cages d’armatures et de coffrage, puis la coulée du béton : le fond de fouille. Après la prise du béton, le professionnel passe au décoffrage et au comblement des fouilles. La dernière étape, et sans aucun doute la plus complexe, sera la mise en charge de la nouvelle fondation, c’est-à-dire la jonction entre le nouveau soubassement et les éléments structurels de la maison qui doivent se reposer dessus.

Des travaux de reprise en sous œuvre très importants, qui ne peuvent être réalisés que par un professionnel dont le savoir-faire en la matière a pu être de nombreuses fois observé… 

Travaux de rénovation en vue ?
Dites-nous ce que vous souhaitez réaliser : nous vous recontactons pour vous mettre en relation avec nos professionnels agréés.

Rénovation du soubassement : problème numéro 3, une isolation thermique dégradée

Votre soubassement manque d’isolation, vous pouvez le remarquer si vous sentez le froid remonter par le sol. Sachez que mal isolé, le plancher d’une maison peut être responsable d’une perte de chaleur de 7 à 10%.

Si vous souhaitez y remédier, les travaux ne s’effectueront pas au niveau du soubassement en lui-même. Le professionnel devra se charger de l’isolation de votre plancher bas.

Cette solution peut être mise en œuvre de deux façons :

  • par le dessous, la plus simple à installer lorsque l’on possède un vide sanitaire accessible ;
  • par le dessus, beaucoup plus contraignante car elle oblige à retirer le revêtement au sol pour accéder au plancher bas.

Dans les deux cas, l’objectif est d’optimiser l’isolation en posant un nouvel isolant. Par le dessous, il peut s’agir de panneaux d’isolant que l’on vient fixer. Par le dessus, on pose l’isolant avant de venir couler une nouvelle chape en béton par-dessus. Il faudra ensuite terminer par la pose d’un nouveau revêtement de sol.

Le coût de ces travaux peut rapidement s’élever à plus de 5000 euros. Sachez néanmoins qu’ils sont éligibles aux aides à la rénovation énergétique, à l’exception de l’isolation des plancher sur terre-plein.

Besoin d’évaluer le prix de votre isolation ?
Décrivez votre projet et visualisez instantanément votre estimation travaux et vos aides !