Fenêtres : quel type de vitrage choisir ?

Un bon confort thermique au sein d’une maison est primordial non seulement pour votre bien être mais également pour la pérennité de votre bâti. Pour l’obtenir, plusieurs facteurs entrent en jeu et vos menuiseries extérieures font partie des éléments à ne pas négliger. Ainsi, sachez que les vitrages sont responsables de 10 à 15% des pertes de chaleur.

Il conviendra par conséquent de les choisir avec soin.

Quel type de vitrage choisir pour sa maison ?

Il existe trois grandes typologies de vitrages : le simple, le double et le triple vitrage. La première catégorie ne devrait plus exister car ses capacités d’isolation thermiques sont très faibles. Par conséquent, vous aurez le choix entre le double et le triple vitrage. Quelles sont leurs caractéristiques ? Nos experts vous répondent :

Zoom sur le double vitrage

En construction tout comme en rénovation, ce sont les vitrages les plus répandus.

Les doubles vitrages standard sont désormais « à isolation thermique renforcée » : ils comportent deux verres transparents dont un d’entre eux un revêtement transparent « faiblement émissif » qui limite les déperditions  thermiques par rayonnement. Pour améliorer l’isolation thermique, l’espace entre les 2 verres est généralement rempli de gaz argon (moins conducteur que l’air) ou, beaucoup plus rarement de Krypton.

Mais l’isolation thermique en tant que telle n’est plus vraiment le critère différenciant des doubles vitrages…

Les différences portent désormais sur leur capacité de capter l’énergie solaire (pour réduire les consommations de chauffage) ou, a contrario, de limiter les apports solaire pour éviter les surchauffes, autant que faire se peut.

Ces mêmes vitrages apportent bien d’autres bénéfices  que ceux liés à l’isolation et la gestion des apports solaires : protection contre les bruits extérieurs, protection contre les blessures en cas de heurt accidentel ou contre les tentatives d’intrusion, entretien facilité grâce à une couche dite « autonettoyante » voire même chauffage radiant électrique ou opacification activée par un courant électrique…

Un point commun à TOUS les vitrages présentés ci-dessous est leur performance d’isolation thermique  qui est devenue désormais  une caractéristique de base des vitrages équipant les fenêtres, baies vitrées et vérandas…

Selon vos besoins, vous pourrez choisir différentes typologies de double vitrage : 

  • Le double vitrage standard notifié 4/16/4 (4 mm correspondant à l’épaisseur de la vitre extérieure, 16 mm correspondant à l’épaisseur de la lame de gaz entre les deux vitres, 4 mm correspondant à l’épaisseur de la vitre intérieure). Comme indiqué ci-dessus le standard actuel du marché est le double vitrage » ITR » (Isolation thermique renforcée) qui présente un coefficient d’isolation thermique de 1,1 ou 1,0 W/m2.K. Ce type de vitrage est environ 6 fois plus isolant qu’un simple vitrage dont le coefficient thermique était de l’ordre de 6 W/m2.K.

    Issue d’une très récente rupture technologique, Le double vitrage à haute efficacité énergétique est similaire au précédent mais avec une transparence plus élevée au rayonnement solaire : il en résulte une augmentation des apports en lumière naturelle et surtout en chaleur solaire : ce vitrage participe activement au chauffage gratuit des logements en période froide.

    A contrario, le vitrage à protection solaire, à privilégier sur les façades exposées a pour fonction de minimiser les apports en énergie solaire en période estivale. A privilégier sur les façades sud et ouest il limite les surchauffes tout en préservant la vue sur l’extérieur (contrairement aux stores ou aux volets …).

    Au-delà de leur capacité à chauffer ou tempérer l’air ambiant et d’éclairer les espaces intérieurs les doubles vitrages actuels peuvent présenter bien d’autres avantages.
  • Le double vitrage phonique peut être une bonne solution si vous vivez en zone urbaine. Ici, les deux vitres sont dites asymétriques car elles ne sont pas de la même épaisseur : la vitre extérieure sera plus épaisse que la vitre intérieure afin de contrer le bruit de manière optimale. Une autre solution plus performante est d’ajouter un verre feuilleté d’isolation phonique dans la composition du double vitrage. Cela permet de réduite de façon considérable les nuisances sonores provenant de l’extérieur.

     
  • Le double vitrage avec un verre feuilleté de apportera une sécurité supplémentaire. Le verre feuilleté est généralement constitué de 2 verres collé l’un sur l’autre par un film adhésif transparent. En cas de heurts accidentel contre le verre feuilleté, celui-ci peut se briser mais les morceaux de verre restent collés sur le film adhésif. Il n’y a donc pas de risque de blessure.   De la même façon, même cassé, le verre feuilleté reste fixé dans le cadre de sa fenêtre et dissuade ou retarde les tentatives d’intrusion : c’est un élément  protection pour toute la famille et les biens du logement.
     
  • Enfin, mentionnons une option sympa, le verre autonettoyant BIOCLEAN,  qui permet d’alléger la corvée de nettoyage des vitres ; Un revêtement transparent déposé sur la face extérieur des vitrages élimine les salissures grâce à la double action du soleil et de l’eau de pluie ruisselante. Les vitres restent plus propres, plus longtemps et nécessite moins de produit d’entretien !


L’ensemble de ces caractéristiques est accessible dans la gamme de doubles vitrages « ECLAZ CONFORT » présentée à la fin de cet article.

 

Zoom sur le triple vitrage 

Aujourd’hui c’est le type de vitrage le plus performant du marché au niveau thermique.

Composé de trois vitres espacées d’une lame de gaz, il apporte un coefficient de déperdition thermique qui peut atteindre 0,5 W/m2.K, 2 fois plus bas que celui d’un double vitrage. En contrepartie de cet avantage, le triple vitrage est plus lourd et plus épais que le double. . ne s’adaptera pas à tous les types de menuiseries. Celles-ci devront en effet être assez solides pour supporter un tel poids. Par ailleurs, contrairement à ce que l’on pourrait supposer, son isolation acoustique n(est pas plus s performante que celle du double vitrage.

Sachez enfin que, de par son épaisseur importante, c’est un vitrage qui capte généralement  moins la chaleur du soleil : cette caractéristique n’est évidemment pas avantageuse en saison hivernale.  

Quel budget prévoir ?

Que cela concerne du double ou triple vitrage, le prix d’une fenêtre va dépendre de multiples facteurs. Il faudra en effet prendre en considération le type de fenêtre, l’épaisseur des verres, leur composition ainsi que le matériau choisi. Voici néanmoins quelques indications de prix qui devraient vous aider à y voir plus clair :

 

  • Pour un double vitrage standard, prévoyez un budget compris entre 140 et 150 euros du mètre carré. 
     
  • Pour un triple vitrage, on estime que le coût est compris entre 150 et 350 euros du mètre carré. 

 

Pour une pose durable et de qualité, à ces indicatifs de coûts il faudra ajouter le prix de la main d’œuvre qui oscille entre 100 et 350 euros par fenêtre. 

Vitrage fenêtre et confort thermique

Le choix du vitrage de vos fenêtres est à prendre compte pour l’isolation thermique de l’habitat. Mais comment cela fonctionne-t-il ?

La notion de confort thermique est associée au coefficient de déperdition thermique appelé valeur Ug. Plus la valeur Ug est basse et plus les déperditions thermiques sont réduites, vous gagnez donc en isolation thermique. Cette déperdition est calculée au m² de vitrage :

  • Pour un simple vitrage : la valeur Ug est de 6W/m2.K
     
  • Pour un double vitrage d’ancienne génération : la valeur Ug est de 3W/m2.K
     

Le double vitrage isolait alors deux fois mieux qu’un simple vitrage, d’où l’abandon de ce dernier dans les travaux de construction et de rénovation.
 

Aujourd’hui, on sait qu’en ajoutant une couche faiblement émissive, à savoir un revêtement invisible en métaux nobles, on réduit le rayonnement thermique du verre et on optimise la performance d’isolation. Il s’agit du double vitrage à Isolation Thermique Renforcée (ITR).

  • Pour un double vitrage ITR : la valeur Ug est comprise entre 1.1 et 1.0 W/m2.K

Il se montre ainsi 6 fois plus isolant qu’un simple vitrage. 

Pour une fenêtre on parle de Uw (U window) pour parler de la performance thermique de la fenêtre, comprenant le vitrage et la menuiserie.

Vitrage et innovations Saint-Gobain

Saint-Gobain Glass propose un ensemble de solutions performantes et innovantes en matière de vitrage. Nous avons sélectionné trois produits qui méritent une attention toute particulière étant donné leurs propriétés exceptionnelles !

Un vitrage isolant 

Le verre isolant de nouvelle génération Eclaz offre une isolation thermique renforcée, un apport en lumière naturelle et en énergie solaire optimisé. Ce vitrage est recommandé dans le cadre de la RT2012. C’est le meilleur compromis entre l’apport de lumière naturelle et confort thermique.  

Un vitrage chauffant 

Découvrez EGLAS la nouvelle génération de vitrage chauffant. Un verre qui diffuse une chaleur douce, résultat : on réchauffe la pièce, on élimine la sensation de paroi froide. Très performant il peut remplace votre chauffage principal. La chaleur se produit par l’action d’un courant électrique. Il se pose aussi bien sur les fenêtres, les baies vitrées et les vérandas. 

Un vitrage autonettoyant

Faire les vitres, une corvée de ménage dont la majorité des Français se passeraient avec joie ! Avec le verre autonettoyant Saint-Gobain SGG Bioclean, le soleil et la pluie deviennent une aide à l’entretien. Les salissures qui viennent se coller aux vitres vont se désagréger avec l’action des rayons du soleil. L’eau de pluie ou de nettoyage va s’écouler, sans laisser de trace, emportant avec elle les résidus de salissure. Un vitrage pratique, et écologique, qui permet de réduire drastiquement l’utilisation de produits ménager pour les vitres.  Un verre utilisable pour les fenêtres, les baies vitrées, les vérandas ou encore les garde-corps.

Vitrage et habitat : maximiser l’apport lumineux

Pour maximiser l’apport lumineux naturel chez soi, il faut d’abord étudier l’environnement direct de la maison pour définir quels obstacles assombrissent tout ou partie de son habitat.

S’il est parfois confortable d’avoir de l’ombre grâce à des arbres en été, ils deviennent parfois occultants en hiver. C’est le même principe pour tout obstacle à la lumière, que ce soit des murs d’enceintes mitoyens, ou encore des balcons opaques. Ainsi pour des murs d’enceinte très proche d’une pièce, on privilégiera des parties à claire voie ajourées ou en vitrage.

Pour les balcons, on choisira plutôt des gardes corps en verre renforcé qui laisseront passer la lumière tout en préservant des risques de chutes.

Enfin balcons et les terrasses étant aussi des écrans opaques, il est toujours possible d’installer une dalle de verre calculée pour supporter le poids des personnes.

Vitrer large

C’est sur toutes les parois opaques de votre habitat qu’il faut porter attention. Il faut vitrer large.

Dans le neuf, la règle est simple : les parois vitrées doivent désormais représenter un sixième du total de la surface des murs de la maison.

Si les anciens vitrages limitaient le champ des possibles, car pas assez isolants, on sait désormais faire pénétrer la chaleur, bloquer le froid, et empêcher l’énergie du chauffage de fuir, on sait même équilibrer cela en fonction des différentes orientations !

Rénovation y compris, l’idéal est que la surface vitrée corresponde à 25% de la surface de la pièce, pour faire pénétrer la lumière le plus loin possible.

Choix du vitrage

Le choix du vitrage aussi peut faire une grande différence.

Pour les fenêtres, on choisira les produits avec les montants les plus fins. En la matière ce sont les menuiseries en aluminium qui offrent le meilleur clair de vitrage. Par-delà les parties opaques de la fenêtre, la composition du vitrage lui-même permet aussi de renforcer l’apport lumineux. Ainsi avec un vitrage de type SGG Eclaz, c’est comme si vous agrandissiez la taille de votre fenêtre de 11%. De même, des verres qui s’encrassent moins participent à la diffusion de la lumière. On pense ici au SGG Bioclean particulièrement performant dans ce domaine. D’autres solutions existent encore comme des châssis fixes par exemple pour remplacer une partie du mur par une ouverture, idéal dans les cages d’escaliers.

Vitrer les parties en menuiserie

Il faut également penser à l’apport lumineux des autres menuiseries comme les portes d’entrées, porte de garage ou de service. Ici aussi la tendance est au vitrage pour illuminer des parties souvent sombres de la maison, comme des couloirs ou halls d’entrée. Equipées de vitrages renforcés, ces menuiseries ne céderont rien à leur fonction de sécurité tout en maximisant l’apport lumineux.

 

Apport en lumière zénithale

Tout aussi importante est la lumière dite zénithale c’est-à-dire pouvant circuler par la toiture. Qui penserait à aménager ses combles sans aménager ces entrées de lumière et d’énergie gratuite provenant du ciel ? Les solutions sont aujourd’hui nombreuses de fenêtres de toit toujours plus performantes, alliant lumière naturelle, conforts thermique et acoustique, certaines pouvant même se transformer en balcons vitrés pour gagner de l’espace. Pour les toits plats, pour des jonctions entre corps de bâtiments ou appentis, existent également des variantes de type dôme, fixe, ouvrant voir motorisé.

Et enfin, pour les pièces ou couloirs particulièrement sombres, la solution du puits de lumière permet d’amener la lumière du jour dans des endroits jusque-là inatteignables.