Zoom sur le plancher chauffant hydraulique

  • Article
  • Rénovation énergétique
  • Chauffage et climatisation
  • Plomberie
  • Sols intérieurs et extérieurs

Temps de lecture : 3 min

Emetteur de chaleur performant et discret, le plancher chauffant hydraulique - ou plancher à eau - a tout pour plaire. Une température agréable et homogène au sein de la maison, de belles économies de chauffage, un air intérieur plus sain, la disparition des radiateurs encombrants qui brident l’aménagement des pièces… Nombreux sont ses atouts et les personnes qui souhaitent en équiper leur logement. Mais s’il est simple à intégrer au sein d’une construction neuve, son installation en rénovation suppose de prendre en compte quelques points de faisabilité technique, et de choisir la solution la mieux adaptée au logement existant. Comment fonctionne un plancher chauffant hydraulique ? Quelle est la meilleure source d’énergie pour l’alimenter ? Quels sont les pièges à éviter et les solutions techniques au cas par cas ? Enfin, quel budget prévoir pour ce type de chauffage au sol et comment s’assurer d’une installation garante d’un fonctionnement optimal ? Tous nos conseils pour profiter pleinement de votre futur plancher chauffant hydraulique.

Faire installer un plancher chauffant à eau

Plancher chauffant hydraulique : de quoi parle-t’on ?

Comme son nom l’indique, le plancher chauffant hydraulique (ou chauffage au sol hydraulique) est un émetteur de chaleur caché dans le plancher, sous le revêtement de sol.  Connecté à un générateur de chauffage central - une chaudière ou une pompe à chaleur -, il ne doit pas être confondu avec son cousin : le plancher rayonnant électrique. 

Son fonctionnement est relativement simple : de l’eau amenée à la juste température circule dans un réseau de tubes qui va diffuser la chaleur de façon douce, par rayonnement, pour atteindre une température comprise entre 21 et 24°C. Le réseau peut être incorporé à une chape pour une diffusion optimale de la chaleur, ou inséré directement sous le revêtement de sol. Pour une bonne efficacité thermique, les tuyaux reposent toujours sur des plaques d’isolant qui évitent que la chaleur ne s’échappe par le sol.

Le système est couplé à un dispositif de régulation, afin de garantir que la température de la pièce correspond à la consigne de chauffage choisie par les occupants. Si les chauffages au sol ancienne génération étaient déconsidérés pour les conséquences néfastes qu’ils avaient sur la circulation sanguine et le retour veineux, les planchers chauffants hydrauliques ont fait de réels progrès en terme de régulation depuis ces vingt dernières années, et l’on peut dire que cette solution compte parmi les plus confortables du marché.

Autre avantage du plancher chauffant hydraulique : associé à un générateur de froid (pompe à chaleur ou sondes géothermiques) et couplé à une régulation spécifique, il peut se faire plancher rafraichissant en été : on parle alors de plancher chauffant réversible.

Vous souhaitez faire installer un plancher chauffant à eau ?
Décrivez rapidement votre projet : nous vous mettons gratuitement en relation avec nos professionnels agréés.

Plancher chauffant hydraulique en rénovation : quel système de chauffage ?

Bonne nouvelle, un plancher chauffant hydraulique peut être alimenté par quasiment toutes les énergies possibles : chaudière gaz ou fioul pour les énergies fossiles, électricité (avec une chaudière électrique ou une pompe à chaleur), solaire et chaudière bois pour les énergies renouvelables. Ainsi, si votre chaudière est encore fonctionnelle, vous n’aurez pas besoin de la changer.

Ceci étant dit, si vous devez remplacer votre ancienne chaudière dans le cadre de votre rénovation de maison, certaines solutions sont plus vertueuses et plus économiques sur le long terme que d’autres :

  • Dans les régions au climat rigoureux, une chaudière bois vous permettra d’atteindre une température confortable sans pour autant faire grimper votre facture d’énergie.

  • Dans les régions au climat doux, on privilégiera une pompe à chaleur air-eau ou géothermique, qui conviendra parfaitement à vos besoins de chauffage.

  • Dans tous les cas, vous pouvez envisager de coupler votre système de chauffage avec un chauffage solaire, pour faire jusqu’à 50% d’économie sur votre facture de chauffage.

Enfin, et ce conseil est valable dès lors que l’on change un système de chauffage quel qu’il soit, il est toujours plus intéressant de bien isoler sa maison avant de procéder à l’installation d’un chauffage au sol. Mieux isolé, les besoins de chauffage de votre logement seront moins importants, et donc le système à installer moins puissant, donc moins cher à l’achat et à l’usage.

Besoin d’un expert pour mieux isoler votre logement ?
Décrivez rapidement votre projet : nous vous mettons gratuitement en relation avec nos professionnels agréés.

Les pièges à éviter

Sous-estimer l’épaisseur du plancher chauffant hydraulique

Le plancher chauffant hydraulique a une certaine épaisseur, de quelques cm à une dizaine de cm, qui doit être intégrée à votre projet, en décaissant le sol existant quand cela est possible techniquement ou à défaut en acceptant de surélever le niveau du plancher.

Si vous ne souhaitez pas perdre en hauteur sous plafond, il faudra vérifier avec votre installateur que le décaissement est possible et que le fait de de casser un dallage ou une chape existante ne porte pas préjudice à la solidité structurelle de votre maison.

Si le décaissement n’est pas envisageable, la pose de votre plancher chauffant hydraulique supposera un rehaussement du sol : il s’agit alors de bien vérifier la hauteur sous plafond finale, mais aussi la hauteur de passage des portes qui doit rester confortable.

En présence de seuils de porte ou de baies vitrées au ras du sol existant, l’installation d’un chauffage au sol hydraulique supposera peut-être de changer ces éléments.

En rénovation, il existe des solutions préfabriquées, dites plancher chauffant « sec » qui permettent de diminuer le rehaussement du sol à quelques cm. Ces systèmes bien pratiques sont composés de panneaux d’isolant rainurés dans lesquels les tuyaux sont clipsés. Une plaque métallique joue ensuite le rôle de diffuseur de chaleur, pour une hauteur minimisée.

 

Ne pas vérifier l’horizontalité du sol

Avant la pose du plancher chauffant hydraulique, il est nécessaire de vérifier que le support est bien horizontal. Ce point est indispensable à une circulation fluide de l’eau et donc au bon fonctionnement de votre chauffage au sol. Si nécessaire, votre installateur fera un ragréage pour rattraper l’horizontale.

 

Négliger l’étude de dimensionnement

La transmission de la chaleur au plancher se fait par les tuyaux, généralement en PER : l’implantation et l’écartement entre les tuyaux sont calculés en fonction du besoin de chauffage de chaque pièce. Un bilan thermique pièce par pièce est donc indispensable et l’installation d’un plancher chauffant hydraulique doit tenir compte des rénovations thermiques passés et surtout futures du bâtiment, afin d’éviter tout problème de dimensionnement de l’installation.

 

Ne pas anticiper le choix de son revêtement de sol

S’il est compatible avec de nombreux revêtements de sol, le plancher chauffant hydraulique a davantage d’affinités avec certains d’entre eux, tandis que d’autres seront carrément à proscrire si vous opter pour un plancher chauffant réversible. Pour ne pas être déçu au moment de choisir votre revêtement de sol (parce que vous souhaitiez de la moquette par exemple), voici ce qu’il faut savoir.

  • Le carrelage, la pierre naturelle et le béton ciré diffusent bien la chaleur et ne se déforment pas sous son effet : c’est le choix à privilégier pour un confort optimal.

  • Si vous aimez le look du parquet bois, le parquet contrecollé est une option plus sûre que le parquet massif, car il réagira mieux aux différences de température.

  • Sols vinyles, stratifiés : s’abstenir ! Ils risquent de vieillir prématurément au contact d’un plancher chauffant.

  • Moquettes, jonc de mer et autres revêtements en fibres naturelles sont également à éviter, de par leur fort pouvoir isolant. De même, on évitera les tapis qui feraient barrière à la diffusion de la chaleur.

 

Négliger l’impact du chauffage au sol sur son ameublement

On n’y pense généralement pas, mais installer un chauffage au sol à eau, c’est aussi devoir faire des (petites) concessions sur son aménagement intérieur. Pour que la chaleur ne reste pas bloquée sous vos meubles, il faut éviter au maximum les meubles massifs directement en contact avec le sol : le meuble de métier à large assise, le canapé king size sans pieds, le buffet, la commode… Si un ou deux meubles de ce type ne devraient pas poser trop de souci à l’efficacité de votre plancher chauffant, passez tout de même en revue les meubles que vous souhaitez absolument conserver et leur allocation dans chaque pièce, et demandez conseil à votre installateur.

Quel prix pour un plancher chauffant hydraulique

Le prix au m² d’installation d’un plancher chauffant hydraulique se situe aux alentours de 70 euros (hors étude de dimensionnement, décaissement et revêtement), contre 40 euros du m² pour un chauffage au sol électrique. Si le prix d’installation du plancher chauffant hydraulique est plus élevé que celui de son homologue électrique, cette solution est néanmoins la plus écologique et la plus économique à l’usage.

Pour obtenir le meilleur rapport qualité prix, n’hésitez pas à comparer les devis d’au moins deux installateurs de planchers chauffants hydraulique avant de lancer vos travaux. 
Bon à savoir : l’installation d’un plancher chauffant à eau peut vous ouvrir droit, sous condition, à l’obtention d’aides à la rénovation énergétique.

Besoin d'estimer le prix de votre plancher chauffant à eau et vos aides ?
Décrivez votre projet et visualisez instantanément votre estimation travaux, aides incluses !

Zoom sur l’installation d’un plancher chauffant

Le plancher chauffant hydraulique est un système de chauffage performant mais relativement technique à installer. Comme évoqué plus haut, il est indispensable de vérifier en amont avec votre installateur la faisabilité technique du plancher chauffant hydraulique et le choix de la solution la plus adaptée à votre cas.

Vient ensuite l’étape de l’installation, qui fait appel à plusieurs éléments techniques en apparence simples (tuyauterie, nourrices de distribution, …) mais qui doivent respecter des règles essentielles de pose pour obtenir un fonctionnement optimal. Le point sur les étapes incontournables pour une pose de votre chauffage au sol hydraulique dans les règles de l’art.

 

La pose de l’isolant et des tuyaux

L’installation d’un plancher chauffant hydraulique suppose dans un premier temps la pose de panneaux isolants. Ces éléments indispensables et obligatoires pour permettre un bon fonctionnement et limiter les pertes de chaleur sous le plancher chauffant peuvent être de trois natures :

  • Panneaux d’isolants lisses : les tubes sont clipsés avec des cavaliers directement sur les panneaux.

  • Panneaux à plots : intégrant des plots pour bloquer les tubes, ils permettent de bien respecter les plans de calepinage.

  • Plaques isolantes rainurées : des rainurages intégrés au panneau viennent accueillir les tubes.

Panneaux d’isolants lisses pour plancher chauffant à eau
Panneaux isolants lisses

Une bande de désolidarisation est également posée le long des murs. Son rôle est crucial : elle a pour objectif d’aborder la dilatation de la chape sous l’effet de la chaleur et ainsi d’éviter que votre carrelage ne se fissure ou que votre parquet ne se cintre une fois le plancher chauffant à eau mis en route.

Vient ensuite l’étape de pose la tuyauterie sur les panneaux isolants. C’est elle qui va transmettre la chaleur à la chape et au revêtement de sol. La mise en œuvre doit être soignée et respecter scrupuleusement le plan de calepinage (l’implantation des tuyaux) établi à la phase d’étude.  Les tubes d’un même circuit doivent être d’une seule pièce, sans raccord. Attention : les tubes de PER ne doivent jamais avoir été pliés, un tube PER plié risquant de rompre ou de vieillir prématurément.

Le plancher chauffant est divisé en zones de chauffage, le plus souvent par pièce, pour permettre une régulation optimale du système et éviter tout raccord dans les boucles de tuyaux. Chaque circuit de chauffage arrive dans une pièce où se trouvent les nourrices de répartition et d’équilibrage du réseau, généralement à proximité de la chaudière. 

Point de vigilance : le circuit général entre la chaudière et les nourrices doit comporter un pot à boues, une sorte de bocal, pièce indispensable à la bonne durée de vie du système.

Enfin, avant la pose de la chape, les tuyauteries doivent être testées et éprouvées. Votre installateur va effectuer un test de mise sous pression pour vérifier la bonne circulation de l’eau de chauffage et l’absence de bouchons ou pincement des tuyaux. Vous pouvez faire un constat de ce test avec votre installateur.

Décaissement et dalle béton avant pose d’un plancher chauffant à eau
Le sol de cette maison a été décaissé, une dalle bien horizontale a été coulée en prévision du plancher à eau.

La pose de la chape

La chape qui recouvre le réseau de tubes PER joue le rôle d’accumulateur thermique pour diffuser une chaleur douce régulièrement au fil de la journée. Le bon réglage de la régulation permet de diffuser la chaleur au bon moment de la journée, quand les occupants du logement sont présents.

Pour un plancher chauffant hydraulique, on rencontre deux grands systèmes de chape, qui induisent des techniques de pose différentes : la chape fluide et la chape sèche.

Chape fluide anhydrite ou ciment

Chape fluide anhydrite ou ciment

Les tuyaux sont incorporés dans le mortier de la chape. Cette étape est irréversible et rend impossible toute intervention ultérieure sur les tuyaux. Il faut donc impérativement avoir validé les étapes précédentes avant son coulage. Vient ensuite le séchage, qui prend environ une semaine par cm de chape coulée. Le temps de séchage peut éventuellement être diminué avec la mise en chauffe très progressive du système, pour ne pas fissurer la chape. Cette opération est néanmoins risquée. Dans tous les cas, il faudra attendre au minimum 4 jours après le coulage de la chape avant de pouvoir marcher dessus.

Plancher chauffant à eau sous chape sèche

Chape sèche

Le système est parfois utilisé en rénovation lorsque l’on recherche une épaisseur minimale du dispositif, ou sur les planchers bois. La chape est alors constituée de 2 plaques de fibres de cellulose et plâtre, les tubes ayant préalablement été installés dans des plaques d’isolant comportant un diffuseur de chaleur entourant les tuyaux, qui prend la forme de plaques métalliques.

La mise en service

La mise en service est une étape cruciale pour le bon fonctionnement de votre plancher chauffant hydraulique.

  • Chaque circuit de chauffage doit être réglé sur les nourrices de distribution pour respecter un débit défini par l’étude de dimensionnement.

  • La régulation est programmée pour répondre aux besoins de chauffage qui varient selon les conditions extérieures et les demandes de confort des occupants (programmation des consignes de chauffage, pilotage du module de transfert, etc …).

  • Chaque zone de chauffage est vérifiée : l’eau doit circuler correctement et bien transmettre sa chaleur. 

Il est possible que l’installateur soit contraint de revenir plusieurs fois pour ajuster les réglages. C’est normal : la programmation de la régulation est réalisée une première fois à la mise en service avec les conditions extérieures du jour et sur la base des informations théoriques de l’étude. Il y a toujours de petits écarts avec la réalité du logement (performance thermique du bâtiment légèrement sous ou sur évaluée, apports solaires différents du calcul théorique, étanchéité à l’air mal évaluée…). C’est le signe d’un professionnel qualifié qui cherche à optimiser le fonctionnement de ce type de chauffage.

 

La réception des travaux

A la réception des travaux, on vérifie une dernière fois le bon fonctionnement de chaque zone, idéalement avec une caméra thermique. Il s’agit de constater que la répartition de la chaleur est bien homogène.

Votre installateur va ensuite vous remettre le Dossier d’Ouvrage Exécuté, comprenant à minima l’étude de dimensionnement, les plans conformes à la réalisation, le descriptif des matériaux et appareils installés, les constats d’essai avant la pose de la chape, les notices de matériel et les prescriptions d’entretien.

L’entretien d’un plancher chauffant hydraulique

Le bon fonctionnement sur le long terme de votre chauffage au sol hydraulique suppose quelques opérations de maintenance régulières, à savoir :

  • Faire contrôler le fluide caloporteur et nettoyer le pot à boues tous les ans.
  • Faire désembouer tous les 5 à 7ans chaque zone de plancher chauffant pour optimiser le fonctionnement et éviter la formation de bouchons.

En cas de rénovation de l’enveloppe du logement (isolation des murs, changement des fenêtres, …) ou de changement de générateur après la pose de votre plancher chauffant, n’oubliez pas de faire vérifier l’équilibrage et la régulation du plancher chauffant, qui devra être révisée pour répondre aux nouvelles performances du bâtiment. 

Travaux de rénovation énergétique en vue ?
Dites-nous ce que vous souhaitez réaliser : nous vous mettons gratuitement en relation avec nos professionnels agréés