Êtes-vous raccord question plomberie ?

  • Article
  • Plomberie

Temps de lecture : 3 min

Dans une installation de plomberie, les tuyaux auraient bien du mal à se passer de leurs raccords. Ces éléments de jonction permettent de les assembler en garantissant une étanchéité irréprochable à vos canalisations. Comme chaque tuyauterie est différente, il n’existe non pas un, mais de nombreux raccords de plomberie. Quels sont les raccords les plus répandus ? Dans quelle configuration les utilise-t-on ? Devenez incollable sur le sujet.

Les principaux raccords de plomberie

Quelles formes prennent les raccords de plomberie ?

Avant d’examiner en détail les différents types de raccord (en cuivre, en laiton, en PVC…), jetons un œil aux diverses formes qu’ils peuvent prendre. En effet, en fonction de la configuration de votre tuyauterie, votre plombier pourra notamment utiliser :

  • Un manchon ou un réducteur pour assembler deux tuyaux dans le prolongement l’un de l’autre (en ligne droite). Le manchon convient lorsque les tuyaux mesurent le même diamètre. Le réducteur est utilisé quand le diamètre est différent.
     
  • Un coude pour relier deux tuyaux de même diamètre avec un angle de 27°, 45° ou 90°.
     
  • Un té ou une culotte pour raccorder trois tuyaux. Comme son nom l’indique, le té est en forme de T. La culotte, elle, ressemble à un Y. 
     
  • Un bouchon pour fermer un tuyau de distribution. 
     
  • Un tampon de visite pour pouvoir accéder à vos canalisations d’évacuation en un point précis.
Les principales formes de raccords plomberieLes principales formes de raccords de plomberie.

À noter : toutes ces formes de raccords ne sont pas disponibles dans tous les matériaux. Voyons donc les spécificités de chacun.

 

Zoom sur les principaux matériaux pour vos raccords de plomberie

Une fois que l’on a parlé des formes des raccords de plomberie, il faut aborder la question des matériaux. Du raccord en cuivre, le plus connu, au PER pour polyéthylène réticulé, il y en a pour toutes les tuyauteries ! Tour d’horizon.
 

Le raccord de plomberie en cuivre

Solide et pratique, le raccord en cuivre permet de raccorder des tuyaux… en cuivre. La gamme est très large (manchons, tés, coudes, bouchons…) et convient aussi bien aux tuyauteries sanitaires qu’à celles dédiées au réseau de chauffage. La liaison des tuyaux se fait par soudure.
 

Le raccord en laiton

Le raccord en laiton existe dans de nombreux formats et peut assembler les tuyaux de différentes façons :

  • Sous la forme d’un raccord bicône ou à olive, il est étanche grâce à la présence d’une bague déformable qui sert de joint lorsque le raccord est vissé aux tuyaux.
     
  • Le raccord en laiton peut également relier des tubes par collet battu. Cette technique d’assemblage consiste à insérer un écrou en laiton sur un tuyau (en cuivre), replier l’extrémité de ce dernier pour créer une collerette qui sert ainsi de butée à l’écrou, puis visser cet écrou au raccord situé sur l’autre tuyau.
     
  • Les nourrices (ou collecteurs), quant à elles, sont des raccords avec plusieurs connexions qui permettent de relier une canalisation d’arrivée d’eau ou de fluide caloporteur avec plusieurs terminaux de distribution. Elles sont parfois munies de vannes d’arrêt.
Le raccord en laitonLes différents types de raccords en laiton.

Les raccords en laiton présentent la particularité de pouvoir relier des tubes de natures différentes par exemple, un tuyau en cuivre et un tuyau en acier ou une robinetterie). 

Néanmoins, une précaution : pour assembler des tuyaux composés de métaux ferreux et non ferreux, par exemple un tuyau en acier et un en cuivre, il faut veiller à insérer un raccord dit « diélectrique ». Cela permet d’éviter tout problème de corrosion. Vous rencontrerez généralement ce type de raccords sur votre chauffe-eau. 

 

Le raccord en PVC

Le raccord en PVC (plastique) fait partie des raccords de plomberie à coller. Il est disponible dans presque toutes les formes (manchon, réduction, coude, té, culotte…). Il ne supporte pas une trop forte pression et l’écoulement de l’eau se fait selon le principe de gravité. En logement individuel, il est utilisé uniquement pour les évacuations d’eaux usées ou les réseaux de ventilation mécanique contrôlée (VMC). Vous le retrouverez souvent dans vos salles de bains et cuisines pour évacuer l’eau de vos lavabos, éviers, douches, baignoires…
 

Le raccord en PE

Très résistant, le raccord en PE (polyéthylène) supporte mieux la pression que le raccord en PVC. Il sert ainsi souvent pour l’adduction d’eau dans vos cuisines et salles de bains, ou même pour le circuit d’arrosage de votre jardin. On rencontre deux principaux types de raccords PE : le raccord à compression, qui sert à assembler deux tubes PE entre eux, et le raccord PE-Laiton, utilisé pour assembler une tuyauterie PE et une tuyauterie en cuivre, en PER…

Le raccord en PELes différents types de raccords en PE.

Le raccord en PER

Le PER (polyéthylène réticulé) est un matériau plastique relativement souple qui résiste à la pression et est souvent utilisé en rénovation, pour les tuyauteries sanitaires et de chauffage « basse température » (pas plus de 50°C). Les raccords en PER ne nécessitent pas de soudure, il en existe trois principales sortes :

  • Le raccord à glissement : il est notamment utilisé pour les réseaux de chauffage, en raison de sa grande fiabilité et étanchéité. Sa mise en place nécessite du matériel spécifique (une pince à évasement et une pince à glissement).
     
  • Le raccord à compression : un écrou permet d’écraser le tuyau sur le raccord pour garantir l’étanchéité. Il se monte et se démonte facilement par vissage, ce qui est idéal en rénovation.
     
  • Le raccord à sertir : comme avec le raccord à compression, l’assemblage se fait par déformation. Cependant, il est ici définitif et ne se démonte pas. Une pince à sertir permet d’unir le raccord au tuyau.

 

À noter : il existe une quatrième sorte de raccords en PER, les raccords automatiques. Cependant, ils sont moins résistants que les autres et peuvent présenter des risques de fuite. Les principaux types de raccords en PER.

À noter : il existe une quatrième sorte de raccords en PER, les raccords automatiques. Cependant, ils sont moins résistants que les autres et peuvent présenter des risques de fuite. 

 

Le raccord multicouche

De plus en plus utilisée, la tuyauterie multicouche a tendance à détrôner la tuyauterie PER. Comme cette dernière, elle fait partie des tuyauteries synthétiques, mais elle intègre en plus une couche d’aluminium, ce qui contribue à la rendre plus robuste et plus résistante aux hautes températures. Elle protège également mieux contre les nuisances sonores. Le raccord multicouche s’assemble principalement par sertissage, à l’aide d’une pince spécifique.

Comment choisir le bon raccord de plomberie ?

Face aux différents matériaux, formes et techniques d’assemblage, il n’est pas toujours évident de savoir quel raccord de plomberie utiliser pour son installation. Sans compter que certains raccords ne sont, par exemple, pas adaptés aux canalisations gaz ou à une pression d’eau élevée. Il est donc vivement conseillé de faire appel à un plombier pour vous aider à faire le bon choix. 

D’autre part, la mise en place des raccords demande un véritable savoir-faire technique et, dans certains cas, l’utilisation d’un matériel spécifique (par exemple, une pince à sertir ou à glissement, un chalumeau…). Mieux vaut donc également passer par un professionnel pour une installation de qualité et une étanchéité parfaite !

Travaux de rénovation en vue ?
Décrivez votre projet en quelques clics : nous vous recontactons pour vous mettre en relation avec nos professionnels agréés.