L’isolation d’une maison à ossature bois

  • Article
  • Isolation

Temps de lecture : 2 min

Créer une extension en ossature bois est la solution idéale pour obtenir un espace de vie supplémentaire. Sa facilité de mise en œuvre et sa légèreté en font une alternative à la fois écologique et économique. Toutefois, pour pouvoir profiter d’une extension confortable tout au long de l’année, la question de l’isolation est primordiale. Même si le bois recèle de nombreuses vertus en matière d’isolation, il reste néanmoins nécessaire de le combiner à des matériaux isolants performants pour un confort optimal et à respecter certaines bonnes pratiques : isoler une maison à ossature bois, cela ne s’improvise pas… Quel est l’intérêt d’une construction ossature bois en matière d’isolation ? Quels matériaux privilégier ? Quelle technique d’isolation adopter ? Quelles sont les précautions nécessaires ? Nos réponses.

Comment isoler une maison à ossature bois

L’ossature bois, une base idéale pour une isolation performante

Comme le béton ou le métal, le bois est un matériau structurel. Il se distingue cependant par des vertus naturelles intéressantes en matière d’isolation : très bon isolant contre le bruit extérieur, il présente également l’avantage de conserver aussi bien la chaleur que la fraîcheur. Autre aspect intéressant : à épaisseur de mur égale à celle d’une maison traditionnelle (en parpaing, en brique), une maison à ossature bois est mieux isolée. 

Notez toutefois qu’il sera nécessaire d’ajouter des matériaux isolants performants pour un meilleur confort et pour réduire davantage les ponts thermiques.
 
 

L’isolation thermique répartie (ITR)

C’est la solution la plus courante pour une construction à ossature bois, dont la structure porteuse composée de chevrons espacés de quelques dizaines de centimètre permet d’accueillir une couche d’isolant.

En comparaison avec une maison classique, cette couche d’isolant entre chevrons ne vient pas empiéter sur la surface habitable. Pour optimiser le tout, il est également possible d’ajouter des couches supplémentaires d’isolants devant ou derrière les montants, sans pour autant se retrouver avec un mur trop épais.

Cette solution permet de limiter la perte de surface habitable pour obtenir des performances thermiques élevées.

Isoler une mob par l’intérieur

L’isolation thermique par l’extérieur (ITE)

Si cette technique n’est pas incompatible avec une construction à ossature bois, elle ne viendra néanmoins qu’en renfort d’une isolation classique. Bien que performante, elle a l’inconvénient de grignoter de la surface sur le terrain, là où l’isolation thermique répartie (ITR) est particulièrement optimisée. Avec une ITR, les isolants sont insérés dans les montants donc aucune perte d’espace !

Un projet d'extension en ossature bois ?
Décrivez votre projet en quelques clics : nous vous recontactons pour vous mettre en relation avec nos professionnels agréés.

Coté performance énergétique, quels résultats escompter avec une maison à ossature bois ?

On peut aussi bien construire des maisons RT2012 basiques en ossature bois que des maisons passives. Dans les faits, on constate les personnes faisant construire leur maison ou leur extension en ossature bois sont souvent plus sensibles à l’écologie, avec le choix de construction à très basse consommation, ce que les technologies actuelles permettent. Comme nous venons de l’évoquer, l’un des secrets pour avoir une excellente performance thermique consiste à mettre une couche d’isolant devant et derrière les ossatures, en plus de l’isolation placée entre ces dernières. 

La performance des murs devient alors aussi bonne que celle qu’on peut obtenir en toiture. Mais déjà, en comblant simplement les espaces entre les montants, on obtient les performances d’une maison basse consommation. 

Construction d’une maison en ossature bois

Isolation d’une maison à ossature bois, quels matériaux privilégier ?

On l’a vu plus haut, le bois est un matériau aux nombreux atouts. Naturellement isolant contre le bruit extérieur, il conserve également tout aussi bien la chaleur que la fraîcheur. En le combinant avec des isolants à haute performance thermique et acoustique, vous êtes certains d’avoir un habitat peu énergivore et c’est l’un des intérêts principaux de la construction à ossature bois.

Pour faire de réelles économies d’énergie, misez sur un matériau offrant la performance thermique maximale, soit en optant pour une forte épaisseur, soit en choisissant un matériau avec le meilleur lambda (plus il est faible, meilleure est la performance) ou en combinant les 2. Pour l’isolation d’une maison à ossature bois, on privilégiera des matériaux flexibles et fibreux.

La préservation de l’aspect écologique d’une extension à ossature bois est possible, à condition d'utiliser des matériaux respectueux de l’environnement tels que les laines de verre ou de roche, la fibre de bois, voire le chanvre :

  • La laine de verre est l’isolant le plus efficace thermiquement, avec la conductivité thermique la plus faible

  • La fibre de bois est également très efficace thermiquement, et fabriquée à base de résidus de bois souvent en provenance des forêts françaises 

  • La laine de roche se situe généralement entre la laine de verre et la fibre de bois en termes de performance thermique. 

La laine de verre un isolant performant, adapté à l’ossature bois

Quelles sont les précautions à prendre lors de l’isolation d’une maison ossature bois ?

Eviter l’humidité

L’humidité, la condensation, sont des ennemis jurés du bois.  En France, la teneur en eau du bois doit être inférieure ou égale à 18%.

Au-delà, vous risquez d’avoir ce qu’on appelle un bois vert, qui n’aura pas assez séché et qui se déformera. Dès le début des travaux, demandez à votre artisan de tester l’humidité du bois devant vous, à l’aide d’un testeur électronique.  

Ensuite, il existe des règles de l’art en matière d’isolation de maison à ossature bois, comme la pose d’un pare vapeur ou membrane d’étanchéité.

Obligatoire, elle se place côté intérieur. Il en existe différents types, mais les membranes hygrorégulantes sont idéales : elles jouent le rôle de pare vapeur en hiver en empêchant la migration de l’humidité dans les parois, et favorisent le séchage du bois en été, en laissant la paroi respirer. Cette membrane permet également de rendre la maison étanche à l’air et donc d’éviter les pertes de chaleur.

Membrane d’étanchéité, incontournable pour une isolation performante

Côté extérieur, un écran hautement perméable à la vapeur d’eau (ou écran HPV), qui permettra d’évacuer la vapeur d’eau, doit être installé. 

Enfin, en plus d’être une source de confort importante, la ventilation est indispensable. C’est un élément essentiel de la pérennité du bâti et du confort au quotidien, essentiel pour prévenir tout risque de condensation et d’apparition de moisissures et garantir une bonne qualité de votre air intérieur.

 

Exiger une mise en œuvre dans les normes

Les isolants doivent être certifiés ACERMI. Cela prouve la fiabilité et les performances du matériau utilisé. Ils doivent évidemment être marqués CE. L’artisan, quant à lui, doit respecter le DTU 31.2. Il indique les règles de mise en œuvre pour concevoir votre mur et donne les aspects dimensionnels à prendre en compte. Pour les entreprises, comptables de la garantie décennale et donc responsables de la pérennité du bâti sur dix ans, c’est une des façons de prouver qu’elles ont bien fait leur travail.

Quel prix pour isoler une maison à ossature bois ?

Le prix pour isoler une maison à ossature bois varie selon les régions. Par exemple, si vous isolez une surélévation en région parisienne, cela vous coûtera plus cher que d’isoler une maison à ossature bois à Périgueux ou dans les Vosges.

Pour avoir un ordre d’idée, on se situe souvent dans une fourchette allant de 65 à 90 euros du mètre carré. A ce prix-là, l’isolation est fournie posée et les plaques de plâtre incluses. 

Comment bien choisir son artisan ?

Il faut vérifier que l’artisan soit bien assuré et qu’il soit qualifié (les certifications de type Qualibat sont toujours rassurantes). Dans le cas d’une rénovation, choisissez un artisan RGE. Cela vous permettra de bénéficier des aides fiscales et financières. Documentez-vous en amont, pour être sûr que l’on vous propose les bons produits et la mise en œuvre des bonnes solutions. 

Dans 80 % des cas, le particulier s’implique dans le choix de la marque et de la technique d’isolation. N’ayez pas peur de poser des questions, même basiques. Pour cela, il est important de vérifier que le courant passe bien entre vous et l’artisan et que la discussion est possible pour choisir ensemble les bons matériaux et la bonne performance. 

Travaux de rénovation en vue ?
Décrivez votre projet en quelques clics : nous vous recontactons pour vous mettre en relation avec nos professionnels agréés.