PMR, perte d’autonomie : comment rendre votre logement accessible ?

Passage de portes, revêtement de sols, installation électrique… de nombreux éléments d’un logement, s’ils ne sont pas pensés en amont, ne peuvent pas être utilisés au quotidien par les personnes à mobilité réduite (PMR) ou en perte d’autonomie. Vous souhaitez que votre logement soit bien accessible ? Voici quelques bonnes pratiques à garder à l’esprit au moment de construire votre maison ou de la rénover. 

logement accessible et pmr

PMR, personnes à mobilité réduite : de qui parle-t’on ?

PMR, définition

Personnes en situation de handicap, seniors, femmes enceintes…

La notion de PMR inclut toutes les personnes qui éprouvent des difficultés à se déplacer, de manière provisoire ou permanente. Différents éléments dans un logement peuvent rendre leurs mouvements difficiles et compliquer des actions du quotidien. 

Depuis quelques années, la loi est claire en ce qui concerne les maisons neuves construites pour être louées ou être vendues : « les maisons individuelles doivent être construites et aménagées de façon à être accessibles aux personnes handicapées ou en perte d’autonomie, quel que soit leur handicap ». Pour cela, des normes d’accessibilité existent et doivent être respectées.

S’il est rare de trouver des logements anciens répondants à ces normes, des travaux de rénovation bien pensés - on parle de travaux d’adaptation du logement - peuvent apporter confort, praticité et bien-être aux habitants, mêmes s’ils ont des difficultés à se déplacer. 

Pour que votre logement soit accessible… dès l’extérieur ! 

Avant même de parler de l’intérieur, il est nécessaire que l’entrée de votre logement soit accessible ! Il ne faut pas non plus oublier l’accès aux locaux ou équipements collectifs comme le local à poubelle.

Le mot d’ordre : contraste. Le cheminement, de 1,20 m de large minimum, doit en effet présenter un contraste visuel et tactile pour être très facilement détectable, ne pas comporter d’obstacles, et être non meublé pour éviter que la personne ne tombe. 

Pour limiter les risques, il est bien entendu conseillé d’éviter tout dénivelé. Si ce n’est vraiment pas possible, la création de paliers de repos sera nécessaire tous les 10 m dès que la pente est supérieure à 4 %. Chaque intersection doit également être assez large pour permettre à une personne en fauteuil roulant de faire un demi-tour.  


 

Du côté des aménagements intérieurs : les principaux points d’attention

Il s’agit ici de quelques astuces et bonnes pratiques pour faciliter les déplacements de chacun. Vous souhaitez adapter votre logement afin de pouvoir y habiter le plus longtemps possible, ou parce que vous êtes directement ou indirectement confronté à une problématique de mobilité ? C'est une excellente idée, d'autant qu'accessibilité rime aujourd'hui avec confort et esthétique. 

 

On vous aide à trouver les professionnels spécialisés en accessibilité PMR du logement,
qui sauront vous conseiller et vous apporter des solutions adaptées à votre situation, juste en dessous.