Rénovation d’une maison bretonne : transformer un penty en petit bout de paradis

Penty, penn-ty, pen-ty : l’orthographe de cette petite maison bretonne au toit pointu varie autant que la couleur du granit qui façonne ses murs. Parfois tournée vers la mer, parfois dans les terres, ce « bout de maison » (traduction littérale de penn-ty) a tous les atouts pour faire rêver les amoureux de la nature. D’ailleurs, vous êtes tombé sous le charme… Découvrez nos conseils pour une rénovation de maison bretonne typique dans les règles de l’art !

Rénovation d’une maison bretonne

Un projet à venir ?

Le penty, roc au cœur breton

Autrefois petite ferme du bocage breton, le penty est une émergence des terres minérales de Bretagne que l’on retrouve un peu partout dans la région, de la Côte de granit rose à l’Armorique en passant par le pays légendaire de Brocéliande.

Comme tous les habitats traditionnels, il est construit avec les matériaux du territoire : le granit et l’ardoise. La solidité de ces matériaux fait que l’on retrouve des penty datant du XVème siècle encore debout, et qui ne demandent qu’à être rénovés !

Le penty a d’autres atouts. Cette maison cosy, souvent composée de deux pièces au rez-de-chaussée et d’une pièce sous une toiture deux pans, présentant une belle hauteur sous plafond, a été bâtie avec bon sens, selon les principes de la conception bioclimatique : exposée sud et protégée des vents dominants venant de l’ouest.

Avec un peu d’inspiration, la rénovation d’un penty permet de réactiver l’âme bretonne et le cachet d’un terroir tout en profitant du confort moderne.

3 conseils pour bien cadrer la rénovation d’une maison bretonne

Avant de s’attaquer à la rénovation d’une maison traditionnelle, il est impératif de vérifier ce qui est possible de faire, que cela soit en termes d’autorisations réglementaires ou de possibilités techniques.

A noter : isoler vraiment impliquera la modification du cachet intérieur de votre maison. Si vous en avez un usage exclusivement estival, vous pouvez vous orienter vers une correction thermique avec un enduit isolant à base de chaux, qui conservera l’aspect de vos murs.

Des caractéristiques typiques à conserver

Tirer le meilleur parti des travaux de rénovation courants

La toiture, souvent la première chose à rénover dans une maison ancienne 

Faire coup double avec la réfection de la toiture

La toiture est bien souvent – et de façon assez compréhensible - le premier poste de travaux dans la rénovation d’une maison, et son isolation permet d’améliorer le confort et faire baisser ses factures d’énergie. D’ailleurs, si vous faites refaire votre toiture, vous aurez l’obligation de la faire isoler par la même occasion. 

Comme on l’a vu plus haut, la majorité des penty disposent de combles qui servaient de grenier et possèdent souvent de petites lucarnes de chaque côté de la toiture : un espace de stockage, et surtout un potentiel d’aménagement en lieu de vie dont on cherchera à optimiser la hauteur sous plafond pour ne pas perdre en volume…

Si vous devez faire refaire votre toiture, il est donc conseillé de procéder à une isolation par l’extérieur, soit en sarking soit en caissons chevronnés. Outre le fait que cette technique préserve le volume intérieur de vos combles et laisse les poutres de la charpente visibles, elle permet de mutualiser les travaux d’isolation et de réfection.

 Changer ses fenêtres pour limiter les courants d’air et faire entrer la lumière


Côté isolation, le changement des fenêtres et leur replacement par des modèles à double vitrage est également une excellente façon de limiter les déperditions thermiques. Si l’on opère un changement à l’identique, on privilégiera la solution de la dépose totale - qui consiste à remplacer l’intégralité des anciennes menuiseries -, à la dépose partielle, moins esthétique et qui présente surtout le désavantage de s’accompagner d’une perte non négligeable de luminosité.

Mais la rénovation d’une maison bretonne s’accompagne rarement d’un simple changement de fenêtre : on en profite souvent pour agrandir les ouvertures existantes ou en percer de nouvelles.

En effet, ces logements sont généralement assez sombres, du fait de l’épaisseur des murs et de la relative faible proportion de vitrage. En Bretagne, région réputée pour son climat doux mais quelque peu humide, ouvrir le logement à la lumière est une source de bien-être.

Une première solution - après avoir recueilli les autorisations de travaux et fait réaliser les études structures nécessaires - est de percer une baie vitrée.

La véranda, idéale pour faire entrer la lumière.

La seconde, complémentaire, est de construire une véranda qui permettra de profiter de la nature toute l’année et d’optimiser les apports solaires. Attention néanmoins au traitement acoustique pour éviter que cet espace ne se transforme en caisse de résonance lorsqu’il pleut, ce qui arrive parfois en Bretagne…

Installer un système de chauffage économique et agréable

Sous les climats tempérés comme en Bretagne, les besoins de chauffage sont relativement faibles si le logement est bien isolé et si l’humidité a été traitée. 

Dans un penty, il est rare de disposer d’un mode de chauffage hydraulique. Souvent, seule une cheminée est présente.

Si la pose d’un insert permet d’augmenter l’efficacité de la cheminée, cela reste une solution d’appoint qui devra être complétée par un autre moyen de chauffage.

Vos principales options : 

  • Des radiateurs électriques à chaleur douce (simples et efficaces mais au coût d’usage élevé)
     
  • Une pompe à chaleur (pas toujours évidente à intégrer du point de vue de l’esthétique extérieure) 
     
  • Un poêle à bois ou à granulés (qui combinera confort, esthétisme et économie, mais suppose d’avoir un peu d’espace de stockage pour le combustible). 
Le poêle à bois, l’atout cosy et déco de la maison

Faire de ce « bout de maison » un grand « chez soi »

Traditionnellement, le penty dispose de deux pièces séparées d’un couloir central : une pièce à vivre d’un côté et une pièce à cuisiner de l’autre. La pièce du haut est quant à elle souvent desservie par un escalier extérieur, et il est intéressant, dans votre projet de rénovation, de voir comment l’intégrer à un volume intérieur (en réalisant une extension ou grâce à la véranda évoquée plus haut). 

Ce petit bout de maison a, au fil du temps, souvent reçu des prolongements et des dépendances. Un puzzle qui a son charme… mais qui s’accorde mal avec notre désir de grand volume ouvert ! Pour ouvrir les espaces sans prendre de risque, il est conseillé de faire appel à un architecte. 

Celui-ci veillera également à intégrer de façon esthétique les différents réseaux techniques (les gaines de VMC par exemple, qui sont souvent un casse-tête) et vous aidera à imaginer l’intérieur qui correspond à votre style de vie. 
 

 

Prêt à vous lancer dans la rénovation de votre maison bretonne ?
Faites-vous accompagner par des professionnels !