Mettre son électricité aux normes : mode d’emploi !

  • Article
  • Electricité

Temps de lecture : 6 min

Aujourd'hui, on estime que 1 logement sur 4 dispose d’une installation électrique dangereuse, avec les risques d’électrocution ou d’incendie qui vont avec... Vous venez d’acheter un appartement ancien ou faites construire une extension ? Pour votre sécurité et votre confort, il est important que votre installation électrique soit aux normes… ce qui peut impliquer quelques travaux.

Mettre mon électricité aux normes : mode d’emploi
Sommaire

Norme électrique : quelles vérifications pour quel type de bien ?

En matière de normes électriques, il faut faire la différence entre deux grands domaines : la mise en conformité et la mise en sécurité. On vous aide à y voir plus clair.

La mise en conformité à la norme NFC 15-100 :
Elle est obligatoire pour tous les logements neufs, en construction, ainsi que pour les installations nouvelles d’un bâtiment existant (les extensions par exemple), ou les opérations de rénovation lourde.
En cas de non-conformité d’un bâtiment neuf, le distributeur d’électricité refusera d’alimenter le logement. 

La mise en sécurité :
Elle concerne les logements anciens. En effet, avec le temps, l’installation électrique vieillit et la norme évolue. L’électricité d’un logement ne peut donc pas être en permanence « en conformité » par rapport à la norme, mais il doit rester « en sécurité », pour éviter tout risque pour les occupants. Voilà pourquoi il est conseillé de faire vérifier régulièrement son installation électrique, idéalement tous les 10 ans.
Il est également obligatoire de faire effectuer un diagnostic de l’installation électrique en cas de vente ou de location…

 

Le cas d’un logement neuf

Si vous venez d’emménager dans un logement neuf, pas d’inquiétude à avoir côté électricité : le Consuel atteste de la conformité de tous les logements neufs selon la norme électrique NFC 15-100, comme nous allons le détailler un peu plus bas. 

 

Le cas d’une rénovation lourde ou d’une construction d’extension

Si vous entreprenez une rénovation lourde de votre maison ou lui ajoutez une extension, vous serez, vous aussi, directement concernés par la norme NFC 15-100 : en effet, il est de votre responsabilité d’obtenir une attestation de conformité de votre installation électrique. Pour cela, rendez-vous sur le site du Consuel pour faire votre demande.

 

Le cas d’un logement ancien non rénové

Si vous habitez dans un logement ancien non rénové, vous pouvez vous référer au diagnostic électrique obligatoire en cas de vente et de location (DOE). Ce diagnostic est un inventaire de votre installation électrique, il ne donne en aucun cas lieu à une obligation de travaux avant la vente. Il vous revient donc à vous, propriétaire averti, de prendre toutes les mesures nécessaires. A noter également que ce diagnostic électrique n’est valable que 3 ans en cas de vente et 6 ans en cas de location : une fois la durée de validité dépassée, faites appel à un professionnel afin d’obtenir un diagnostic à jour.

Notre
sélection

Tableau électrique RESI9

Faites le choix d'un tableau électrique performant et personnalisable! Avec ses multiples finitions possibles, Resi9 se fond dans votre intérieur.

Découvrir ce produit

Le cas d’un bien en location

En cas de location, le locataire ne pourra exiger de son bailleur la réalisation de travaux de mise aux normes que si des installations électriques sont dangereuses (fils dénudés par exemple), et pas simplement vétustes. Mais en cas de pépin, la responsabilité du propriétaire pourra selon les cas être engagée… Chaque propriétaire doit donc prendre ses responsabilités pour assurer la sécurité de ses locataires. 

 

Les bonnes pratiques, dans tous les cas

Dans tous les cas, gardez à l’esprit que la conformité à elle seule de votre installation électrique ne suffit pas à garantir le risque zéro. En effet, d’autres facteurs rentrent en ligne de compte : la vétusté des appareils électriques ainsi que les mauvais usages augmentent fortement les risques d’accidents d’origine électrique. Les bonnes pratiques à suivre : prenez le temps de faire le tour de tous vos appareils électriques afin d’évaluer les éventuels défauts électriques. Quant à vos multiprises… ménagez-les ! Les branchements en cascade, d’une multiprise à une autre, peuvent entraîner des risques de surcharge et donc provoquer un incendie.

Mise en conformité du réseau électrique : le contenu de la norme NFC 15-100

La norme NFC 15-100 (aussi appelée C 15-100 ou norme électrique) définit les obligations en matière de réseau électrique domestique. L’objectif ? Assurer la sécurité des occupants du logement, ainsi que le bon fonctionnement des appareils électriques, de plus en plus nombreux dans notre quotidien. 

Concrètement, elle réglemente l’installation de la maison, et impose des mesures et des équipements tels que l’installation d’une GTL (Gaine Technique de Logement), une protection des circuits ou encore un équipement minimum obligatoire à avoir dans chaque pièce de la maison. On fait le tour des directives, pièce par pièce.
 

Dans le salon

Il faut prévoir au moins un point lumineux commandé depuis l’entrée de la pièce (de type DCL pour « dispositif de connexion luminaire »), avec un interrupteur situé entre 0,90 m et 1,30 m de hauteur par rapport au sol. Le nombre de prises (avec terre) dépend de sa surface : il en faut 5 réparties en périphérie pour une pièce inférieure à 28 m², et une en plus par tranche de 4 m² supplémentaires. Une des prises devra être située à proximité de la commande d’éclairage. Ajoutez à cela quelques prises RJ45 (elles sont spécifiques pour la téléphonie, le réseau informatique ou la TV) : au minimum deux socles de prises RJ45 juxtaposés dans le séjour.

 

Dans la chambre

Quelle que ce soit la surface, prévoyez 3 prises avec terre réparties en périphérie. Par ailleurs une prise de plus devra être rajoutée près de l’interrupteur principal d’éclairage. Enfin, une dernière prise dédiée aux appareillages de communication (prise RJ45) devra être placée proche d’une prise électrique. 

Vous devez également prévoir un point d’éclairage central (de type DCL).

 

Dans la cuisine

Un point lumineux commandé depuis l’entrée de la pièce doit être installé. 

Il faut également prévoir au moins 6 prises (avec terre), dont 4 au-dessus du plan de travail, à au moins 8 cm de hauteur. Ces prises ne doivent en aucun cas être disposées au-dessus de l’évier ou de la plaque de cuisson. Lorsque la surface de la cuisine ne dépasse pas 4 m², la norme électrique n’impose que 3 prises électriques reliées à la terre. Des circuits électriques spécialisés distincts doivent être disposés pour les équipements électroménagers (lave-vaisselle, four, cuisinière, lave-linge…). 

 

Dans la salle de bains

Étant une pièce « à risque » compte tenu de son exposition constante avec l’eau, la salle de bain comporte deux zones de protection dans lesquelles il est obligatoire de poser des éléments électriques spécifiques (IPX7 ou IPX4). Le calcul du volume de ces zones est complexe et il est recommandé de s’adresser à un spécialiste. 

Un point lumineux avec commande à l’entrée de la pièce est obligatoire (sauf si les volumes à respecter empêchent l’installation de l’interrupteur), ainsi qu’une prise hors volumes de sécurité.

Une prise supplémentaire (avec terre) peut être prévue.

 

Dans les w.c

Il faut un point lumineux avec commande à l’entrée, et une prise (avec terre) dans les espaces supérieurs à 4 m².

 

Dans les couloirs (et autres lieux de passage)

Installez une prise (avec terre) dès que l’un de ces espaces dépasse les 4 m², ainsi qu’un point d’éclairage central.

Une fois l’installation effectuée, elle doit être validée par un agent du Consuel (le Comité national pour la sécurité des usagers de l’électricité). La demande se fait directement sur le site du Consuel. Celui-ci vous fournira l’attestation nécessaire à la mise sous tension de l’installation. Dans le cas d’une vente de logement (neuf ou rénové), cette attestation doit être transmise à l’acheteur.

Elle permet d’évacuer les courants de défaut vers la terre, afin d’éviter les risques d’électrocution si un appareil est mal isolé ou en cas de dysfonctionnement. Elle est à la charge du propriétaire du logement, ou du syndicat des copropriétaires, si vous êtes en copropriété.

Bon à savoir : La prise avec terre et la mise à la terre sont indispensables dans le cadre de la mise en conformité (mais aussi dans le cadre de la mise en sécurité).
Vous souhaitez faire refaire l’électricité de votre logement ?
Décrivez votre projet en quelques clics : nous vous recontactons pour vous mettre en relation avec nos professionnels agréés.

La mise en sécurité d’une installation électrique existante : les 6 règles à respecter

La mise en sécurité d’un logement a pour but d’atteindre un seuil minimal d’exigences, assurant la protection des occupants et des biens. Il existe six obligations minimales à respecter, qui définissent le contenu du fameux diagnostic électrique obligatoire (DEO). Voici les points à vérifier et quelques conseils pratiques pour savoir si votre installation électrique est sécurisée.

  • La présence d’un compteur électrique facile d’accès, permettant de couper le courant en cas de problème. Vous devez pouvoir couper le courant à tout moment en disposant d’un accès rapide à l’interrupteur général ou au disjoncteur de branchement EDF.

  • La présence, à l’origine de l’installation, d’au moins un dispositif de protection différentiel permettant de détecter toute fuite de courant, et de le couper automatiquement si nécessaire. Cela permet de prévenir tout contact entre une personne et des masses métalliques qui auraient été anormalement placées sous tension, ce type de rencontres malencontreuses pouvant se terminer par une électrocution... Les dispositifs différentiels à haute sensibilité (30 mA) sont présents dans les installations électriques domestiques neuves depuis 2002.

  • La présence, sur chaque circuit, d’au moins un dispositif de protection contre les surintensités. Si vous disposez d’un tableau électrique composé de disjoncteurs alors il ne nécessite pas d’entretien particulier de votre part. Dans le cas où votre tableau électrique serait équipé de portes fusibles, n’oubliez pas de remplacer les fusibles grillés par des fusibles neufs et de la même valeur d’ampérage. Si votre logement est encore équipé de tabatières en porcelaine, faites appel à un professionnel qualifié qui saura vous diriger vers un système plus récent et surtout, bien plus sécurisant.

  • La présence d’une liaison équipotentielle (une protection assurant l’absence de potentiel électrique entre plusieurs éléments conducteurs d’électricité), plus communément appelée mise à la terre et le respect des règles liées aux zones dans les salles de bains ou de douche. Cette installation a pour objectif de vous protéger de l’électrisation, autrement dit, des coups de jus pouvant survenir lorsque vous êtes en contact avec des parties métalliques dans votre maison. Afin de vous assurer que votre habitation a bien été reliée à la terre, procédez par étape. Avant toute chose, prenez le reflexe : coupez l’électricité, il en va de votre sécurité !

    Une fois le courant coupé, retirez-le cache de votre tableau électrique afin de vérifier que la barrette de terre, pièce de cuivre en forme de barre, relie bien les fils jaunes et verts de votre installation. Assurez-vous que tous les équipements métalliques (canalisations d’eau, baignoire…), sont bien reliés à la terre. Notez également que la présence dans votre logement de prises avec borne de terre est essentielle à la sécurité de votre installation électrique.  

  • L’absence de tout risque de contact direct avec des éléments sous tension pouvant entraîner l’électrocution, et de tout matériel vétuste ou inadapté à l’usage.

  • La protection des fils électriques par des conduits, moulures ou plinthes en matière isolante. Points lumineux, prises ou interrupteurs : si des fils restent apparents, profitez de travaux de rénovation pour mettre votre installation aux normes en les recouvrant à l’aide de caches, de plinthes ou de conduits isolants.

Pourquoi faire vérifier son électricité et la mettre aux normes ?

Court-circuit, incendie, électrocution … nombreux sont les risques liés à une installation électrique non conforme ou défectueuse, comme en témoignent ces quelques chiffres clés donnés par l’Observatoire National de la sécurité électrique en 2017.

  • 1/4 des incendies d’habitation sont d’origine électrique, soit 50 000 par an : 61% sont dus aux équipements électriques, 36% aux installations fixes ou mobiles et 3% aux installations des parties communes.

  • 2/3 des installations électriques de plus de 15 ans présentent au moins un défaut de sécurité électrique : 80% ont une prise de terre défectueuse.

  • 3 000 personnes sont victimes d’électrisation, et 40 d’électrocution, chaque année.

Avoir une installation électrique aux normes est évidemment crucial pour votre sécurité et celle de vos proches : quels que soient l’amplitude des travaux d’électricité à prévoir, n’hésitez pas à déléguer.

En effet, l’électricité, en neuf ou en rénovation, est trop souvent perçue comme un exercice simple et accessible par les bricoleurs se souvenant de leurs cours de physique du collège… Mais dans la réalité, lorsque l’on n’a pas soi-même réalisé l’intégralité de l’installation, savoir identifier correctement chaque élément du réseau peut devenir très complexe, et des travaux initialement prévus pour durer 1h ou 2h peuvent s’éterniser – sans compter les risques importants en cas de mauvaise réalisation. Faites-vous accompagner par un électricien de votre région pour une installation électrique garantie et sécurisée.

Travaux de rénovation en vue ?
Dites-nous ce que vous souhaitez réaliser en quelques clics : nous vous recontactons pour vous mettre en relation avec nos professionnels agréés.