Quelle clôture choisir ?

Élément indispensable de votre jardin, la clôture ne sert plus uniquement à délimiter votre terrain : sécurité, esthétique, respect de votre intimité… D’autres aspects entrent en compte. Autant de différents critères qui sont à considérer ! On fait le tour des solutions qui s’offrent à vous.

Un projet à venir ?

Les critères pour choisir une clôture

Les critères pour le choix d’une clôture dépendent surtout de vos priorités : souhaitez-vous surtout une clôture fonctionnelle ? Simple d’entretien ? Bon marché ? Facile à installer ? Privilégiez-vous l’esthétique ou la sécurité ? Trois paramètres priment dans tous les cas : l’usage que vous voulez en faire, le prix que vous pouvez mettre en fonction de votre budget, et la réglementation autour des clôtures. 

Le rôle d’une clôture

Lorsque l’on choisit une clôture, il faut d’abord se poser cette question : quel est mon objectif en cloisonnant ma propriété ?

Souhaitez-vous simplement délimiter votre terrain ? Dans ce cas, peut-être qu’un simple grillage d’un mètre de hauteur fera l’affaire. 

Si en revanche, vous voulez également vous mettre à l’abri des regards, privilégiez un modèle occultant telle qu’une clôture en PVC ou une palissade en bois.

Si votre clôture a de surcroit pour vocation de renforcer la sécurité de votre maison, une clôture d’au moins 2 mètres de haut, faite en parpaings, en pierre ou en fer forgé, sera davantage appropriée. 

Les différents types de clôture

Il existe plusieurs types de solutions pour clôturer une propriété. Voici les plus communes. 

Le grillage souple

Un grillage souple en rouleau est la solution idéale pour délimiter les terrains à fort relief ou accidentés, en particulier dans les milieux ruraux. Grâce à des poteaux en bois ou métalliques implantés dans le sol, il s’installe facilement et rapidement. 

Si l’on tient tout de même à se mettre à l’abri des regards indiscrets, on l’associera à un brise-vue ou à une haie végétale. Ses petites mailles empêchent l’intrusion d’animaux, mais pas celle de personnes, puisqu’il est facile à découper. 

Le grillage rigide

Sous forme de panneaux, le grillage rigide est à privilégier pour les terrains plats ou peu pentus. Sa pose s’effectue également par scellement sur des poteaux fixés dans le sol. 

D’une meilleure résistance, c’est une solution plus sécurisante et plus esthétique qu’un grillage souple, qui cependant n’occulte pas, à moins d’y faire grimper des végétaux. 

La clôture classique

C’est le modèle de clôture le plus courant : esthétique, elle se décline dans des modèles plus ou moins occultants et dans un large choix de matériaux. Selon vos besoins et votre budget, vous pouvez vous tourner vers du PVC, du bois, de l’aluminium ou encore du bois composite. Reposant le plus souvent sur un muret, son installation requiert des travaux plus importants que pour un grillage.

La palissade ou panneau occultant

La palissade, aussi appelé panneau occultant, est une alternative à une clôture classique, plus simple à mettre en place. Faite de bois ou en matériau composite, elle ferme votre jardin tout en décorant votre extérieur. A noter : vous souhaitez un modèle de clôture à l’esthétique travaillée ? Optez pour un claustra, palissade ajourée, et choisissez des motifs plus ou moins serrés en fonction du degré d’occultation recherché.

Le mur ou muret

Un muret est la plupart du temps monté en pierre, d’autres fois en briques ou en parpaings.

C’est une solution idéale pour obtenir une délimitation de terrain champêtre.

Pour une délimitation plus sécurisée, on optera pour un mur d’au moins 2,60 mètres de haut.

Les matériaux pour une clôture de jardin

De nombreux matériaux permettent de réaliser votre clôture, qu’elle soit classique ou non. Résistance, durabilité, entretien et style souhaité sont les critères dont il faut tenir compte pour bien faire son choix. Voici les principaux choix qui s’offrent à vous, ainsi que leurs avantages et leurs inconvénients.

Une clôture en PVC

Très facile d’entretien, le PVC est moins coûteux que les autres matériaux envisageables pour votre clôture. On l’apprécie également pour sa facilité de mise en place et d’entretien. Attention cependant : il vieillit mal et se détériore très vite à cause des intempéries. Si vous optez pour du PVC, sachez que vous devrez remplacer votre clôture dans une dizaine d’années.

Une clôture en bois composite

Le bois composite est fabriqué à partir de plastique mélangé et de fibres de bois. Ce matériau, qui ne s’abîme pas avec le temps et qui résiste bien aux agressions climatiques, permet d’obtenir des clôtures solides et durables. Offrant un excellent rapport qualité-prix, une clôture en bois composite demande peu d’entretien. 

Une clôture en aluminium

L’aluminium séduit en raison de ses nombreux atouts : un style très design, une disponibilité dans un large panel de coloris, 100% recyclable, il ne nécessite pas d’entretien et ne rouille pas. L’inconvénient ? Le prix d’une clôture en aluminium est élevé, jusqu’à 3 fois supérieur à celui du PVC. 
 

Une clôture en bois

Votre mantra, c’est le naturel ? Pas de doute à avoir, optez pour le bois ! Essences, formes et couleurs : le bois se décline en une large gamme de choix. En rondins, en lattes, opaques ou semi-opaques, entrecroisés, façon claustra… Il saura préserver tout le charme de votre jardin.
L’aspect chaleureux et authentique du bois en fait un matériau toujours autant recherché pour les clôtures de jardin. Avec du bois, vous obtenez une clôture solide, qui résiste bien aux intempéries, en particulier s’il s’agit de bois massif. 

Petit bémol : selon le bois que vous choisissez, le budget pourra être conséquent. Gardez également bien à l’esprit que son entretien peut être contraignant puisque certaines essences nécessitent d’être traitées tous les ans.

Une clôture en béton

Si l’on vous dit « béton », vous imaginez un matériau froid et grisâtre ? Détrompez-vous ! Le béton fait peau neuve pour votre extérieur et devient élément de design. Nous connaissons tous la clôture en plaque de béton triste, mais beaucoup moins la très moderne qui apporte une classe imparable aux extérieurs, et encore plus lorsqu’elle est associée à d’autres matériaux. Aux finitions droites ou courbées, en imitation bois ou pierre… La clôture en béton devient un véritable élément de décoration pour votre jardin.

Difficile de faire plus robuste et plus durable que le béton pour clôturer sa maison. Grâce à une clôture en parpaings ou en béton, vous êtes protégé de tout : des cambrioleurs, des curieux, des intempéries diverses et variées. 

Une clôture en fer forgé

Longtemps délaissé pour son aspect trop traditionnel, le fer forgé fait son grand retour ! Droit ou ondulé, classique ou moderne, il apportera une touche esthétique et élégante à votre extérieur. Vous trouvez que le noir assombrit ? Sachez que le fer forgé peut facilement être peint.

En faisant ce choix, vous alliez style élégant et durabilité. Il n’existe pas de matériau plus tenace dans la durée que le fer forgé. Une clôture en fer forgé peut être posée seule, ou scellée sur un muret en béton. Avantage à ne pas négliger également : il s’agit d’un matériau très résistant et solide. Notez cependant qu’il nécessite un entretien spécifique contre la rouille. Votre clôture devra donc être régulièrement décapée.

Un mur en pierre

Option plus classique : le mur en pierre. Très résistant, ce matériau est tout de même plus cher que les autres, selon le type de pierre que vous choisissez. Cela implique la construction intégrale du mur ou du muret, en fonction de la hauteur que vous souhaitez. Il vous permet de retrouver un look « de vieille bâtisse » dans votre jardin.
Dans sa version en pierre de taille, il vous faudra passer par un maitre artisan tailleur de pierre, car ce type de mur requiert une maitrise parfaite de la technique.
Si vous préférez un rendu « à l’ancienne », vous pouvez choisir de faire agencer les pierres de façon irrégulière, afin que le mur ne soit pas « parfait ».

Un mur en gabion

Et pourquoi ne pas opter pour un mur en gabion ?

Cette nouvelle inspiration pour votre clôture se présente sous la forme de cages métalliques, dans lesquelles sont placées des pierres naturelles, souvent de couleur grise.

L’idée en plus : pour alléger l’aspect de votre clôture, alternez gabion et arbustes, avec un cyprès par exemple, taillé de la même manière en hauteur et en largeur que votre gabion.

Une clôture végétale 

Qui dit extérieur dit végétation ! La clôture végétale est une solution 100% naturelle qui s’intégrera parfaitement à votre jardin. La clôture végétale habille votre jardin tout en vous cachant du voisinage. Et selon les espèces végétales choisies, elle peut également s’avérer très dissuasive. Elle nécessite cependant beaucoup d’entretien, ce qui peut impacter votre budget. De l’arrosage à la taille, en passant par le désherbage, c’est la solution idéale si vous avez la main verte ! 

Le prix d’une clôture

Après avoir étudié les atouts et les désavantages de tous les matériaux présents sur le marché, leur prix va logiquement orienter votre choix vers l’un ou l’autre. La fourchette de prix est extrêmement large, allant de 10€ le mètre linéaire pour une clôture grillagée à jusqu’à plusieurs centaines d’euros pour une réalisation sur-mesure en fer forgé. 

Derrière le grillage, le PVC reste le matériau le plus abordable, avec des prix débutant à 50€ le mètre linéaire. Le prix moyen d’une clôture en aluminium, en fer forgé ou encore en bois composite se situe autour de 150€ du mètre. 

Concernant les clôtures en bois, les prix varient généralement entre 30 et 200€ le mètre linéaire, selon le niveau de gamme de clôture qu’on souhaite et l’essence de bois choisie. Si le pin et le sapin restent très abordables, les bois exotiques comme le teck augmentent sensiblement le prix d’une clôture.  

 

L’installation d’une clôture

L’installation d’une clôture de jardin est un projet qui doit se planifier.

Quels sont les démarches et les travaux à effectuer ? Voici les étapes clés à respecter pour réussir sa pose de clôture.

Préparer son projet de clôture 

Conformément au Code Civil, tout propriétaire dispose du droit de clôturer son terrain.

Toutefois, quelques actions sont nécessaires en vue d’une installation de clôture dans le respect des règles :
 

  • Prévenir le voisin
    Assurez-vous d’abord que la réalisation d’une clôture ne va pas le gêner au quotidien. D’autre part, elle doit être installée sur votre parcelle uniquement, et non à cheval sur la limite séparative des deux terrains. 
  • Prendre connaissance du Plan local d’urbanisme
    Des normes concernant la hauteur, le choix des matériaux, voire des couleurs peuvent être imposées par le plan local d’urbanisme, qui régit la construction des clôtures et des portails et portillons dans votre ville.
     
  • Déposer une déclaration préalable de travaux
    Le dépôt d’une déclaration préalable de travaux en mairie est obligatoire dans certaines villes pour l’installation d’une clôture et d’un portail. Si la hauteur de votre clôture dépasse les 2 mètres ou si votre terrain est situé dans le champ de visibilité d’un monument historique, vous devrez déposer une déclaration préalable de travaux, quelle que soit votre localité.

 

Avant de débuter vos travaux, pensez à vérifier que votre clôture ne va pas entraver d’éventuelles servitudes de passage ou d’écoulement des eaux. 

Les travaux pour la pose d’une clôture grillagée

Quand on parle de l’installation d’une clôture, on pense avant tout à celle d’un grillage souple, la plus facile. Sa mise en œuvre se réalise en 4 étapes clés.
 

1. La délimitation de terrain 

Dans un premier temps, l’emplacement de la clôture doit être défini. À cet effet, on plante des piquets aux extrémités du futur grillage, à 30 cm de profondeur. Un piquet est placé tous les 2 à 3 mètres afin de marquer l’emplacement des poteaux intermédiaires. On relie ensuite les piquets avec une ficelle. Une grande précision est de mise afin de respecter les limites de propriété de sa parcelle.
 

2. Le creusement de la fouille 

On creuse des trous à la place de chaque piquet, en vue du scellement des poteaux. Le diamètre d’un trou doit être de 40 cm, et sa profondeur doit égaler le tiers de la hauteur du poteau.
 

3. La pose des poteaux

Les poteaux d’angle sont mis en place en premier, scellés avec des dalles de béton et reliés avec du fil de tension. Ce fil permet de vérifier que chaque poteau est bien droit. Puis les poteaux intermédiaires sont ajoutés.
 

4. L’installation du grillage 

Une fois que le béton est sec, vous pouvez poser le grillage. Une barre de tension doit être fixée au premier poteau avec du fil de tension. Ensuite, déroulez le grillage le long des poteaux. Chaque poteau est attaché au grillage avec du fil de fer. 
 

Le prix de la pose d’un grillage varie généralement entre 15 et 40 € au mètre linéaire.

L’installation d’une clôture en panneaux ou classique

Quand on ne choisit pas une clôture grillagée, on opte pour une clôture classique ou composée de panneaux en bois, en composite, en PVC ou encore en aluminium. La pose de ces clôtures s’effectue sur un muret ou directement dans le sol.

 

La clôture sur muret

La plupart des clôtures en bois, PVC et aluminium sont installées sur un muret en parpaings, reposant lui-même sur des fondations adaptées. Leurs poteaux sont fixés au muret par scellement ou grâce à des platines de fixation. Enfin, on procède à l’assemblage des panneaux. 

La clôture à sceller au sol

Cette méthode concerne plus souvent des palissades en bois ou en bois composite.

Dans de cas, on délimite le terrain à l’aide de piquets en bois, tout comme pour l’installation d’un grillage. 

Les poteaux sont ensuite fixés à des supports galvanisés, avant d’être assemblés aux panneaux.

Après la création de fondations, on procède au scellement des poteaux. 

Le prix de la pose d’une clôture à panneaux dépend de plusieurs facteurs : le matériau, les dimensions et l’état du terrain.

Pour des clôtures faciles à installer comme le PVC ou l’aluminium, le prix hors pose démarre autour de 50€ le mètre linéaire.

Zoom sur le panneau anti-bruit

Il s’agit d’une alternative aux clôtures traditionnelles, une solution idéale pour les habitations exposées à des bruits extérieurs importants : route passante, voie ferrée…

Comme son nom l’indique, le panneau anti-bruit (ou mur anti-bruit) a été conçu pour vous protéger des nuisances sonores aux abords de votre habitation. Ses matériaux et sa configuration ont été étudiés afin de réduire de manière conséquente le bruit environnant. Aussi, on considère que le panneau anti-bruit doit mesurer au moins deux mètres pour être efficace. Par ailleurs, plus le matériau utilisé sera dense, meilleure en sera son efficacité acoustique. N’hésitez pas à demander conseil à un professionnel afin qu’il définisse de manière précise vos besoins et qu’il vous oriente sur le bon modèle. 

 

Panneaux anti-bruit, quelles sont les différentes typologies ?

On distingue sur le marché plusieurs panneaux anti-bruit. Certains sont vendus en kit, généralement en bois. Faciles et rapides à installer, ils offrent une protection contre les bruits de moyenne amplitude. Pour une protection optimale contre les bruits extérieurs, il faudra opter pour un mur anti-bruit en parpaing ou en brique, ce qui nécessite des travaux plus lourds et l’intervention d’un maçon. Pour des exigences moins élevées et un budget plus restreint, vous pouvez choisir la tôle ondulée.

En cas de zone faiblement exposée aux bruits environnants, une haie végétale pourra améliorer votre confort en déviant et donc en atténuant les ondes sonores.

Quel budget consacrer à son panneau anti-bruit ?

L’enveloppe budgétaire à prévoir pour vos panneaux anti-bruit dépendra du matériau choisi et des dimensions de votre terrain. Voici quelques indications : 

  • Pour des panneaux en bois, comptez entre 150 et 250 euros au mètre linéaire ; 
  • Pour un mur en parpaing ou en brique, comptez de 150 à 300 euros ; 
  • Pour des panneaux en tôle ondulée, comptez de 50 à 110 euros. 

 



Vous avez des questions ? Besoin de conseils personnalisés ?
N’hésitez pas à vous adresser directement à un professionnel !