Comment sauver un jardin inondé ?

01 Février 2021Belinda Tempier

La tempête Justine s’est abattue sur notre territoire ce weekend et de nombreux dégâts ont été constatés. Comment sauver son jardin après une inondation ? Voici quelques conseils pour retrouver un semblant de normalité…

On ne fait rien tant que l’eau est présente

Il ne sert à rien de vouloir retirer l’eau et de piétiner votre jardin encore à blanc d’eau. Vous devez attendre le retrait naturel de l’eau. En marchant sur un sol toujours inondé vous allez tasser la terre et empirer les dégâts fait au sol. Lorsque l’eau s’est retirée, vous pouvez essayer de vider les flaques persistantes en créant de petites rigoles. L’objectif est ici d’évacuer l’eau vers un regard d’évacuation ou le fossé le plus proche.

Comment travailler son jardin une fois l’eau évacuée ?

  • Si vous avez un potager et que vous vivez en zone urbaine, il est important de vous débarrasser de la boue, celle-ci bien que fertile contient une trop forte teneur en polluant.
  • S’il vous reste des légumes comestibles, n’attendez pas pour les cueillir. Une plante potagère tient deux à quatre jours dans un sol inondé.
  • Si votre jardin a tendance à ne jamais absorber l’eau, il est temps d’entreprendre des travaux de drainage.
  • Après une inondation, avant de penser à replanter, attendez au minimum trois semaines. Votre terre doit être sèche.

Comment limiter les risques d’inondations futures ?

Face à une tempête on ne peut pas faire grand-chose, mais en installant les bons équipements votre jardin peut mieux réagir car il sera moins gorgé d’eau qu’à l’accoutumée. Voici quelques installations que vous pourriez envisager de réaliser pour limiter les risques d’inondations :

  • Récupérer les eaux de pluie. Cela consiste à récupérer l’eau de pluie pour l’utiliser comme arrosage. L’eau est stockée dans une cuve, aérienne ou enterrée.
  • Un sol drainant. Évitez les allées carrossables en bitumes, plusieurs solutions existent pour à la fois garer la voiture sans patauger dans la boue, et respecter les propriétés naturelles du sol.
  • Privilégier des haies sur talus. On a tous tendance à vouloir le terrain le plus plat possible pour faciliter les aménagements paysagers. Mais à trop aplanir les sols on gêne l’évacuation naturelle de l’eau et son absorption jusqu’aux nappes phréatiques.
Abonnez-vous à notre newsletter
Recevez votre dose d’inspiration chaque semaine dans votre boîte mail.
Je m'abonne
La Maison Saint-Gobain traite vos données pour vous envoyer ses newsletters. Consultez la rubrique "Vos données et vos droits" pour en savoir plus.