Utiliser les déchets alimentaires pour créer vêtement et mobilier

09 Novembre 2020Belinda Tempier

Des grains de café transformés en lampes. Des écorces d'orange deviennent des T-shirts. Des coquilles d'œufs pour créer des tables. Les designers se sont emparés des déchets alimentaires pour les utiliser comme matière première !

Selon l'Association pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) des Nations Unies, un tiers de toute la nourriture produite dans le monde est gaspillée, un fait encore plus frappant dans les pays les plus favorisés.

Un gaspillage alimentaire qui a trois impacts majeurs :

  • économique,
  • social,
  • et environnemental.

En gaspillant la nourriture, on gaspille également l’énergie produite pour la créer, la conserver, la cultiver, la transporter, l’emballer… Sans compter que les déchets alimentaires qui pourrissent dans nos décharges génèrent d'énormes quantités de gaz à effet de serre, un polluant encore plus nocif que le dioxyde de carbone. La FAO va encore plus loin avec une image marquante, si ce phénomène était un pays, il serait le troisième émetteur de gaz à effet de serre juste après les Etats-Unis et la Chine ! En bref, le gaspillage alimentaire est un vrai défit écologique.

En France, l’ADEME rappelle que 10 millions de nourritures consommable sont gaspillés ! Cela équivaut à 150 kg par habitant et par an....

Pour palier au problème, le gouvernement mise sur l’éducation, avec notamment cette nouvelle campagne lancée fin septembre à destination des petits et des grands.

dechet alimentaire campagne

Du côté des designers, on met directement les mains dans le problème. Et on peut dire que de belles idées existent !

Quand les déchets deviennent mobilier

Fondé par Giulia Casaro et Johannes Kiniger en 2015, High Society est un studio de design basé au Tyrol du Sud qui transforme les restes des industries locales en éclairage et en mobilier. Après une recherche initiale sur les ressources de déchets organiques qui pourraient être transformées en biomatériaux, le studio a passé trois ans à développer les matériaux pour les préparer au marché.

Pour la collection Senilia, dévoilée cette année au salon Varsovie Home, le duo a transformé les déchets de la production locale de bière et de café en lampes tubulaires sculpturales entièrement biodégradables et recyclables. High Society a également travaillé avec les sous-produits de la production de chanvre, de vin et de tabac pour sa collection d'abat-jour Highlight.

Crédit photo High Society Studio

Quand les déchets alimentaires deviennent des créations de mode

Dans le sud de l'Italie, Adriana Santonocito et Enrica Arena utilisent des restes de jus d'agrumes industriels pour créer un matériau semblable à la soie pour fabriquer des vêtements. En 2014, le couple créatif a fondé Orange Fiber à Catane, où des milliers de tonnes d'agrumes sont extraites chaque année.

Crédit Photo Orange Fiber

Grâce à un processus breveté qu’Adriana Santonocito a développé pendant son séjour en tant qu'étudiante en design à Milan, la cellulose est extraite des écorces d'orange à l'aide de réactifs chimiques pour créer un fil qui peut être combiné avec d'autres matériaux et créer ainsi un matériau doux semblable à de la soie. En 2017, Salvatore Ferragamo a été la première marque de luxe à utiliser Orange Fiber dans une collection. En 2019, H&M a également lancé une collection Conscious utilisant ce tissu innovant.

Crédit Photo Orange Fiber
Abonnez-vous à notre newsletter
Recevez votre dose d’inspiration chaque semaine dans votre boîte mail.
Je m'abonne
La Maison Saint-Gobain traite vos données pour vous envoyer ses newsletters. Consultez la rubrique "Vos données et vos droits" pour en savoir plus.