Quand la rénovation rapporte gros !

04 Janvier 2021Belinda Tempier

Pour la plupart d’entre nous les travaux de rénovation induisent des dépenses, mais certains chanceux ont découvert dans leur vieille maison de véritables trésors. Quand la rénovation rapporte gros, c’est 3 histoires qui vont vous donner envie de casser des murs…

Superman à la rescousse !

Nous sommes dans le Minnesota aux États-Unis. Monsieur Gonzales décide de rénover sa maison. Maçon de métier, il se met à l’ouvrage et commence à casser des murs. Il tombe alors sur une petite pièce, inconnue. À l’intérieur, de nombreux papiers et journaux, et une BD très bien conservée. Une découverte pas si anodine, car la BD en question est un numéro rare, avec un tirage limité, où Superman fait sa toute première apparition. La BD est mise aux enchères, et Monsieur Gonzales remporte la coquette somme de 175 000 dollars.

Un bon coup de pioche

Nous sommes en 2015, et ce n’est pas le propriétaire qui va réaliser une belle découverte, mais les artisans sur le chantier. Trois ouvriers travaillent sur la rénovation d’une cave, à Vouzon, dans le Loir-et-Cher. Ils creusent le sol et découvrent 34 lingots d’or ! Un pactole d’une valeur d’un million d’euros. Ils en parlent au propriétaire, avocat de métier, qui demande son dû, et leur octroie 139 000 euros chacun. Mais l’histoire ne s’arrête pas là, les trois compères se renseignent et découvrent dans le code Civil que « Si le trésor est trouvé dans le fonds d'autrui, il appartient pour moitié à celui qui l'a découvert, et pour l'autre moitié au propriétaire du fonds ». Résultat, l’homme au marteau-piqueur repart avec 500 000 euros, tout comme le propriétaire. Les deux autres artisans devront rendre la somme versée par le propriétaire…

Vous prendrez bien un whisky ?

Nous sommes aux États-Unis, dans l’État de New-York. Deux amis décident de rénover une vieille maison dont ils ont hérité. L’histoire est récente, puisqu’elle a eu lieu cet été, en pleine pandémie COVID. Ce qu’ils ne savaient pas, c’est que cette vieille maison des années 1915 était l’ancienne demeure d’un bootlegger du temps de la prohibition américaine. Nick Durmmond et Patrick Bakker se mettent à travailler, et lorsqu’ils enlèvent les vieilles plinthes d’une pièce, des paquets enveloppés de foin et de papier tombent. Même chose lorsqu’ils retirent le bardage de la maison. Des vieilles bouteilles de whisky de marque écossaise sont découvertes. 66 bouteilles ont été trouvées à ce jour, 13 en excellent état, et la rénovation n’est pas terminée ! Les bouteilles estimées à 1000 dollars l’unité minimum vont être mises bientôt aux enchères. Une histoire à suivre sur Instagram, sur le compte qu’ils ont créé pour l’occasion.

Abonnez-vous à notre newsletter
Recevez votre dose d’inspiration chaque semaine dans votre boîte mail.
Je m'abonne
La Maison Saint-Gobain traite vos données pour vous envoyer ses newsletters. Consultez la rubrique "Vos données et vos droits" pour en savoir plus.