Quel sol intérieur choisir ?

En matière de sol intérieur, on a vraiment l’embarras du choix : carrelages, parquet, pierre, revêtements souples, béton ciré, carreaux de ciment, les possibilités sont multiples… Plusieurs critères vous permettent de comparer les caractéristiques de chaque revêtement de sol, pour vous aider à choisir celui qui sera le plus adapté à telle ou telle pièce de votre logement. Esthétisme, facilité d’entretien, robustesse, résistance à l’eau, prix… on vous aide à vous décider !

Les différents types de sols pour l’intérieur de votre maison

Un projet à venir ?

Les sols en bois, nobles et durables

On aime son côté chaleureux et authentique, le bois sous nos pieds peut prendre la forme du parquet massif ou du parquet contrecollé. Revue des deux options. 

Le parquet massif

Il est composé de bois plein qui a été scié. Poncé, verni ou peint, le parquet massif peut avoir plusieurs vies. 

Les plus : Le parquet massif apporte un cachet indéniable à votre pièce, il fait toujours son petit effet. Grain, texture, oxydation… le parquet massif se patine dans le temps. Il ne se déprécie pas et dure longtemps s’il est entretenu correctement (cirage, ponçage, vitrification). Il assure également 2 rôles : celui de régulateur thermique via sa capacité à stocker la chaleur et celui de un régulateur hygrométrique (il absorbe ou restitue l’humidité de l’air).

Les moins : C’est un mauvais isolant acoustique, car sans compter les grincements, il peut vite faire caisse de résonance : c’est la raison pour laquelle il faut bien veiller à le faire poser parfaitement, sur une sous-couche phonique. Matériau coûteux de par sa noblesse, il peut se déformer s’il n’est pas usiné et posé selon les règles de l’art. Attention également au feu, si jamais vous possédez une cheminée à proximité des premières lattes de bois.

Pièces : idéal dans le salon, la salle à manger et les chambres.

Côté budget : très variable en fonction des essences. Comptez un prix entre 120 et 150 € par m², fourniture et pose comprises, pour un parquet coûtant 85 € le m².

Le parquet massif pour votre salon, salle à manger et chambre
Le parquet contrecollé est idéal pour votre salon

Le parquet contrecollé 

Seule la partie supérieure du parquet contrecollé (ou « parquet multicouche ») est faite de bois massif. Appelée « couche d’usure », elle est composée d’un bois noble. Il est moins onéreux que le parquet massif. 

Les plus : Facile à entretenir et doté d’une bonne durée de vie, il propose un excellent rapport cachet/prix.

Les moins : Le parquet contrecollé n’a pas la résistance d’un parquet massif : sa durée de vie est plus courte, car il se rénove mal (on ne peut pas le poncer). 

Pièces : dans les chambres, et le cas échéant, le salon et la salle à manger. 

Côté budget : un prix de 100 à 130 € par m² (selon la qualité de la couche d’usure) pour la pose et la fourniture.

Les sols souples savent s’adapter 

Faciles à poser, extra fins (ce qui est un réel atout en cas de rénovation car cela permet souvent d’éviter la dépose de l’ancien revêtement de sol), les sols souples se déclinent sous 5 principaux matériaux. 

Le linoléum

Le linoléum est un revêtement souple 100% naturel à base d'huile de lin, de poudre de bois ou de liège, de jute et de résines naturelles. On y ajoute des pigments pour créer des coloris et des motifs.
Le linoléum se décline sous plusieurs formes : en dalles (pose collée), en rouleau (pose collée) ou clipsable (système d’assemblage).

Les plus : Doté d’une bonne durée de vie, le linoléum se nettoie très facilement et procure une bonne isolation phonique et thermique. En plus d’être écologique, il possède des propriétés antibactériennes et antistatiques, pour un sol très hygiénique ! Facile à mettre en place, il s’agit d’un des revêtements les moins onéreux du marché. 

Les moins : Une forte chaleur peut lui infliger des traces irréversibles. Il reste également plus fragile qu’un carrelage ou un parquet et devra être remplacé plus tôt. À moins d’être protégé par un traitement hydrofuge, il craint l’humidité, qui détériore ses composants naturels. À noter : il ne résiste pas à des produits d’entretien dont le pH est inférieur à 6. 

Pièces : à éviter dans les pièces humides.

Côté budget : comptez un prix de 80 € environ par m² pour la pose et la fourniture.

Les sols PVC et vinyle

Fabriqués dans une matière plastique dérivée du pétrole - donc d’origine chimique – les sols PVC et vinyle sont de plus en plus utilisés du fait de leur côté caméléon : ils imitent la texture de tous les sols existants !  Différents formats sont disponibles : en dalles, en lames (pose collée) ou en rouleau (pour une pose sans colle).

Les plus : Simples à poser, ils s’ajustent à toutes les pièces et offrent une bonne isolation phonique et thermique. Ils sont souvent antitaches, anti-rayures, antichocs et antidérapants. 100 % étanches, ils ne craignent ni l’humidité, ni la chaleur, ni la lumière et sont faciles à entretenir. Le gros plus : ils sont disponibles dans de multiples couleurs et motifs. 

Les moins : Ces sols peuvent se déformer au contact de la chaleur directe et ne résisteront pas aux cendres ni aux braises. Attention donc aux cigarettes et aux projections de cheminée. Ils disposent d’une durée de vie moyenne. 

Pièces : ils sont particulièrement adaptés aux pièces les plus malmenées, comme les chambres d’enfants, l’entrée, la cuisine, ou encore la salle de bains (pour le sol d’une douche à l’italienne par exemple).

Côté budget : un prix de 40 à 60 € le m².

Le PVC et le vinyle, les sols résistants
Le jonc de mer

 

Le jonc de mer 

Alternative 100% naturelle et écologique (par sa composition en fibres végétales), le jonc de mer peut se targuer d’un réel succès. Les différents types de tissage apportent un plus déco à votre intérieur. 

Les plus : Écologique, le jonc de mer est plutôt résistant et bon marché. Il garantit une bonne isolation acoustique et isole du froid. 

Les moins : Sa tendance à faciliter la prolifération des bactéries ! De plus, il se tache facilement et n’est pas facile à préserver ni à entretenir, notamment parce qu’il a tendance à retenir l’humidité. 

Pièces : à éviter dans la cuisine – lieu qui se salit vite par définition - et dans la salle de bains, à moins d’être très vigilant sur la ventilation. 

Côté budget : un prix de 20 à 55 € / m², pose et fourniture.

Le liège, la touche naturelle pour votre sol intérieur

 

Le liège

Le sol en liège est issu d’un matériau naturel (extrait de l’écorce des chênes lièges). Il peut être utilisé en sous-couche d’un autre revêtement pour ses propriétés acoustiques ou en revêtement décoratif, avec une finition huilée ou vernie. 

Les plus : Écologique, facile à entretenir, il présente une bonne isolation phonique et thermique. Matériau imputrescible, il est résistant à l’humidité (traitement préalable dans les pièces humides), antibactérien et antistatique. Sachez également que vous aurez le choix entre plusieurs teintes et aspects ! 

Les moins : Exposé au soleil, le liège peut changer de couleur. Il est poreux et absorbe les odeurs. 

Pièces : à éviter dans la cuisine ou la salle à manger.

Côté budget : 50 € par m², pose comprise.

La moquette est de retour, et il faudra en prendre soin

 

La moquette

Un peu mise de côté, la moquette fait son grand retour et redevient tendance ! Elle se décline en différents formats (rouleaux, dalles) et matières (laine synthétique, acrylique).

Les plus : Facile à poser, la moquette est un très bon isolant phonique et thermique. Autre avantage ? Ses propriétés antidérapantes.  

Les moins : Entretien difficile, résistance moyenne à l’usure et mauvaise aux taches, c’est en plus un vrai nid à acariens !

Pièces : à éviter dans les pièces où il y a du passage. Cela lui évitera les taches provoquées par les dessous de chaussures ou la nourriture.

Côté budget : entre 30 et 50 € par m², pour la fourniture et la pose.

Les sols durs font de la résistance

Carrelages, pierre naturelle, tommette, béton ciré combinent style et résistance. Le point sur les avantages et inconvénients de chaque matériau.

Le carrelage

Le carrelage peut se présenter sous différents matériaux : grès cérame, pierre ou terre cuite. Les mosaïques laissent place aux larges carreaux, plus en vogue aujourd’hui. Côté esthétique, les carrelages multiplient les effets visuels et se font rois de l’imitation, pour une gamme de choix extrêmement large. 

Les plus : Un entretien facile et une durée de vie excellente. Le carrelage est incombustible. Il pourra apporter de l’inertie thermique à votre logement, point intéressant pour conserver la chaleur. 

Les moins : Il renvoie une sensation de froid au toucher et peut s’avérer glissant. 

Pièces : idéal pour les espaces exigeant une bonne hygiène comme les pièces d’eau et la cuisine.

Côté budget : un prix moyen compris entre 80 et 120 € le m², fourniture et pose.

Le carrelage en céramique, terre cuite ou pierre : un sol solide
Tomettes, le charme authentique

Les tomettes

En terre cuite hexagonale ou carrée, rouge brique, les tomettes sont essentiellement produites en France à base de composants naturels, argile, sable et eau.

Les plus : Elles disposent d’une bonne durée de vie et constituent un bon isolant thermique.

Les moins : Les tomettes doivent être traitées et cirées pour conserver leur beauté d’origine. Elles peuvent prendre un autre cachet avec le temps (un nettoyage à l’eau suffit), et sont poreuses. L’entretien peut être délicat du fait de la porosité des matériaux.

Pièces : traitées pour résister à l’eau, on les retrouve généralement dans la cuisine, la salle de bains ou la buanderie.

Côté budget : de 120 à 180 € par m² pour la fourniture et la pose de tomettes traditionnelles, sur lit de mortier de chaux. 

La pierre

Les sols dits en pierre regroupent le granit, le marbre, l’ardoise ou la pierre calcaire.

Les plus : La pierre est durable, ultra résistante, très esthétique et facile à nettoyer, à condition de choisir un produit bien adapté, non détergent.

Les moins : La plupart des sols en pierres ont besoin d’être traités contre l’eau et les taches. De plus, le marbre et la pierre calcaire ne supportent pas les produits acides. Revêtements haut de gamme, leur prix peut être élevé. Ils sont lourds : attention donc à la résistance des planchers dans les étages avant de les poser ! 

Pièces : destinés au rez-de-chaussée, rapport à leur poids. À éviter dans les pièces d’eau et la cuisine si la pierre n’est pas traitée.

Côté budget : prix compris entre 150 et plus de 300 € le m², pour la pose et la fourniture.

La pierre naturelle fonctionne essentiellement au rez-de-chaussée
La pierre reconstituée, reine de l’imitation

La pierre reconstituée

Concassée avant d’être mêlée à des liants, puis moulée, cette pierre issue de carrières françaises se présente sous la forme de dalles ou de carreaux. La pierre reconstituée – concurrent de la pierre naturelle – est un maître de l’imitation.

Les plus : Le cachet de la pierre, mais en version plus abordable ! Durable, résistant aux chocs et même au gel, ce matériau est antidérapant. 

Les moins : Il faudra appliquer un traitement (sans solvant) hydrofuge et antitaches. Attention à la qualité lorsque vous ferez votre choix, certaines imitations sont plus réussies que d’autres…

Pièces : parfait pour toute la maison, elle est particulièrement adaptée aux lieux de passage.

Côté budget : prix compris entre 90 et 200 € le m², pose et fourniture.

Le béton ciré, savant mélange, est le sol tendance du moment

Le béton ciré

Mélange de poudre, de marbre, de ciment et de sable fin de rivière, le béton ciré vous permet de créer une ambiance moderne et urbaine. 

Les plus : Résistant aux chocs, hygiénique et facile d’entretien, il s’adapte partout et conserve la chaleur.

Les moins : Peu résistant à l'humidité et aux taches, le béton ciré nécessite un traitement hydrofuge. 

Pièces : si le béton est lourd, les étages sont à éviter.

Côté budget : prix allant de 100 à 130 € par m², pour la fourniture et la pose.

Le sol qui n’entre dans aucune case : le sol stratifié

Champion de l’imitation, le sol stratifié reproduit visuellement l’aspect de nombreux sols. Bois, béton ou pierre pour les plus classiques… mais aussi marbre et carrelage ! Vous bénéficiez ainsi de l’aspect visuel de ces matériaux, sans avoir à composer avec leurs éventuels désavantages. Sous forme de lames à « clipser », le sol stratifié intègre un film de protection pour le rendre plus résistant aux rayures.

Le sol stratifié à clipser, facile à installer

Les plus : Résistant aux taches, aux chocs et à l’humidité pour les sols spécifiques à la salle de bains, il est très abordable financièrement. 

Les moins : Le sol stratifié ne peut pas être rénové et présente une résistance variable aux impacts, celle-ci dépendant principalement de la classe de résistance de ce sol. D’où l’importance de ne pas lésiner sur la qualité !

Pièces : partout, sauf là où il est susceptible de subir des chocs répétés.

Côté budget : entre 40 et 70 € par m² pour la pose et la fourniture.

Bien choisir ses sols, c’est donc une question de goût, mais aussi d’usages ! Et la durabilité d’un sol dépend – outre ses qualités intrinsèques - de la qualité de sa pose…
Choix des sols de votre future maison ou remplacement de vos sols existants, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un spécialiste de votre région pour vos travaux ! 


Vous avez des questions ? Besoin de conseils personnalisés ?
N’hésitez pas à vous adresser directement à un professionnel !