Les principales aides aux travaux de rénovation énergétique pour 2021

  • Article
  • Rénovation énergétique
  • Isolation
  • Chauffage et climatisation
  • Démarches gestion de chantier
  • Rénovation d'appartement
  • Rénovation de maison

Temps de lecture : 6 min

Trop froid, trop chaud, trop cher... Vous souhaitez baisser vos factures de chauffage et améliorer par la même occasion votre confort au quotidien ? Des aides financières existent pour alléger la facture de vos travaux de rénovation énergétique !

Découvrez lesquelles en un coup d’œil et faites votre simulation personnalisée un peu plus bas dans l'article pour savoir à quel montant de subvention vous avez droit.

Simulation aides rénovation énergétique 2021

Lorsque l’on entreprend des travaux de rénovation, intégrer la dimension énergétique permet de réaliser des économies substantielles, car de nombreuses aides à la rénovation énergétique existent et permettent d’alléger la facture… Mais l’éventail des aides et subventions aux travaux est si large qu’il est parfois difficile de s’y retrouver ! Et 2021 ne fait malheureusement pas exception, avec de grands changements en termes de dispositifs, de droits et de modalités de cumul… Certaines restent, certaines changent, d’autres disparaissent, et il n’est pas simple de suivre les nouvelles annonces du gouvernement concernant les aides financières à la rénovation énergétique. 

Pourtant, il serait dommage de renoncer pour autant aux travaux de rénovation énergétique par manque d’information sur les économies que ces aides peuvent vous permettre de réaliser, avec parfois la subvention de jusqu’à 90% du montant de vos travaux. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons développé le simulateur d’aides que vous trouverez un peu plus haut dans cette page, qui en quelques clics vous donne les montants personnalisés des subventions auxquelles vous pouvez prétendre en fonction de vos travaux.

Pour davantage d'information, nous vous proposons de reprendre ici les différentes annonces et d’en décrypter les tenants et aboutissants. 

Pourquoi intégrer la dimension énergétique dans ses travaux de rénovation ?

Travaux sur votre toiture, vos fenêtres, vos murs, remplacement du système de chauffage…  Vous êtes éligibles à certaines aides financières à condition de respecter certains critères qui répondent à des objectifs de réduction de la consommation énergétique de votre logement.

Au-delà de ces aides, qui vous permettront d’alléger votre budget rénovation (et que vous pouvez calculer de façon personnalisée grâce à notre simulateur juste au-dessus), ces travaux feront diminuer vos factures d’énergie, augmenteront la valeur de votre logement, et amélioreront sensiblement votre confort au quotidien.

Une opération quadruplement gagnante donc, sans compter le fait qu’en plus de faire du bien à votre porte-monnaie via des économies sonnantes et trébuchantes, vous ferez également du bien à la planète en réduisant vos émissions de gaz à effet de serre, principal responsable du réchauffement climatique !

MaPrimeRénov’ : l’aide financière qui évolue en 2021 et est maintenue en 2022

MaPrimeRénov’ est l’aide principale de l’état versée par l’Anah pour soutenir la rénovation énergétique des logements. Elle peut financer jusqu’à 20 000 euros de vos travaux.

Petite nouvelle de 2020, MaPrimeRénov s’inscrit dans la logique de remplacement progressif du CITE par une aide versée plus rapidement, à réception de la facture des travaux. Début 2020, cette aide s’adressait uniquement aux foyers aux revenus modestes et très modestes et devait être étendue aux foyers à revenus intermédiaires en 2021. 

C’est le vrai changement de l’année 2021, MaPrimeRénov’ évolue pour prendre en considération davantage de foyers. Elle a été corrigée dès le 1er octobre dernier suite à l’annonce du Plan France Relance par le gouvernement. Ainsi, depuis le 1er octobre 2020, MaPrimeRénov’ est ouverte aux ménages aux revenus intermédiaires et supérieurs. Elle est également ouverte aux propriétaires bailleurs, ainsi qu’aux syndicats de copropriété. 

MaPrimeRénov’ comprend maintenant trois autres nouveautés : 

  • Les primes bonus sortie de passoire thermique. Vous pouvez en savoir plus sur ce qu’est une passoire thermique en lisant notre dossier associé.

  • Un nouveau forfait nommé « Assistance à maîtrise d’ouvrage » peut être pris en charge par la prime pour aider les foyers dans les démarches liées aux travaux de rénovation énergétique.

  • Un forfait rénovation globale est également apparu. Celui-ci correspond à un chantier permettant de réaliser plus de 55% d’économies d’énergie.

 

L’aide MaPrimeRénov’ est généralement délivrée en fin de travaux, mais une avance peut être versée sous conditions. Par contre il faut la demander avant de signer votre devis. Pour en bénéficier, il faut effectuer une demande en ligne sur le site éponyme avant de signer le devis d’un professionnel RGE. D’un montant variable en fonction des critères de revenus du foyer et du type de travaux de rénovation énergétique à réaliser, ces primes peuvent être cumulées dans la limite de 20 000 € par logement sur 5 années. A noter : cette prime instaure des plafonds de dépense à ne pas dépasser pour chaque type de travaux éligible. 

Attention, si vous pouvez déjà vous lancer dans vos travaux de rénovation énergétique en sollicitant MaPrimeRénov’ nouvelle version, les aides tout ou en partie seront versées rétroactivement en 2021. C’est notamment le cas pour : 

  • Les propriétaires occupant aux revenus intermédiaires à supérieurs et les copropriétés : les subventions pourront être demandées à partir du 1er janvier 2021.

  • Les propriétaire bailleurs devront attendre le 1er juillet 2021.

  • Les ménages aux revenus modestes à très modestes devront réaliser une nouvelle demande dès le 1er janvier 2021 pour recevoir les subventions liées aux bonus.

Bon à savoir : Le dispositif MaPrimeRénov' se poursuit et se renforce en 2022 avec un budget de 2 milliards d’euros supplémentaires. L'objectif étant d'accélérer la dynamique et d'en faire bénéficier un maximum de ménages.

Découvrez toutes les conditions d’éligibilités, et le montant de cette aide revue et corrigée dans notre dossier MaPrimeRénov’ la nouvelle aide aux travaux de rénovation énergétique.

Et pour connaitre les montants que vous pouvez recevoir en fonction du type de travaux que vous envisagez et des caractéristiques fiscales de votre ménage, rendez-vous sur notre simulateur d’aides aux travaux de rénovation énergétique juste un peu plus haut !

Rénovation énergétique : les autres aides financières nationales pour 2021

En 2021, de nombreuses aides perdurent pour financer vos travaux de rénovation énergétique sur devis, en complément du dispositif principal MaPrimeRenov', lui-même prolongé et renforcé pour 2022.

Les certificats d’économies d’énergie (primes CEE)

Les CEE sont des primes financées par des acteurs privés, selon le principe du pollueur payeur.

Dans le cadre d’un pacte d’effort d’économies d’énergie avec l’Etat, les fournisseurs d’énergies se sont engagés à financer une partie des dépenses liées à la rénovation énergétique de votre habitation, sous certaines conditions d’éligibilité.

Les primes CEE sont délivrées par les fournisseurs et les distributeurs d’énergies contre des « certificats d’économies d’énergie ». Un certificat d’économies d’énergie est généré par des travaux de rénovation énergétique. Les fournisseurs et les distributeurs d’énergies ont l’obligation de récolter un certain nombre de certificats sur une période donnée pour compenser leurs émissions de carbone.

Le mécanisme prend la forme de subventions et de primes - plus ou moins intéressantes en fonction des opérateurs. En fonction des travaux que vous réalisez, leur montant peut représenter quelques centaines d’euros, mais leur principal intérêt est de pouvoir accéder facilement, via le professionnel qui réalise le chantier, à des offres de financement à des taux très attractifs. 

 

Les primes coup de pouce 

Les primes Coup de pouce sont des primes CEE boostées pour des travaux d’isolation et de chauffage spécifiques.

Dans le cadre du dispositif des CEE, le gouvernement a mis en place les prime « Coup de pouce économies d’énergie » qui permettent aux ménages d’accéder à des aides financières au montant réglementé. Encore trop méconnues, on compte, en 2021, 3 primes coup de pouce. 

  • La prime coup de pouce chauffage et isolation
  • La prime coup de pouce thermostat avec régulation performante
  • La prime coup de pouce rénovation globale pour les maisons individuelles et les bâtiments résidentiels collectifs.

 

Les aides Coup de pouce sont des primes forfaitaires importantes pour inciter les ménages à réaliser des travaux spécifiques, qui contribuent fortement à faire des économies d’énergie. Elles permettent de bonifier une opération clairement définie et donc standardisée. Les primes coups de pouce sont ouvertes à tous les ménages, le montant sera plus ou moins important en fonction : 

  • des revenus du foyer, 
  • de la nature des travaux.

 

Début 2021, les primes coup de pouce permettaient de financer les travaux de rénovation énergétiques suivants : 

  • Des travaux d’isolation des combles et de la toiture ;
  • Le remplacement d’une chaudière fioul, charbon ou gaz hors condensation par un équipement fonctionnant avec des énergies renouvelables ;
  • Le remplacement d’un chauffage au charbon par un appareil de chauffage au bois performant ;
  • L’installation d’un thermostat programmable sur un système de chauffage existant.
  • Des travaux de rénovation globale, permettant d’économiser au moins 55% d’énergie pour une maison

Ces aides sont calculées en fonction des ressources du foyer et vont de 600 à 4 000 € pour le remplacement de la chaudière, et jusqu’à 20 € du m² pour l’isolation des combles, toitures et planchers bas. Les primes « Coup de pouce énergie » sont cumulables avec l’Eco-PTZ, Ma Prime Rénov, mais pas avec les aides de l’ANAH et autres offres reposant sur les CEE.

 

Important : des décrets sont passés en avril 2021 et modifient les champs et les règles d'application des primes Coup de pouce, notamment pour éviter les nombreux abus de sociétés peu scrupuleuses, mais également pour promouvoir encore davantage les énergies renouvelables. Ainsi : 

  • Les primes coup de pouce chauffage pour l'installation de chaudières gaz très performantes et de radiateurs électriques performants ont pris fin le 1er juillet 2021. Toutefois, le délai d'achèvement des travaux de remplacement de chaudière mais aussi des travaux d'isolation (combles, toiture, plancher bas) est allongé jusqu'au 31 décembre 2021 pour les travaux engagés avant le 1er juillet 2021, et jusqu'au 8 février 2022 pour les travaux engagés avant le 9 février 2021. Ceci pour ne pas pénaliser les engagements commerciaux déjà pris et les opérations déjà planifiées.

 

  • La prime coup de pouce isolation combles, toiture, plancher bas est maintenue pour les travaux engagés avant le 30 juin 2022, mais elle a été modifiée au 1er juillet 2021. 

 

  • La prime coup de pouce Thermostat avec régulation performante est supprimée à partir du 1er janvier 2022, de même que la bonification (doublement des primes) pour les ménages en grande précarité.

 

  • Les autres primes coup de pouce chauffage (installation de pompe à chaleur, de chaudière et poele bois, raccordement à un réseau de chaleur, système combiné solaire) ainsi que la prime coup de pouce Rénovation globale, sont maintenues jusque fin 2025.

Nous vous invitons à consulter notre dossier sur la prime coup de pouce pour voir dans le détail le fonctionnement des primes coup de pouce. Vous pouvez également faire votre simulation personnalisée via notre calculateur d’aides un peu plus haut dans l’article.


L’éco PTZ

L’éco-PTZ : jusqu’à 30 000 € de prêt remboursable sans intérêt.

L'Eco-PTZ est un prêt sans intérêt qui permet de financer des travaux de rénovation énergétique jusqu’à 30 000 euros, remboursables sur une durée maximale de 15 ans pour des travaux de rénovation énergétique très conséquents.

Vous pouvez bénéficier de l’éco-prêt à taux zéro lorsque vous réalisez des travaux d’amélioration de la performance énergétique de votre logement principal (ou en tant que bailleur, pour un logement que vous louer en tant que résidence principale), si celui-ci a été achevé depuis plus de 2 ans au lancement des travaux, et ce sans aucune condition de revenus ou ressources particulière.

L’Eco-PTZ est envisageable dans le cas de la réhabilitation d’un système d’assainissement non collectif, ou pour des travaux permettant d'atteindre une performance énergétique globale minimale de l’habitat, et depuis mars 2019, pour la réalisation d’une seule action parmi la liste des travaux éligibles, dans la limite de 15 000 euros pour un poste de travaux (à l’exception du changement de fenêtres et des systèmes d’assainissement non collectifs, avec des montants respectifs de 7000 et 10000 €). Il fallait auparavant réaliser un bouquet de travaux, soit au moins deux actions. 

Bonne nouvelle : alors qu’il devait s’éteindre fin 2022, le dispositif du PTZ est prolongé jusqu’au 31 décembre 2023.

 

La TVA à 5,5% 

Une TVA ultra réduite pour les travaux de rénovation énergétique.

Réaliser des travaux de rénovation énergétique dans un logement ancien représente souvent un investissement important, c’est pourquoi la TVA pour cette nature de travaux a été réduite à 5,5%. Ce taux s’applique aux lots énergétiques de vos travaux, pour tout logement principal ou secondaire achevé depuis plus de 2 ans et ce que vous soyez propriétaire, locataire ou occupant.

 

Action logement

L’association Action Logement, dont une des missions est la lutte contre le logement indigne, peut, depuis septembre 2019, accorder une subvention (jusqu’à 20000 €) assortie d’un prêt à 1% (à hauteur de 30000 €) aux propriétaires bailleurs ou occupants, s’ils sont salariés d’une entreprise privée et sous conditions de ressources. Les travaux doivent viser l’efficacité énergétique d’un logement situé en zone éligible, être pris en charge par un opérateur d’assistance à Maitre d’Ouvrage et réalisé par un artisan RGE. Ils doivent être réalisés dans les 12 mois après l’obtention du prêt. Le dispostif Action Logement est actuellement suspendu.

 

Le programme Habiter Mieux de l’Anah

L’Agence Nationale de L’Amélioration de l’Habitat propose, dans le cadre de son programme Habiter Mieux (également ASE, pour Aide Solidarité Ecologique), des aides financières pour accompagner les propriétaires occupants ou bailleurs dans leur projet de rénovation thermique. 

Deux dispositifs existent : Habiter Mieux sérénité (pour aider à financer un bouquet de travaux qui permet d’apporter un gain énergétique d’au moins 35%) et Ma Prime Rénov, que l’on a évoqué plus haut, et qui vient se substituer à l’ancien dispositif Habiter Mieux agilité (pour aider à financer un changement de chauffage, une isolation des combles ou une isolation des murs). 

Ces aides s’adressent aux foyers modestes et très modestes, avec des aides allant jusqu’à 15000 € pour les foyers les plus modestes et les rénovations énergétiques les plus ambitieuses.

Le dispositif Habiter Mieux sérénité ouvre également le droit à la prime Habiter Mieux (prise en charge de jusqu’à 20% du prix des travaux hors taxe, plafonné à 3000 € pour les foyers dits « très modestes » et à 2000 € pour les foyers dits « modestes »). 

L’Anah a également lancé d’autres programmes de subventions pour des travaux de réhabilitation plus généraux, toujours destinés aux ménages modestes : Habiter serein (financement de gros travaux comme une réfection de toiture, aides allant jusqu’à 25 000 €), Habiter sain (pour la réhabilitation des réseaux électriques, de gaz ou d’eau et les fondations des logements dégradés, aides allant jusqu’à 10 000 €), et Habiter Facile (pour les travaux d’adaptation du logement, jusqu’à 10000 € d’aides).

 

Le prêt de la Caf

La Caisse d’Allocations Familiales peut vous accorder un prêt pour financer la rénovation de votre logement principal que vous soyez propriétaire ou locataire, sans conditions de ressources. Pour cela, deux critères à remplir : résider en France et percevoir au moins une prestation familiale de la Caf. 

Ce prêt n’est pas négligeable puisqu’il peut représenter jusqu’à 80% du montant total des travaux réalisés (dans la limite de 1 067,14 €), et que son taux n’est que de 1%.

A noter : les personnes qui perçoivent uniquement l’APL (aide personnalisée au logement), l’ALS (allocation logement social), l’AAH (allocation adultes handicapés) ou le RSA (revenu de solidarité active), ne peuvent en bénéficier.

 

Le chèque énergie

Accordé nominativement à certains ménages à revenus modestes selon une liste établie par l’administration fiscale chaque année, le chèque énergie – d’une valeur de 48 à 277 € - est généralement utilisé pour payer une partie des factures d’énergie, mais il peut également servir à financer des travaux d’amélioration des performances énergétiques du logement.

 

Le compte épargne CO2

Même si ce n’est pas une aide directe pour financer vos travaux, le compte épargne COest une initiative maline et citoyenne que l’on avait envie de partager avec vous ! Le principe est simple : dès lors que vous limitez vos émissions de CO2, vous êtes récompensés pour vos efforts. 

En renseignant vos travaux de rénovation énergétique sur le site de l’initiative, celui-ci calculera la réduction de vos émissions de gaz à effet de serre, et la traduira en « Kg de CO2 », sur votre compte épargne. Grâce à cette monnaie vous pourrez ensuite acheter des équipements moins énergivores, plus respectueux de l’environnement ou bien revendre vos Kg de CO...

Pour l’obtention de ces aides, vous devez également effectuer les démarches avant de lancer les travaux, à l’exception de la TVA à 5,5%, du chèque énergie et du compte épargne CO2.

Les aides financières régionales ou locales en 2021

Vous avez envie de réaliser un diagnostic ou un audit énergétique de votre habitation ? Vous souhaitez améliorer l’isolation ou changer les fenêtres de votre logement ? Vous envisager l’installation d’un système de chauffage plus performant ou qui utilise des énergies renouvelables ? Sachez que le conseil régional, le conseil départemental, l’intercommunalité ou votre commune peuvent vous accorder des prêts ou des subventions. Elles peuvent même vous faire bénéficier d’allégements fiscaux. Ces aides, qui viennent en complément des aides nationales à la rénovation énergétique, s’adressent aussi bien aux propriétaires occupants qu’aux copropriétaires et aux bailleurs.

 

L’exonération de la taxe foncière

Les dépenses de rénovation énergétique éligibles au CITE peuvent vous donner droit, dans certaines localités, à une exonération de la taxe foncière allant de 50 à 100%, pendant 3 ans à compter de l’année suivant la réalisation des travaux. Pour pouvoir y prétendre, vous devez être propriétaire de votre logement et celui doit avoir été construit avant 1989. Vous devez également avoir réalisé au moins 10 000 € de travaux éligibles au cours de l’année qui précède l’application d’exonération, ou 15 000 € dans les 3 années précédant cette application.

Pour savoir si votre commune applique ce dispositif, rendez-vous dans votre mairie. 

 

L’aide de la Caisse de Retraite

Vous êtes locataire ou propriétaire et retraité, vous pouvez bénéficier de l’aide de la caisse de retraite quel que soit votre régime de retraite. Cette aide s’applique aux travaux de rénovation énergétique et aux travaux d’accessibilité. En fonction du montant des travaux réalisés et de vos revenus, le montant de l’aide sera déterminé. 
Pour être éligibles à cette aide, les travaux doivent être effectués dans votre résidence principale. Notez également que vos ressources doivent être inférieures à un montant fixé par votre caisse de retraite : rapprochez-vous de votre caisse de retraite pour connaitre l’ensemble des modalités !

En plus de ces principaux dispositifs, une multitude d’aides aux travaux existent au niveau régional, départemental et même local. Citons par exemple les aides du Fonds Air, accordées en partenariat avec L’ADEME dans certaines communes pour le remplacement d’un ancien appareil de chauffage au bois non performant par un équipement labélisé Flamme verte, dans l’optique de limiter la pollution aux particules fines…

> Découvrir les aides de votre région et localité

Le cumul de ces aides n’est pas toujours possible ou, dans le cas de MaPrimeRenov, peut être sujet à écrêtage, c’est-à-dire que le montant cumulé des aides ne peut pas dépasser un certain pourcentage des dépenses qui dépend du niveau de revenu. De plus, pour en bénéficier, les travaux doivent être réalisés par un professionnel RGE, Reconnu Garant de l’Environnement.

Les aides financières qui disparaissent en 2021

Depuis le 1er octobre 2020, avec l’élargissement du dispositif Ma prime Rénov à l’ensemble des catégories de revenu, les ménages aux revenus intermédiaires et supérieurs pouvaient décider d’opter soit pour le CITE, soit pour Ma Prime Rénov pour les travaux de rénovation énergétique dont les devis ont été signés entre le 1er octobre et le 31 décembre 2020. Le CITE a disparu au 1er janvier 2021.

Petit rappel du mécanisme au cas où vous auriez lancé des travaux de rénovation énergétique fin 2020 pour lesquels vous ne seriez éligible qu’à l’aide CITE.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) est, comme son nom l’indique, un abattement fiscal auquel vous pouvez prétendre, dès lors que vous réalisez des travaux de rénovation énergétique dans votre résidence principale et qu'il a été construit il y a plus de 2 ans à date de lancement des travaux. Vos travaux doivent répondre à certaines conditions (notamment les performances du matériel utilisé et l’installation par un professionnel RGE). 

Depuis le 1er janvier 2020, le CITE est soumis à conditions de ressources : 

  • Il est remplacé par le dispositif Ma Prime Rénov pour les ménages modestes et très modestes, qui ne peuvent donc plus en bénéficier ;
  • En 2020, il reste accessible aux ménages aux revenus intermédiaires et aux ménages aisés, avec cependant des montants d’aides et une liste de travaux éligibles différente en fonction du niveau de revenus. 

Autre nouveauté : le mécanisme de taux a été remplacé par des montants forfaitaires de crédit définis pour chaque type de travaux. 

Le montant du crédit d’impôts est plafonné sur 5 ans consécutifs, à 2400 euros pour une personne seule et 4800 euros pour un couple soumis à imposition commune, avec majoration de 120 euros par personne à charge. Autre impératif : le montant forfaitaire récupéré pour un poste de travaux donné ne peut pas être supérieur à 75% de la facture associée.

Parmi les principaux travaux éligibles au dispositif de Crédit d’Impôt Transition Energétique, on trouve l’isolation du logement, le remplacement des fenêtres, le remplacement d’une chaudière par un équipement de chauffage au bois, le raccordement à un réseau de chaleur et bien d’autres opérations permettant d’améliorer la performance énergétique de l’habitation.

A noter : les ménages aux revenus supérieurs ne peuvent bénéficier du CITE que pour l’isolation de leur logement et l’installation d’une prise pour véhicule électrique.

 

N’hésitez pas à demander des conseils sur les travaux éligibles les plus adaptés à votre logement à un professionnel RGE !

Travaux de rénovation énergétique en vue ?
Dites-nous ce que vous souhaitez réaliser : nous vous mettons gratuitement en relation avec nos professionnels agréés.