Et si on pouvait influencer nos rêves ?

16 Mars 2021Jean Gamont

Avec la crise que nous vivons, on a beau changer la literie, rénover sa chambre en un véritable paradis, rien n’y fait, le sommeil est difficile. Et si la science pouvait nous aider à mieux dormir, à aller encore plus loin en influençant nos rêves. Pour approfondir nos rêves et leur potentiel, des scientifiques du MIT, de Harvard, du Boston College et du Beth Israel Deaconess Medical Center ont conçu un bracelet qui peut nous guider dans la création de scénarios oniriques plus productifs et thématiques.

Contrôler la première phase du sommeil

Dans une étude publiée dans l'édition d'août de Consciousness and Cognition, les chercheurs décrivent leur approche de la conception de ce dispositif portable non invasif. Il est destiné à puiser dans l'une des phases de sommeil les plus suggestives de notre esprit: l' hypnagogie, un stade qui a lieu durant la première phase du sommeil.

Adam Haar Horowitz , premier auteur de l'étude et assistant de recherche au MIT Media Lab, explique que l'hypnagogie crée un état unique et impressionnable.

Dans cette phase de sommeil impressionnable, des recherches antérieures ont montré qu'il est possible d'influencer les pensées et les pulsions des participants (comme fumer ou non ) par des signaux auditifs et olfactifs.

Dans cette étude, l'équipe a utilisé son portable de sommeil pour suggérer des thèmes de rêve aux participants (dans ce cas, avec le mot-clé «arbre») dans un processus appelé Targeted Dream Incubation (TDI).

Comment Dormio fonctionne ?

Comment Dormio fonctionne ? Pour tester l'effet de ces suggestions ciblées sur les rêves et la créativité des rêveurs, les chercheurs ont recruté 50 participants pour faire une sieste en utilisant Dormio. Ces participants ont été divisés en quatre groupes différents, la moitié est restée éveillée pendant les essais et l'autre s'est endormie.

Au début de l'essai, tous les groupes ont été incités par leur bracelet Dormio à "penser à un arbre", mais lors des invitations suivantes, la moitié de chaque groupe a été incitée à "se souvenir ou à observer ses pensées" ou à "se souvenir de penser à un arbre".

Tout au long de chaque essai de 45 minutes, Dormio mesurait les signes de sommeil d'un participant (en utilisant des indices physiques comme la perte de tension musculaire ou l'incapacité de continuer une tâche répétitive comme le tapotement) et donnait ses invitations pendant les phases de sommeil hypnagogiques perçues. Entre ces invitations, l'appareil réveillait les participants et leur demandait « s'il vous plaît, dites-moi ce qui vous passe par la tête » afin de déterminer si le message « arbre » suggéré avait infiltré leur esprit endormi (ou éveillé).

67 % des rêveurs ont évoqué un arbre durant leur sommeil

Chez les participants au sommeil qui ont été incités à plusieurs reprises à penser à l'arbre, les chercheurs ont constaté que 67% des rapports de rêve interrompus des participants contenaient des références à des arbres. Pendant ce temps, les dormeurs qui n'étaient pas continuellement incités à se souvenir de l'arbre n'ont mentionné que les rêves liés aux arbres 3% du temps.

Dans les questionnaires remplis après les essais, les chercheurs ont constaté que les participants qui avaient des invitations sur les arbres ont déclaré se sentir plus créatifs que d'habitude, même s'ils ne s'étaient jamais considérés comme créatifs auparavant.

Abonnez-vous à notre newsletter
Recevez votre dose d’inspiration chaque semaine dans votre boîte mail.
Je m'abonne
La Maison Saint-Gobain traite vos données pour vous envoyer ses newsletters. Consultez la rubrique "Vos données et vos droits" pour en savoir plus.